Sébastien Soriano, président de l’Arcep, s’est exprimé sur le conflit qui oppose Free et Netflix. Selon lui, il n’y a pas d’irrégularité de la part de Free.

Tous les mois, Netflix publie les chiffres de débit moyen des opérateurs sur son service. Si tous fluctuent et ont leurs hauts et leurs bas, Free en revanche reste toujours bon dernier, de loin. Certains vont jusqu’à accuser Free de porter atteinte à la neutralité du Net, dont l’Arcep est le garant en France. Son président, Sébastien Soriano, s’est exprimé sur le sujet au micro de 01net.

L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes ne pouvait bien sûr pas fermer les yeux sur un combat qui fait la Une des médias high-tech régulièrement, d’autant que bon nombre d’abonnés remontent leurs problèmes par le biais du site J’alerte l’Arcep, prévu à cet effet. Pour autant, aucune mesure ne semble envisagée pour le moment.

Un problème d’interconnexion

Sébastien Soriano avoue avoir enquêté et affirme que « les premiers résultats montrent qu’il n’y a pas d’irrégularités de la part de Free » et que « la balle est aussi dans le camp de Netflix pour mettre fin à cette situation ». « Cette situation », il semblerait que ce soit un problème d’interconnexion entre Free et Netflix, ce qui semble par ailleurs confirmé par le fait qu’une simple désactivation de l’IPv6 règle apparemment le problème à en croire de nombreux témoignages.

Un accord à trouver

Le FAI et le service de SVoD doivent donc trouver un terrain d’entente comme Free avait pu le faire avec Google à l’époque afin de régler ses problèmes de débit sur YouTube. Pour améliorer l’expérience utilisateur, Netflix, via son programme Open Connect, installe des serveurs chez certains fournisseurs d’accès internet afin de localiser une grande partie du trafic et ainsi soulager les FAI. Aucun accord n’a toutefois été trouvé avec Free.

Reste à savoir maintenant si un accord pourra être trouvé plus rapidement qu’avec Google, ce qui à l’époque avait pris 3 ans…

À lire sur FrAndroid : Les États-Unis disent adieu à la neutralité du Net