Développer des jeux n’a rien d’une sinécure, en témoigne le surnom dont ils sont affublés en Chine : ces « Ma Non » (croqueurs de nombres, ou plutôt d’heures) ne comptent pas leur temps, a fortiori lorsque le lancement d’un titre approche. Ce qui ne signifie pas que leur tirelire se remplit plus vite, en témoigne le cas d’un programmeur qui a préféré aller chercher fortune dans un tout autre domaine.

Développeur chinois

Il existe en Chine des vendeurs de rue proposant aux passants des petits pains fourrés ou non et baptisés « shaobing ». À en croire l’anecdote relatée par Tencent, voilà une activité plus lucrative que la programmation de jeux web.

Le jeune développeur chinois explique pourquoi il a démissionné de ses fonctions de développeur de jeux web : « Quand nous quittons le travail, nous allons souvent nous détendre, au karaoké ou encore en jouant au basket. Mais mon corps n’était malheureusement plus capable de supporter tout ça et j’ai dû quitter mes fonctions« , a-t-il indiqué. Après sa démission, il a trouvé une petite amie, s’est mis à la cuisine et s’est spécialisé dans les petits pains qu’il a fini par vendre dans la rue, sur son propre stand. Et c’est ici que l’histoire devient assez surprenante : le couple gagne 3259 $ par mois, ce qui n’a rien d’une petite somme dans le pays, d’autant plus que le développeur aurait gagné moitié moins dans son précédent job !

La situation des développeurs, Android ou non, n’est pas nécessairement la même hors des frontières chinoises. Entre des devs qui choisissent de coder dans leur salon, en marge de leur emploi, ou des professionnels travaillant dans des startups ou des entreprises plus importantes, les choix sont conséquents. Il n’est évidemment pas toujours évident de se faire une place dans ce monde finalement étroit, ou de générer des revenus suffisants pour en vivre. De là à préférer ouvrir un salon de thé après s’être tué à la tâche ?