Dans le monde des objets connectés, les Français se sont construit une vraie place dans les objets « santé » ; plus que des gadgets, ces objets doivent nous permettre de prendre soin de notre corps. Le but est louable. La société française Withings fait partie des précurseurs et propose plusieurs produits complémentaires qui permettent à la fois de mesurer notre état de santé et d’inciter les utilisateurs à faire davantage d’efforts physiques. Nous nous intéressons ici à la balance connectée : la Smart Body Analyzer.

DSC_2777

La société Withings s’est inscrite dès le départ dans une démarche visant à améliorer la santé des utilisateurs. Elle propose aujourd’hui plusieurs objets connectés à la fois simples d’usage et suffisamment perfectionnés pour proposer des mesures pertinentes sur notre état de santé.

DSC_2768

Il y a quelques mois, nous avions eu l’occasion de tester leur tracker d’activité : le Withings Pulse. Cet objet plutôt bien conçu permet de suivre son activité physique et son sommeil. Mais un outil est indispensable pour quiconque veut suivre ses efforts : la balance-impédancemètre. Nous avons vu là l’occasion de tester un autre produit tendance et santé de la même société : la Smart Body Analyzer. C’est également une manière cachée de vérifier si la qualité de conception et de fabrication est au même niveau au sein de cette marque française.

Avec une fiche technique prometteuse, cette balance doit permettre de faciliter le suivi d’une multitude de données (masse corporelle, masse grasse, fréquence cardiaque, température et taux de CO2 dans la pièce). La touche connectée apporte une facilité d’utilisation sans égale -comparée aux balances classiques. Il n’est plus question de choisir l’utilisateur de la balance ou de noter les données sur un calepin, tout est automatique. Enfin une balance digne de notre ère.

 

Le déballage et installation

DSC_2780

Pas de surprise concernant le contenu de la boite : une balance, des piles et un petit manuel. Tout le nécessaire pour faire fonctionner la balance. Au passage, on appréciera le « geste » de Withings : inclure des piles est assez sympa, sachant qu’elles permettront de tenir une petite année, a priori.

Pour la balance en elle-même, le design est très soigné. Sur ce point, rien de révolutionnaire en fait, on trouve de très jolies balances dans le commerce également. Les seuls points noirs seront que la balance est au final un peu plus imposante et que la vitre noire est davantage sujette aux traces de poussières ou de pieds. Les plus exigeants remarqueront aussi un écran d’une très faible définition, un détail qui fait tache quand les concurrentes proposent quelque chose de mieux pour moins de 50 euros.

Pour l’installation, il faudra compléter le contenu de la boîte avec l’application Withings disponible gratuitement sur les différents stores. Ensuite, rien de plus simple. On appuie sur le bouton d’association au dos de la balance pour la connecter à notre smartphone via Bluetooth. À ce moment-là, les données de votre compte Withings ainsi que les données de connexion de votre installation WiFi sont automatiquement synchronisées avec l’appareil (pas de clé WPA à taper, un gain de temps). Et voilà, c’est prêt.

 

Le fonctionnement, la pesée

L’utilisation de la balance, une fois configurée, est vraiment très simple : on se met sur la balance et on attend. En fonction des personnes enregistrées sur l’application, la balance identifiera automatiquement la personne concernée : le nom de cette personne apparaît alors à l’écran.

Ensuite, l’appareil mesure la masse corporelle, la masse graisseuse et la fréquence cardiaque. Concernant la masse corporelle et la masse graisseuse, l’appareil semble être particulièrement précis et les valeurs semblent cohérentes au fil du temps (cela change des impédancemètres de certains constructeurs qui changent de valeurs en l’espace de 5 minutes…). On notera néanmoins l’absence de toute certification sur ce point, cela aurait eu l’avantage de rassurer les plus sceptiques.

DSC_2796

DSC_2790

Lors de la pesée, des indicateurs situés aux quatre coins de l’écran pourront apparaître afin d’indiquer une mauvaise position : une flèche en haut à droite signifiera que votre corps dévie vers cette direction, il faudra alors se recentrer. C’est vraiment bien vu de la part du constructeur.

Une fois la pesée effectuée, les données sont synchronisées via WiFi. Les résultats sont alors associés à la bonne personne sur l’application Withings. Nous regretterons néanmoins le fait que les personnes utilisant la même balance devront consulter leur donnée via le même appareil auquel la balance est associée. En effet, nous n’avons pas réussi (soit ce n’est pas possible, soit ce n’est pas intuitif) à dispatcher les données sur différents smartphones ou différents comptes Withings, et c’est un peu dommage.

 

La fréquence cardiaque

Concernant la fréquence cardiaque, on rentre là dans un débat assez particulier : quid de l’intérêt d’une telle mesure avec un protocole douteux ? En effet, la mesure de la fréquence cardiaque se fait lors de la pesée, cela sous entend deux choses : vous serez debout et vous viendrez de faire un effort pour monter sur la balance. C’est pourquoi les premières mesures vont en surprendre plus d’un !

En fait, il faut dire que si votre balance n’est pas au pied de votre lit, vous devrez supporter l’idée d’avoir une pulsation sans doute supérieure à celle prise dans des conditions parfaites (après 5 min au repos). De plus, la fréquence cardiaque en position debout est systématiquement supérieure à celle prise en position assise, par un tensiomètre. En pratique, on parle généralement de 10 à 20 bpm de plus, en moyenne. La fréquence cardiaque mesurée est donc différente de celle obtenue à l’aide d’un tensiomètre médical. Sur l’image ci-dessous, on observe les différentes mesures de la fréquence cardiaque selon les deux protocoles : mesure au repos avec tensiomètre médical et mesure sur la balance. Aucune mesure n’est prise durant un « vrai » effort, le seul effort consistant à marcher jusqu’à la balance ; c’est dire l’écart de valeur obtenu avec deux protocoles différents…

rythme cardiaque Withings

Mais, il n’empêche que cette mesure prise debout peut être, théoriquement, tout à fait pertinente : une personne ayant une bonne condition physique aura une fréquence cardiaque prise debout se rapprochant de celle prise au repos ; la différence entre les deux constitue le rythme cardiaque orthostatique. Pour mesurer ce rythme, il faudra cependant prendre les deux types de mesures aux protocoles différents : des mesures avec la balance, debout, et d’autres mesures en position assise (avec le Withings Pulse par exemple, ou un tensiomètre). Vous obtiendrez alors une mesure vraiment intéressante.

Finalement, le point négatif ici est le manque d’information de la part des concepteurs ; ne pas distinguer les deux protocoles (assis et debout) est quelque peu troublant. Et, en fin de compte, obtenir une bonne mesure de la fréquence cardiaque en position debout sera d’autant plus difficile que votre balance ne sera pas nécessairement au pied de votre lit et la pesée ne sera pas non plus l’une des priorités à votre réveil. Pour ceux qui s’intéresseront au rythme cardiaque orthostatique, il faudra patienter un peu avant de monter sur la balance (quelques dizaines de secondes seront toutefois suffisantes).

 

Le taux de CO2, mesure de confinement

Dans notre test de la station météo Netatmo, nous avions déjà vanté l’intérêt d’une mesure du taux de CO2. En dehors de toute considération de pollution de l’air, le taux de CO2 est une mesure de confinement qui est là pour indiquer un manque d’aération de votre pièce à vivre (pour plus de détails, nous vous renvoyons sur le test de la station que vous retrouverez ). La balance de chez Withings propose cette mesure de confinement (en plus de la température).

Les données récoltées (toutes les 30 minutes) par la balance sont comparables aux valeurs obtenues par d’autres capteurs (dont la station météo). La précision est moindre, mais largement suffisante pour avoir une indication de la qualité de l’air dans votre pièce. Il faut cependant noter que la balance étant au niveau du sol, le taux de CO2 pourra être un peu éloigné des valeurs obtenues par d’autres capteurs situés sur un bureau par exemple, mais les différences ne sont pas suffisamment importantes pour être gênantes. D’autant plus que ce ne sont finalement que des indicateurs et que la valeur précise n’a que peu d’intérêt pour nous.

qualité de l'air Withings

Avoir intégré cette mesure du taux de CO2 est une excellente idée. C’est un point que beaucoup ne devraient pas négliger : le manque d’aération. Ce capteur est donc une vraie valeur ajoutée pour cette balance. Elle devrait changer les habitudes de certains (ceux qui ferment leur VMC par exemple…) et c’est un bon point.

Concernant la température, cela sera vraiment intéressant si la balance est dans la chambre. La température est un point essentiel pour bien dormir et avoir des mesures précises tout au long de la nuit est assez pertinent. Pour les températures idéales, encore une fois, on vous renvoie vers notre test de la station météo de chez Netatmo disponible ici.

 

Une balance qui s’en sort bien

La Smart Body Analyzer est proposée aux alentours de 150 euros, ce qui n’est pas négligeable compte tenu de ce que propose la concurrence. Dans le commerce, on pourra trouver beaucoup de balances-impédancemètres. Il faut cependant se méfier des moins chères qui proposeront des mesures totalement aberrantes (certaines se basent sur des statistiques, sans faire de vraies mesures…). Ailleurs, il y a d’autres balances qui vous feront prendre 3 ou 4 % de masse grasse entre deux mesures consécutives ; pas géniale, la précision. Finalement, si les concurrents proposent à 50 euros des modèles au design équivalent, on ne pourra pas en dire autant de la précision des résultats.

Pour continuer la comparaison avec les modèles concurrents,  on peut dire que l’autonomie semble bien meilleure que certains impédancemètres du marché. Nous avons comparé les résultats de notre Smart Body Analyzer avec deux autres modèles du marché : un pèse-personne classique et un impédancemètre. Alors que la balance de chez Withings a utilisé que 20 % des 4 piles fournies par le constructeur en 3 mois d’utilisation, l’autre impédancemètre du marché -dont nous tairons le nom tant la honte devrait être grande- a usé deux paquets de piles dans le même temps.

Sur la durée, la balance se démarque vraiment des concurrents grâce à sa touche connectée et à la transparence que cela apporte sur l’utilisation. Cela est encore plus flagrant face à certains impédancemètres dont la gestion multi-utilisateur est vraiment bancale. Il ne faut pas oublier que les impédancemètres ont besoin de données sur l’utilisateur (âge et taille notamment) ; les modèles standards doivent donc être configurés « manuellement » (sous-entendu : pas sans difficulté) et il faut préciser à chaque pesée le numéro correspondant à l’utilisateur (parfois ça marche bien, parfois pas). L’utilisation de la Smart Body Analyzer est donc une avancée vers le monde moderne de l’automatisation.

L’historique des pesées est stocké dans l’application. Au bout de quelques mois, les données récoltées disponibles sur l’app et l’interface graphique nous permettent d’apprendre beaucoup de chose sur nous… et nos habitudes alimentaires. L’idée selon laquelle on prend toujours du poids durant les jours de froid est fondée, d’après notre balance en tout cas…

Note finale du test 8/10
Les produits de chez Withings sont généralement des produits aboutis et très soignés. Cette balance connectée ne déroge pas à la règle. On a là probablement l'une des meilleurs balances-impédancemètres du marché. Il est vrai que le prix est plus élevé que les modèles standard concurrents, mais cette touche connectée apporte justement une expérience utilisateur totalement nouvelle.

Au quotidien, l'utilisation de la balance est simple. Tous les membres de la famille peuvent monter sur la balance et celle-ci récolte et envoie les données au bon destinataire. On peut alors, depuis l'application ou l'interface web, suivre sa courbe de masse corporelle, de masse graisseuse, son rythme cardiaque et la qualité de l'air ambiant. Pléthore de mesures pour un bon suivi, pour bien commencer le printemps.
  • Points positifs
    • Excellente finition
    • Qualité de fabrication
    • Mesures pertinentes
    • Simplicité d'installation et d'utilisation
    • Autonomie au-dessus de la moyenne
  • Points négatifs
    • Un prix d'appel assez élevé
    • Un écran de mediocre qualité