Samsung propose déjà ses propres SoC Exynos qui font appel à des processeurs et des puces graphiques de constructeurs tiers. Si l’on en croit les informations recoupées par le site Fudzilla, Samsung serait en train de développer son propre GPU (Graphic Processor Unit).

The-processor-of-the-Galaxy-S4-Exynos-5410-aka-5-Octa-Pleasant

Les Exynos de Samsung contiendront-ils bientôt des GPU (puces graphiques) maison ? C’est bien possible, si l’on en croit les rumeurs qui proviendraient de salariés de chez Samsung, mais également de personnes proches des entreprises de la Silicon Valley. Le géant coréen développerait depuis plusieurs années sa propre puce graphique. Sans aucun doute, celle-ci prendrait place au sein des Exynos, les SoC de Samsung. Pour rappel, le SoC est la puce qui comprend, notamment, le processeur, le GPU et le modem. Pour le moment, Samsung utilise dans ses Exynos des processeurs ARM Cortex et des puces graphiques Mali de chez ARM ou PowerVR d’Imagination Technologies.

En développant sa propre puce graphique, Samsung pourrait bien se démarquer de la concurrence. L’entreprise posséderait ainsi un SoC comportant une puce graphique maison. Il ne lui resterait plus qu’à développer son propre processeur pour disposer d’un SoC totalement maison puisque l’entreprise développe déjà son propre modem. Pour le moment, à part Nvidia qui développe de A à Z ses SoC, aucun fabricant d’appareils mobiles ne possède de SoC avec un GPU maison. À titre de comparaison, Apple développe son processeur, mais utilise un GPU PowerVR. Qualcomm possède des SoC 100 % maison, mais ne produit pas d’appareil mobile. Samsung a donc un beau coup à jouer.

En revanche, la puce graphique est sûrement l’élément le plus difficile à développer dans un SoC. Seules quatre entreprises réussissent à produire des GPU performants et efficaces énergétiquement dans le monde mobile : ARM, Imagination, Nvidia et Qualcomm. Cela est notamment dû au modèle économique différent des processeurs et des puces graphiques dans le domaine de la mobilité. Pour produire un processeur maison, les constructeurs peuvent se baser sur le design de référence d’ARM (les fameux Cortex) ou le jeu d’instruction (ARMv7 en 32 bits ou ARMv8 en 64 bits) qui sont vendus sous forme de licence. En revanche, certains spécialistes des puces graphiques (comme ARM, Imagination ou Nvidia) licencient les design des puces, mais interdisent toute modification. Pour un design maison, il faut donc partir de zéro et réussir à bâtir une architecture performante et efficace.

Pour réussir ce pari, il semblerait que Samsung soit allé débaucher du personnel chez AMD, Nvidia ou encore Intel, les trois constructeurs qui se partagent les parts de marché GPU dans les ordinateurs. Pour devenir complètement indépendante des autres constructeurs, il faudrait que l’entreprise coréenne parvienne aussi à développer son propre processeur. Depuis un an, la société dispose d’ailleurs d’une licence ARM lui permettant de bâtir ses propres processeurs ARM. Elle disposerait ainsi d’un SoC 100 % maison, un argument de vente supplémentaire pour ses produits si la puce se révèle intéressante.