Introduction

Le Kodak Ektra est arrivé dans nos bureaux et nous l’avons essayé. C’est un smartphone concu sous licence par Bullitt Group, qui fabrique aussi les smartphones Caterpillar. Kodak l’annonce comme étant destinés aux « créatifs » et surtout aux photographes. Alors est ce que son prix de 500 euros est vraiment justifié malgré une fiche technique en demi-teinte ? C’est ce que nous allons voir !

Le 9 décembre 2016 sortait en Europe le Kodak Ektra, présenté le même jour que le Google Pixel. Le smartphone de Kodak avait alors subit le fait d’être presque totalement effacé des esprits par l’annonce des flagships de Google. Il est le deuxième smartphone de la famille Kodak après le IM5, un smartphone qui en voyant son interface logicielle faisait penser aux smartphones pour séniors.

Le fabriquant d’appareils photos américain a alors fait équipe avec le fabriquant Bullitt, qui fabrique déjà les smartphones Caterpillar entre autres, pour concevoir un smartphone fait pour la photo, rendant hommage aux anciens appareils photos de Kodak qui ont fait sa popularité.

Kodak vise donc clairement les photographes nostalgiques, les hipsters, ou tout simplement des personnes cherchant un téléphone capable de prendre de belles photos. Mais au vue de sa fiche technique de smartphone milieu de gamme et pour un prix de 500€, est ce que ce smartphone vaut le coup ?

Fiche technique

Modèle Kodak Ektra
Version de l'OS Android 6.0 (Marshmallow)
Interface Android Stock
Taille d'écran 5 pouces
Définition 1920 x 1080 pixels
Densité de pixels 424 ppp
SoC Helio X20 à 2,3GHz
Processeur (CPU) Cortex-A53, Cortex-A72
Puce Graphique (GPU) Mali-T880-MP4
Mémoire vive (RAM) 3 Go
Mémoire interne (flash) 32 Go
MicroSD Oui
Appareil photo (dorsal) 21 Mégapixels
Appareil photo (frontal) 13 Mégapixels
Enregistrement vidéo 4K
Wi-Fi 802.11ac
Bluetooth 4.1 + BLE
Bandes supportées 2100 MHz, 800 MHz, 1800 MHz, 2600 MHz
SIM nano SIM
NFC Non
Ports (entrées/sorties) USB Type-C
Géolocalisation Oui
Batterie 3000 mAh
Dimensions 147,8 x 73,35 x 9,69 mm
Poids 163 grammes
Couleurs Noir
Prix 471 euros
Fiche produit

Design : une remontée aux sources

Pour le design de son second smartphone, Kodak a voulu se rapprocher de ses anciens appareils photo avec une coque arrière en faux cuir et l’appareil photo proéminent. On retrouve aussi le bas bombé pour améliorer la prise en main durant une photo.

Du plastique en peinture métallisé compose les contours du téléphone. A gauche on y trouve uniquement le slot nano sim et micro SD. En haut se trouve la prise jack et un micro, en dessous du téléphone on peut voir un autre micro et la prise USB Type-C. Enfin à droite on retrouve les boutons de volume, d’allumage et également un bouton déclencheur de l’appareil photo et petite particularité de ce smartphone, une attache pour la dragonne qui nous rappelle nos heures de jeux sur la Wii.

Devant se trouve un haut-parleur, l’appareil photo frontal de 13 mégapixels, une led de notification et en bas les 3 boutons tactiles qui s’éteignent en même temps que l’écran. Derrière se trouve comme dit plus haut l’appareil photo de 21 mégapixels et le 2ème haut-parleur du téléphone.

Le téléphone est plutôt léger et on a une sensation de solidité lorsque l’on l’a en main. Cependant la prise en main laisse à désirer puisqu’on ne sait pas où mettre nos doigts pour tenir fermement le téléphone : l’écart entre l’excroissance sur le bas de la coque et l’appareil photo étant trop court pour que l’on puisse le porter confortablement.

Kodak a du choisir entre un smartphone qui ressemble à ces anciens appareils photos ou un smartphone avec une bonne prise en main, il a choisit la première option. Cependant l’imitation des anciens appareils photos est réussie, visuellement, mais aussi au niveau du matériau utilisé.

La prise en main du Kodak Ektra est assez désagréable

On peut également déplorer la place des boutons qui sont tous sur le coté droit ce qui est assez déroutant, mais ne vous inquiétez pas, il sera difficile d’appuyer dessus par erreur, les boutons demandant un minimum de pression pour les enclencher. On peut aussi regretter l’appareil photo qui ressort de la coque arrière mais ce n’est pas un défaut en soi, de nombreux constructeurs le font.

Le plus dérangeant est finalement le verre protégeant le capteur se raye très facilement alors que nous n’avons jamais rien fait de « dangereux » à part le poser sur une table. Ce n’est pas son seul problème de solidité puisque lors de notre séance photo, le smartphone nous a glissé des mains pour tomber sur le sol en parquet. L’écran et la vitre du smartphone se sont littéralement brisés au niveau du haut parleur. Malchance ou manque de solidité ?

L’écran après une chute.

Niveau accessoires Kodak vend aussi une coque de protection qui ressemble à celles des anciens appareils photos justement, cette fois ci elle est en vrai cuir mais est assez encombrante, en bref là aussi la ressemblance avant le confort était de mise chez Kodak.

Écran : allez les bleus ? 

Pour un téléphone qui vise les photographes, un bon écran est indispensable. Kodak embarque donc un écran IPS LCD Full HD 1080p de 5 pouces qui nous a plutôt déçu. Pour un écran censé être le plus qualitatif possible pour montrer les défauts ou les avantages des photos que l’on prend, il possède beaucoup trop de problèmes.

Les couleurs tirent beaucoup trop vers le bleu et cela est visible même à l’œil nu

Le rendu des couleurs est à des années lumière de la réalité. A vue d’œil on remarquait déjà une poussée des couleurs vers le bleu et une saturation surtout au niveau du vert, et nos tests nous l’ont confirmé. Premièrement nous avons un contraste de 814:1, un score très bas qui se ressent lorsque l’on utilise cet écran puisque la lisibilité en plein soleil n’est pas excellente, un comble pour prendre des photos… Il possède toutefois une luminosité maximale de 400 cd/m2 ce qui est plutôt bon, mais pas excellent, et qui se traduit encore une fois par la difficulté de faire des photos en extérieur puisque le retour à l’écran n’est pas parfaitement visible.

Le point jaune est la couleur blanche affichée à l’écran, le point D65 est le blanc je plus blanc, on voit donc bel et bien que l’écran tire vers le bleu

La température des couleurs est également très haute et trop froide à cause de sa poussée vers les bleus, une température de couleur d’environ 8600 degrés Kelvin alors que l’idéal est 6500 degrés Kelvin.

Une température des couleurs bien trop haute

On peut déplorer aussi l’absence de paramétrage des couleurs qui ne permet pas de régler ce problème. Si il faut trouver du positif, l’écran Full HD se débrouille bien si on ne prend pas en compte les couleurs et une définition comme celle-ci sur un écran de 5 pouces est idéale.

Logiciel : de l’Android Stock pur et dur, enfin presque

Contrairement à beaucoup de constructeurs, Kodak a décidé de ne pas intégrer d’interface constructeur, ici le smartphone est livré avec l’Android 6.0 Marshmallow en version stock, avec comme ajout seulement 4 applications Kodak, toutes destinées à la photo, l’application de l’Appareil Photo, la galerie, l’application Super 8 et enfin le manuel d’utilisation. On peut d’ailleurs désinstaller l’application Super 8 mais pas les autres.

Le seul changement dans l’interface est un menu « Profilsaudio » très mal traduit

Android Stock oblige, le tout est fluide et l’expérience utilisateur très agréable. Cependant c’est de l’Android Stock jusqu’au bout, à part ses applications, Kodak n’a rien modifié ce qui fait qu’il manque quelques fonctionnalités qui auraient pu être bienvenues comme le double tap pour allumer l’écran en veille ou encore la possibilité de supprimer toutes les applications qui tournent en fond dans le menu de multitâche.

On peut également regretter l’absence d’Android 7.0 Nougat et le caractère assez évasif de Kodak lorsque l’on leur demande si une mise à jour était prévue. Si vous voulez absolument disposer des nouveautés d’Android 7.0 Nougat, il ne faut pas forcément compter sur l’Ektra.

Photo : photographes, sautez dessus ou passez votre chemin ? 

Lors de l’annonce du téléphone, Kodak a présenté l’Ektra comme un téléphone fait pour la photo, logique pour une marque spécialisée dans ce milieu. Pour ce faire ils l’ont équipe d’un capteur Sony IMX230, un capteur de 21 Mp datant de 2014 et qui nous avait déjà déçu à l’époque sur le Sony. Cependant à l’époque notre déception était liée à l’intégration logicielle donc peut-être serons nous surpris par ce capteur dans le Kodak ?

Avant de parler des photos, parlons rapidement de l’interface. L’application photo se présente avec le style graphique de Kodak ou de n’importe quel appareil photo reflex avec la roue qui permet de switcher entre plusieurs modes comme le mode automatique, le mode panorama, Bokeh ou encore HDR.

Comme la majorité des capteurs de smartphone il est en 4:3 mais il est possible de prendre des photos en 16:9.

Le mode automatique est facile à utiliser, en luminosité normale les photos sont de bonne qualité même si on peut regretter un lissage parfois trop important, sur certaines photos nous avons même remarqué presque une disparition de certaines textures dans l’arrière plan à cause de ce lissage. A part cela on peut aussi regretter la luminosité qui en mode automatique va être assez basse à l’extérieur et qui va bondir en HDR.

Le mode HDR n’offre rien de vraiment exceptionnel mais il arrive quand même à nous offrir des clichés plus lumineux mais avec des couleurs pas assez prononcées pour certains qui trouveront qu’elles tirent trop vers le blanc. Les mauvaises langues diront que le HDR ne sert ici qu’a augmenter la luminosité des photos.

Sans HDR

Avec HDR

En basse luminosité le capteur nous rappelle à quel point les smartphones ne sont pas faits pour prendre des photos dans ce type d’environnement. La photo possède énormément de bruit et parfois même le focus est impossible à se faire.

Un focus parfois impossible à régler

Le flash est un flash deux tons qui va sans prétention améliorer les photos en basse luminosité, il n’est cependant pas très puissant mais c’est un problème récurrent sur les smartphones.

Enfin la caméra frontale embarque un capteur de 13 MP qui est lui aussi en 4:3, il est plutôt de bonne qualité même si les couleurs sont parfois étranges (les lèvres deviennent orange sur certaines).

Il possède cependant les mêmes lacunes en basse luminosité avec du bruit logiquement présent sur la photo.

L’application possède également un mode Bokeh simple à comprendre qui fonctionne bien si on s’applique et si on ne bouge pas trop. Ce mode va permettre, avec un traitement logiciel, d’ajouter du flou en arrière plan sur une photo, un peu comme le mode portrait de l’iPhone 7 d’Apple. Il fonctionne bien, mais on note quelques artefacts, comme par exemple la base du BB8 qui est à moitié floutée.

Pour conclure si on se concentre sur l’idée de base de Kodak de faire un photophone, c’est raté, l’appareil n’est pas au niveau de certains téléphones haut de gamme comme les Galaxy S7 et Pixel qui restent des références et se place surtout dans le milieu de gamme. On peut cependant applaudir le fait de Kodak ait réussit une meilleure intégration logicielle du capteur de Sony que le japonais sur son Z3 Plus.

Quand à la vidéo, elle est comme les photos, de bonne qualité. Il filme jusqu’en 4K et en 1080p 60 FPS ce qui le place ici dans la cour des haut de gamme. L’autofocus a cependant tendance à vouloir refaire la mise au point beaucoup trop souvent ce qui amène à une sensation de « pompage ». Kodak annonce une stabilisation sur six axes mais sur toutes nos vidéos nous n’avons pas vu de quelconque effet.

Vous pouvez retrouver notre exemple de vidéo filmée en 4K ici et notre exemple de vidéo filmée en 1080p ici ! Vous pouvez également retrouver toutes nos photos prises depuis le Kodak Ektra ici !

Performances : un Helio X20 qui lui fait remonter la pente ? 

Pour ce smartphone Kodak a intégré comme composants un Helio X20 de MediaTek, un processeur deca-core cadencé à 2,3 GHz (2 x Cortex-A72 @ 2,3 – 2,5 GHz + 4 x Cortex-A53 @ 2 GHz + 4 x Cortex-A53 @ 1,4 GHz) présenté en mai 2015 qui est accompagné d’un GPU ARM Mali T880-MP4. C’est un très bon processeur milieu de gamme destiné à concurrencer certains haut de gamme à sa sortie. Il est épaulé par 3 Go de mémoire vive ce qui lui offre une fiche de performances assez intéressante.

Pour un prix de 500€ il se place en concurrent du Samsung Galaxy A5 2017, du Huawei P9 et du Honor 8, nous avons donc comparé leurs performances sur AnTuTu, 3DMark et GFXBench.

Benchmark/ModèleKodak EktraSamsung Galaxy A5 2017Huawei P9Honor 8
SoCHelio X20Exynos 7880Kirin 955Kirin 950
AnTuTu86 07760 26095 11492 377
3DMark Ice Storm Unlimited12 37913 28320 13319 485
GFXBench Manhattan (offscreen / onscreen)17 / 17 FPS12 / 14 FPS14 / 15 FPS19 / 17 FPS
GFXBench T-Rex (offscreen / onscreen)32 / 34 FPS28 / 32 FPS28 / 30 FPS41 / 39 FPS
PCMark 5252466772756472

Des performances intéressantes et honorables mais qui comme pour le Galaxy A5 2017 ne font pas le poids face à certains de leurs concurrents au même prix voire moins chers. On aurait également été en droit d’attendre plus de 3 Go de RAM pour ce prix là. Mais en utilisation classique tout est fluide, l’expérience est très bonne grâce à l’absence de l’interface constructeur. Notre jeu de test, Real Racing 3 tourne assez bien même si quelques ralentissements se font sentir lors des phases où plusieurs véhicules sont dans votre champ de vision mais rien d’handicapant il tournera la plupart du temps aux alentours des 30 FPS.

3DMark
  • Kodak Ektra : 12379
  • Galaxy A5 2017 : 13283
  • Huawei P9 : 20133
  • Honor 8 : 19485

Autonomie : la photo n’est pas votre amie 

Pour la batterie de ce smartphone, Kodak a opté pour une batterie de 3000 mAh compatible avec la recharge rapide. Mais on sait bien que cela ne fait pas tout et que l’autonomie n’est seulement liée aux nombres de mAh de la batterie.

Lors de notre test d’autonomie YouTube où nous lisons une vidéo YouTube d’une heure avec une luminosité de 200 cd/m2, le Kodak Ektra a perdu 18% de batterie. Un score assez décevant alors que la moyenne des concurrents est d’environ 10-15%. Pour continuer la comparaison, le Galaxy A5, réputé pour son autonomie n’avait perdu que 5% de batterie, le Huawei P9 avait quand à lui perdu 15% et 13% avaient été perdus sur le Honor 8.

Enfin lors d’une petite séance photo pour tester le capteur, nous avons passé 7 minutes à prendre des photos en verrouillant, déverrouillant l’écran, en switchant entre le mode auto et le mode HDR et nous avons perdu 6% de batterie. En bref ne vous attendez pas à faire de grandes balades photos sous peine de voir la batterie fondre comme neige au soleil !

Autonomie : test de la vidéo YouTube
  • Kodak Ektra : 82
  • Galaxy A5 2017 : 95
  • Huawei P9 : 85
  • Honor 8 : 87
  • Moyenne : 90

De plus la batterie est non amovible donc ne vous attendez pas à pouvoir la remplacer facilement en cas de panne.

Prix et disponibilité 

Le Kodak Ektra est disponible sur le store officiel de la marque au prix de 499€ et sur Amazon à environ 450 euros.

Conclusion 

 

Verdict Kodak Ektra

design
6
Kodak et Bullitt avaient une idée : faire un design semblable aux anciens appareils photo Kodak. Ils l'ont très bien concrétisée. Le dos est très joli mais la face du téléphone fait vraiment téléphone d'entrée de gamme. Le choix de mettre tous les boutons sur le coté droit est assez déroutant, surtout celui du bouton de verrouillage situé sur la moitié basse du smartphone. La prise en main est également mauvaise du fait de l'ergonomie de sa coque.
écran
6
L'un des rares points forts de cet écran IPS LCD est sa définition Full HD et une luminosité maximum confortable, pour le côté couleurs on repassera. Les couleurs sont bien trop froides car elles tirent bien trop vers le bleu et rien dans les paramètres ne vous permet de changer cela.
logiciel
8
De l'Android Stock comme on le connait, des applications installées de base peu nombreuses, pas envahissantes et désinstallables pour certaines, Kodak et Bullitt ont très bien géré la partie logicielle de ce smartphone. Android Stock permet au téléphone de tourner fluidement et de ne pas avoir trop de problèmes de ralentissements. L'absence d'Android 7.0 Nougat et l'absence de déclaration de Kodak quand à une éventuelle mise à jour nous empêche cependant de mettre plus.
caméra
7
Un appareil photo convenable. Ni plus ni moins. Sa définition de 21 MP l'aide vraiment à prendre des photos qui permettent de voir assez loin dans l'arrière plan mais des couleurs pas assez prononcées, un lissage parfois trop important de l'arrière plan et un mode HDR qui n'apporte pas grand chose si ce n'est plus de lumière en font un appareil photo uniquement convenable. Dommage pour un smartphone signé Kodak.
performances
8
Après nos tests, le Helio X20 et ses 3 Go de RAM font très bien tourner le smartphone. Il n'aspire pas à concurrencer les Snapdragon 821 ou l'Exynos 8890 mais il fait ce qu'on lui demande et les jeux fonctionnent tous aux alentours des 30 fps tant que l'on ne le pousse pas dans ses derniers retranchements.
autonomie
6
Une autonomie assez décevante malgré sa batterie de 3000 mAh, il tient très peu quand on se met à prendre des photos et ses performances d'autonomies sont bien en dessous du commun des smartphones, à voir si cela vient d'un problème logiciel ou simplement matériel.
Note finale 6/10
Pour conclure le Kodak Ektra est un bon smartphone de milieu de gamme. Il possède un design original, de bonnes performances grâce à son Helio X20 et ses 3 Go de RAM et Android Stock qui laisse le système assez léger pour réduire les ralentissements.

Cependant chaque bon point est rattrapé par un mauvais point, son design est original et fait penser aux appareils photos classiques de Kodak, mais il a une prise en main très mauvaise. Il a un capteur de 21 MP mais qui ne fait aucune prouesses. Il a la recharge rapide et heureusement car vous allez vous en servir à la vue de son autonomie. Le plus gros problème de ce smartphone si on écarte l'autonomie reste l'écran, puisque sa gestion des couleurs n'est pas compatible avec une pratique semi-professionnel de la photo.

À la vue du marché actuel, ce smartphone devrait valoir environ 300 euros, cependant Kodak le vend 200 euros au dessus et risque bel et bien de ne pas attirer de public face à une concurrence meilleure et moins chère.
  • Points positifs
    • Un design original
    • Android Stock
    • La recharge rapide
    • Un Helio X20 performant
  • Points négatifs
    • Un design difficile de prise en main
    • Une caméra qui n'a rien de spécial
    • Une autonomie très décevante
    • Un écran qui tire trop vers le bleu
    • Le prix