Introduction

Après avoir rendu intelligents les écrans les plus basiques avec son Chromecast, Google a souhaité aller plus loin cette année avec le Chromecast Audio, un produit équivalent capable de la même prouesse, mais en prenant cette fois-ci pour cible les équipements Hi-Fi. Dans ce milieu généralement très exigeant, Google arrivera-t-il à se faire une place avec son petit dongle à moins de 40 euros ?

chromecast-audio-9 copy

Il n' y a pas d'offres pour le moment

Caractéristiques techniques

 Google Chromecast Audio
Dimensions51,9 x 51,9 x 13,49 mm
Poids30,7 g
Sortie audioConnecteur 3,5 mm avec sortie audio numérique optique et analogique
Wi-Fi802.11 b/g/n/ac (2,4 GHz ou 5 GHz)
Qualité sonore24 bits/96 kHz
OS compatiblesAndroid 4.1+
iOS 7.0+
Windows 7+
Mac OS 10.7+
Chrome OS 28+

Tout petit, le Chromecast Audio s’annonce pourtant très prometteur sur le papier, avec la capacité, en théorie, de décoder de l’audio HD en 24 bits / 96 kHz. À voir si dans la pratique il arrive à tenir la dragée haute à des concurrents commercialisés 5 à 10 fois plus chers et proposant du 192 kHz, ou si la différence de qualité sera rédhibitoire pour les audiophiles exigeants.

chromecast-audio-12 copy

Une oreille dans le rétro

Dévoilé en même temps que le nouveau Chromecast (qui a déjà été décortiqué par notre rédaction), il reprend la même apparence de soucoupe, avec un dessus qui n’est pas sans rappeler un vinyle de par ses stries circulaires sur l’extérieur de sa coque supérieure et son revêtement mat sur l’intérieur. Cet endroit abrite d’ailleurs le logo de Chrome qui, dépourvu de toute couleur, n’est pas sans rappeler la marque de Dr. Dre récemment rachetée par Apple. Une ressemblance bien à propos sachant que Beats se spécialise dans le son, tout comme ce Chromecast Audio.

Tout petit, il se glisse facilement dans la poche pour le transport, même s’il devra obligatoirement s’accompagner de son câble USB pour l’alimentation, et éventuellement de son câble Jack 3,5 mm fourni de série et amovible. L’objet en lui-même reste néanmoins très sobre, avec pour seules aspérités sur sa tranche le port micro-USB d’une part, et la sortie audio diamétralement opposée. Celle-ci sert d’ailleurs aussi bien de sortie analogique que de sortie numérique optique, à condition bien sûr de posséder le câble nécessaire (mini-TOSLINK vers TOSLINK).

chromecast-audio-main

Le câble USB est plutôt long permettant de le relier au secteur facilement, ce qui n’est malheureusement pas le cas du câble analogique. Aussi, si l’entrée auxiliaire de votre enceinte se trouve en façade, vous n’aurez d’autre choix que de laisser le Chromecast Audio à portée de vue, un câble partant vers votre prise secteur. Loin d’être forcément disgracieux, ce petit boîtier aurait peut-être mérité un câble un peu plus long afin de pouvoir le dissimuler plus facilement.

La solution la plus simple du marché

Le Chromecast Audio est, à l’instar de son homologue HDMI, extrêmement simple à mettre en place. Une fois branché au secteur et sur une source sonore (enceinte active, casque, ampli AV…), il suffit de lancer l’application Chromecast depuis un smartphone (disponible sur iOS et Android), ou de se connecter à l’adresse chromecast.com/setup depuis un onglet Google Chrome sur ordinateur. Pour commencer l’écoute, il suffit alors de démarrer une application compatible, de choisir le bon appareil sur lequel streamer, et d’appuyer sur Play.

installation-chromecast-audio

Depuis la nouvelle mise à jour de l’application Chromecast, trois onglets sont désormais disponibles, dont un dédié uniquement à la recherche d’applications compatibles. Malheureusement, toutes ne sont pas compatibles avec le Chromecast Audio et aucune indication ne permet de le savoir avant de télécharger l’application.

La sélection reste néanmoins très grande avec des applications comme Deezer, Spotify (le cast étant néanmoins réservé aux abonnés premium), Google Play Music, TuneIn Radio, Qobuz, Podcast Republic et bien d’autres encore. On notera par ailleurs l’existence de Shuttle+ Music, qui dans sa version payante (1,50 euro) permet de streamer des fichiers locaux, y compris des FLAC lossless en 24 bits/192 kHz (ou presque, mais nous y reviendrons). Il est en revanche impossible de bénéficier directement de l’immense bibliothèque musicale de YouTube, à moins de tricher et de passer par l’option « Caster l’écran ou l’audio » de l’application Chromecast, ce qui empêche de fermer la fenêtre sur son téléphone.

chromecast-audio-spotify-shuttle-duplication

Abonnement obligatoire pour Spotify…

Depuis un ordinateur, le choix est tout aussi vaste puisqu’il suffit d’installer l’extension Chromecast à Google Chrome pour envoyer n’importe quel son depuis un onglet, qu’il s’agisse de Google Play Musique, Spotify, YouTube, etc. Il est également possible de glisser/déposer un fichier audio stocké localement directement dans un onglet, bien que la liste des formats compatibles soit plus restreinte (les FLAC par exemple ne sont pas supportés).

Le plus ennuyeux reste cependant le volume, toujours réglé au maximum au branchement et à gérer depuis l’application émettrice. Le téléphone pouvant effectuer des appels lors de la diffusion, cela peut devenir problématique, la gestion du volume de l’appel prenant alors le dessus.

chromecast-audio-10 copy

Des promesses non tenues

L’une des grandes forces du Chromecast Audio sur le papier est de pouvoir gérer le multi-room. En théorie, il est donc possible de brancher plusieurs Chromecast à différentes enceintes et ensuite de les synchroniser pour qu’ils diffusent tous la même musique simultanément, permettant ainsi de sonoriser plusieurs pièces avec une même playlist et étendre une fête à tous les étages.

La théorie, c’est bien beau, mais dans la pratique, s’il est possible de connecter deux Chromecast à un téléphone, lancer de la musique sur l’un coupe celle de l’autre et vice-versa. Selon Google, ce n’est qu’une question de temps avant que cette option soit disponible, mais en l’état, c’est une petite déception.

Mise à jour : l’option Multi-room à depuis été correctement implémentée.

Un rapport qualité / prix plus que correct

Le multi-room n’est d’ailleurs pas la seule promesse non tenue du Chromecast Audio. En effet, la fiche technique de l’appareil annonce une qualité Audio HD à 24 bits/96 kHz, ce qui est certes moins poussé que chez certains concurrents, mais qui reste plus qu’acceptable dans la majorité des cas. Malheureusement, qu’il soit branché en analogique ou en optique, le Chromecast Audio ré-échantillonne tout son contenu à 16 bits / 48 kHz, quelle que soit sa fréquence d’origine, ce qui entraîne une légère déperdition du son. Encore une fois, ce problème devrait être réglé par une mise à jour future.

chromecast-audio-11 copy

La sortie Jack fait aussi office de sortie optique

Confirmée par Google sur ses forums officiels, cette uniformisation de la qualité nous a été montrée par des mesures effectuées par François Simond (alias Supercurio, connu pour ses travaux relatifs au son sur Android comme Voodoo Sound). En mesurant la plage dynamique du son en sortie lorsque le fichier d’origine possède une fréquence différente de 48 kHz, des artefacts audio apparaissent et sont clairement identifiables, comme ci-dessous avec un même son diffusé en 44,1 kHz (en blanc) et en 48 kHz (en vert). La seconde courbe se montre beaucoup plus stable (le pic à 1 kHz étant normal).

plage-dynamique-chromecast-audio-44-48-kHz

Crédits : Supercur.io

Cette même plage dynamique est d’ailleurs plafonnée à 96 dB environ dans toutes nos mesures, signe que le son est limité à du 16-bits, et non 24 (qui offrirait alors une plage plus large allant jusqu’à 144 dB).

Dans les faits, cela se ressent de toute façon assez peu à partir du moment où l’essentiel du contenu envoyé sur le Chromecast provient de services de streaming tels que Google Play Musique et Spotify qui sont limités à des formats compressés à 320 kbps. C’est d’ailleurs le principe même du Chromecast, qui ne se sert du smartphone que comme une télécommande pour lui indiquer quelles musiques aller chercher.

En ce sens, il se montre donc tout à fait correct, d’autant que son prix est particulièrement abordable. François Simond nous a d’ailleurs confirmé que les niveaux de distorsion sont plutôt étonnants (dans le bon son sens du terme) pour ce niveau de prix.

Lire également : A-t-on réellement besoin de l’audio HD (24 bits / 192 kHz) sur les smartphones ?

Car c’est bien là le principal avantage du Chromecast Audio. À 39 euros seulement, il se positionne comme le meilleur rapport qualité/prix du marché pour qui cherche à connecter ses enceintes. À son tarif, ses seuls concurrents sont le Motorola Stream, qui ne fonctionne qu’en Bluetooth et limite donc les possibilités, et le Rocki, dont l’application et ses nombreux plantages sont souvent décriés en plus de sa complexité générale. Pour atteindre la même qualité, il faudra donc s’orienter vers des produits bien plus onéreux de type AirPort Express (une centaine d’euros) ou Sonos Connect (comptez environ 400 euros). Ne parlons même pas du Prizm, dont la livraison était prévue en octobre et que ses backers attendent toujours…

Note finale 8/10
Soyons clairs tout de suite. Si vous êtes un audiophile confirmé disposant d'une installation coûtant plusieurs SMIC et que vous cherchez le moyen de connecter le tout pour profiter d'une musique lossless de qualité, le Chromecast Audio n'est pas pour vous ! À l'heure actuelle, son plus gros problème est de ré-échantillonner l'ensemble des sources en 16-bits/48 kHz, entrainant des déperditions en plus de ne pas être d'une qualité optimale. Mais même sans ce bug, la promesse de Google concerne de l'audio HD à 24-bits/96 kHz seulement, ce qui n'est pas aussi bon que ce que peut proposer la concurrence.

Pour tous les autres utilisateurs, et notamment ceux qui utilisent des services de streaming musical (Spotify, Deezer, Google Play Musique, Qobuz...), le Chromecast Audio sera certainement le meilleur rapport qualité/prix qui se puisse trouver actuellement dans le commerce. Il possède certes quelques défauts, dont certains pourront être corrigés au fil des mises à jour, mais il s'impose facilement par sa simplicité d'utilisation, sa qualité générale, son format qui tient dans la poche, ses nombreuses sources compatibles et bien sûr... son tarif exceptionnel.

Autant dire que nous avons hâte que Google déploie ses mises à jour pour voir ce que vaut le Chromecast Audio utilisé à son plein potentiel.
  • Points positifs
    • Son prix
    • Tout petit
    • Vraiment pas cher
    • Un son plus que correct
    • 39 euros seulement
    • Très pratique d'utilisation
  • Points négatifs
    • Son ré-échantilloné en 16-bits / 48 kHz pour le moment
    • Et le Multi-Room ?
    • Incompatible avec YouTube
    • Le volume parfois difficile à régler
    • Chauffe même hors utilisation

Il n' y a pas d'offres pour le moment