Introduction

Emblème de la réussite sur Kickstarter, avec quelques millions de dollars récoltés lors de la campagne de financement de sa première montre, Pebble a depuis élargi son catalogue. Des Pebble 2, Time 2 et Core sont actuellement en cours de financement – ou devrait-on dire en pleine campagne de communication – via la même plateforme, et la Time Round, officialisée en fin d’année dernière, est disponible dans le commerce. Une version design d’une montre connectée bien connue des technophiles, et que nous nous sommes employés à tester.

pebble-11

Design

Après une Pebble Time réputée tant pour son style ludique (voire enfantin) que pour son succès sur Kickstarter, Pebble a peu à peu pris une orientation design, notamment en créant une version métallique « Steel » de sa montre. Avec la Time Round, on sent que la marque américaine a fourni de nets efforts. L’appareil passe d’un segment un peu geek, de produits difficiles à porter avec autre chose qu’un t-shirt et des Van’s, à une montre que l’on pourra assortir sans trop de problèmes avec des tenues un peu plus élégantes. Selon les versions, Pebble propose d’ailleurs des finitions très sobres, avec un boîtier métallique argenté ou noir, ou un peu plus brillante, en version dorée.

pebble-2

Dans tout les cas, on note le passage à un boîtier compact, de 3,85 cm de diamètre, et surtout d’une épaisseur de 7,5 mm. Toute légère (moins de 30 grammes), elle peut être associée à un bracelet de 14 ou de 20 mm standard. Il faut bien se le dire : c’est l’une des rares montres connectées à pouvoir cibler à peu près n’importe qui, même les femmes aux petits poignets. En soit, c’est déjà très bien.

Petite et légère, cette Pebble Time Round a en revanche l’inconvénient de se contenter d’un écran d’un pouce de diamètre. Comprenez que de très (très) larges bordures entourent cet écran e-paper, ce qui est assez déroutant, à l’heure où les constructeurs d’appareils mobiles visent les écrans borderless, c’est-à-dire aux bordures les plus fines possible. Au moins peut-on concéder à Pebble que son approche est totalement assumée.

pebble-6

Il faut bien noter qu’au contraire des marques concurrentes, Pebble ne propose pas un écran tactile. L’écran de la Time Round est donc bordé de boutons (un à gauche et trois à droite), servant à naviguer dans les menus. Le boîtier de la montre étant très fin, les boutons le sont aussi, et il peut arriver par mégarde de cliquer sur l’un d’entre eux en cassant le poignet. Comme ils sont très près de la peau, ils peuvent être un peu difficiles d’accès pour qui n’a pas des petits doigts.

Dernier point à noter : contrairement à la plupart des montres connectées, la Pebble Time Round n’est pas étanche, mais résistante aux éclaboussures – ce qui est d’autant plus logique qu’elle est affublée de bracelets en cuir qu’il vaut mieux éviter d’immerger. Cela en fait surtout une montre assez inadaptée aux sportifs, et plutôt citadine.

Écran

Après avoir essayé des Motorola Moto 360 2 ou Huawei Watch, il pourrait sembler difficile de passer à un écran non tactile, affichant 64 couleurs, doté d’angles de vision plutôt (très) minces et franchement petit. Au quotidien, qu’en est-il ? À titre personnel, j’ai apprécié l’expérience. La quantité d’éléments affichés est finalement suffisamment mince pour qu’ils soient lisibles, le capteur de luminosité ambiante remplit correctement son office (pour augmenter la luminosité de l’écran), de même que l’accéléromètre. En soi, ça marche.

pebble-3

On n’a évidemment pas affaire ici à un écran permettant d’afficher des photos miniatures issues d’Instagram ni des avatars de contacts, mais on trouve tout de même des petits fonds d’écran ludiques très sympathiques, des informations textuelles très lisibles et des pictogrammes suffisamment clairs. En extérieur, la lisibilité est bonne.

Ergonomie et fonctionnalités

En l’absence d’écran tactile, l’ergonomie de la Pebble Time Round est un peu différente de ce que l’on trouve chez les montres concurrentes. Le bouton situé à gauche de l’écran permet de revenir en arrière, tandis que les trois touches situées à sa droite permettent de naviguer dans les menus. Ces boutons répondent bien, mais il faut tout de même noter que du fait de leur finesse et de leur proximité avec le poignet, ils ne sont pas toujours facilement accessibles. Hormis ce détail, la montre est confortable, notamment du fait qu’elle est très légère et peu épaisse.

Côté fonctionnalités, une fois l’appairage Bluetooth réalisé – il est très simple puisqu’il suffit de télécharger l’app Pebble puis de sélectionner son appareil – l’offre est riche. La montre vibre à la réception d’appels, auxquels il est possible de décrocher depuis la montre (mais pas de répondre, en l’absence de haut-parleur), de SMS et autres notifications. La Time Round se charge en outre de comptabiliser les pas et les calories brûlées, envoie des rappels à son porteur pour l’encourager à marcher et le félicite lorsqu’il a réalisé bon nombre de pas (les notifications peuvent être désactivées). Dans l’ensemble, cela fonctionne bien, même si la connexion Bluetooth s’interrompt de temps en temps, alors même que l’on ne s’éloigne que de quelques mètres du téléphone.

pebble-4

En matière de notifications, si l’offre est complète, il faut avouer que le système de Pebble, par ailleurs très simple à appréhender, est un peu brouillon. Toutes les notifications sont mélangées, et il n’est pas évident de s’y retrouver. Quant au podomètre, il a tendance à franchement sous-estimer les distances parcourues. À titre d’exemple, la montre indique chaque matin que j’ai parcouru entre 250 et 350 pas pour parcourir les 500 mètres qui me séparent du métro le plus proche, alors même que je lui ai bien indiqué ma taille… Sur une journée à 10055 pas selon le podomètre de mon téléphone (qui n’est pas toujours dans ma poche), la Pebble Time Round n’en a relevé que 8971.

Screenshot_sante

Imparfaite dans ses fonctionnalités, la Pebble Time Round n’en reste pas moins très sympathique. Son écran personnalisable est en soi un régal, d’autant que la liste de thèmes téléchargeables permet d’en faire un accessoire vraiment personnalisé. Et puis après tout, la fonction météo et l’affichage permanent de l’heure sont de véritables atouts, et la saisie vocale de SMS (pour répondre à des messages reçus) fonctionne bien. Le store de mini applications Pebble est également là pour enrichir le tout.

screenshot-apps

 

Autonomie

Contrairement aux autres Pebble, qui annoncent près d’une semaine d’autonomie, la Time Round n’est pas censée tenir plus de deux jours sans être rechargée. Sur ce point, on ne peut que concéder à la marque la justesse de son estimation, puisque c’est l’autonomie que nous avons constatée en portant la montre en permanence, en laissant les notifications activées, et en choisissant une luminosité moyenne. Malgré son écran e-paper, la Pebble Time Round ne dépasse pas vraiment l’autonomie de montres Android Wear aux écrans beaucoup plus grands, mais aussi à la batterie nettement plus conséquente (grâce à un boîtier plus épais).

La Pebble Time Round se charge par une prise propriétaire en environ une heure. On aurait tout de même préféré un port de type USB, histoire de ne pas être coincés en cas d’oubli. Le câble fourni, bon point pour lui, est plat, ce qui évite les nœuds.

Test Pebble Time Round Le verdict

design
9
C'est l'atout maître de cette Pebble Time Round, qui se démarque clairement dans l'univers des montres connectées. Jolie, discrète et légère, la montre peut convenir a à peu près tous les publics, mêmes aux femmes dont le poignet est trop petit pour supporter des montres connectées classiques.
confort
8
Pas de problème avec cette montre, qui est agréable à porter au quotidien. Dommage, ses boutons de navigation ne sont pas toujours idéalement accessibles.
fonctions
6
On reste nettement plus dubitatif devant les fonctionnalités de la montre. Complète, mais brouillonne, elle permet de recevoir de nombreuses notifications parmi lesquelles on se perd un peu. La saisie vocale fonctionne bien, le podomètre un peu moins, et les pertes de connexion Bluetooth sont un peu trop fréquentes.
écran
7
Presque perdu au milieu d'un cadran bien plus grand que lui, l'écran de la Pebble Time Round ne prétend pas rivaliser avec des dalles OLED comme certaines montres sous Android Wear. Il affiche peu de couleurs, n'est pas tactile, mais extrêmement sympathique, avec ses fonds d'écran ludiques. Surtout, il est lisible en permanence, ce qui est très agréable.
autonomie
6
La Pebble Time Round tient sa promesse de deux jours d'autonomie. Tant mieux, mais on est en droit d'espérer mieux d'une montre dotée d'un écran e-paper.
Note finale du test 6/10
La Pebble Time Round est une montre que l'on prend plaisir à utiliser. Elle est très agréable à porter, peut convenir aux poignets fins comme aux bras plus costauds, fonctionne avec Android et iOS et fait office de tracker d'activités. Elle permet de recevoir ses notifications, de lire ses messages et d'y répondre : c'est un outil complet.

Mais avec son classement de notifications fouillis, effet accentué par l'étroitesse de son écran, la Time Round n'assure que le strict minimum en matière de montre connectée. Elle manque de précision pour servir véritablement de tracker d'activités et sert essentiellement de montre... en un peu mieux. Son système de charge propriétaire et son autonomie de deux jours nous font craindre qu'elle finisse au fond d'un tiroir au bout de quelques semaines. Bref, dans la mesure où il faut dépenser 230 euros pour acquérir cette Pebble Time Round, mieux vaut être un véritable aficionado de son style et ne pas craindre de faire quelques concessions.
  • Points positifs
    • Un écran lisible, même au soleil
    • Un boîtier très léger et petit
    • Des bracelets interchangeables
    • Une interface facile à prendre en main
  • Points négatifs
    • Un classement des notifications peu clair
    • Une autonomie de deux jours
    • Des mesures d'activité peu fiables