Le Monde et The Intercept viennent de mettre au jour de nouvelles révélations grâce aux archives extraites par Edward Snowden à la NSA. La NSA et le GCHQ espionnent en effet les clients des vols Air France qui utilisent leurs smartphones pour communiquer avec l’extérieur.

air-france

Les révélations autour des documents d’Edward Snowden ne sont pas prêtes de s’arrêter. Cette fois-ci, Le Monde nous apprend que les passagers de nombreux vols de différentes compagnies aériennes ont été espionnés par l’intermédiaire de leur smartphone. Des documents internes de la NSA et du GCHQ, datant de 2005 à 2013 prouvent que les deux entités américaines et britanniques de surveillance ont mis en place des techniques permettant de réceptionner l’ensemble des communications en provenance des smartphones des avions, en temps réel : appels, SMS, mails, messagerie instantanée, etc.

 

L’espionnage par satellite

La technique utilisée n’était pas si compliquée puisqu’elle consiste à placer au sol des stations d’espionnage qui réceptionnent les données émises par les avions. Ceux-ci disposent en fait d’une station de base (une antenne) permettant aux smartphones des voyageurs de capter un réseau. L’avion est ensuite relié au satellite Inmarsat qui se charge de faire le relai avec le sol en Europe, Moyen-Orient et Afrique, pour proposer aux voyageurs une connexion à Internet.

air-france-telephone

Air France n’est pas la seule compagnie concernée par cet espionnage de masse puisqu’on note une longue liste : « British Airways (seulement data et SMS), Hongkong Airways, Aeroflot, Etihad, Emirates, Singapore Airlines, Turkish Airlines, Cathay Pacific ou encore Lufthansa ».

 

Pourquoi espionner les avions ?

Mais pourquoi espionner toutes ces compagnies ? La raison est assez simple puisque comme le traduit Le Monde, la NSA pose une devinette : « Quel est le point commun entre le président du Pakistan, un trafiquant de cigares ou d’armes, une cible du contre-terrorisme ou le membre d’un réseau de prolifération nucléaire ? Ils utilisent tous leur téléphone portable lorsqu’ils sont dans un avion ».

 

Une technique pour subtiliser les identifiants

Les détails techniques sont particulièrement intéressants. Le GCHQ a en effet réussi à mettre en place un système permettant de « perturber le fonctionnement d’un téléphone de sorte que son utilisateur soit contraint de le redémarrer avec ses codes d’accès ». De quoi intercepter les identifiants des voyageurs. Pratique !

À lire sur Numerama : Snowden : Air France était une cible de choix pour la NSA