On attendait de pied ferme le successeur d’Android Lollipop sur la scène de la Google I/O. Sundar Pichai et son équipe y ont présenté un Android M tourné vers la simplification des usages des applications, vers la sécurisation des paiements mobiles et vers l’amélioration de l’autonomie des mobiles.

Android M overview

On l’attendait de pied ferme et, comme c’était le cas il y a un an tout juste, c’est une version d’Android sans nom définitif que présente aujourd’hui Google. Android M. S’il se nomme Macadamia Nut Cookie, Mars, Macaron ou Muffin au caramel au beurre salé, on n’en sait rien encore. Ce que l’on connaît du moins, ce sont les grandes lignes des nouveautés apportées par Android M Developer Preview, cette version bêta essentiellement destinée aux développeurs. On notera que la conférence d’ouverture de la Google n’a nullement évoqué des questions de design : autant dire qu’il n’est pas question, avec Android M, de revoir de fond en comble le Material Design.

La gestion des permissions des applications

permission android m final 4

Il s’agit plutôt de remettre au goût du jour une fonctionnalité réservée, avant KitKat, à quelques connaisseurs (grâce à App Ops) : la gestion des permissions. Android M commencera par réduire le nombre de permissions que les développeurs pourront demander au nombre de huit, et permettra à l’utilisateur de les gérer finement. Google a notamment donné l’exemple de WhatsApp qui, lors de la première utilisation des appels audio, devra demander aux utilisateurs d’Android M l’autorisation d’utiliser le microphone de l’appareil. La question ne sera posée qu’une fois, mais, a posteriori, l’utilisateur pourra se rendre dans le menu de l’app dédié pour désactiver les permissions qui ne lui conviennent pas. Un petit (disons modéré) pas pour les développeurs, un grand pas pour l’utilisateur.

Des onglets Chrome personnalisables

Chrome Tabs

Le Chrome d’Android M permettra d’afficher des onglets Chrome au sein même des applications, par-dessus leur contenu, de sorte que le mobinaute n’aura pas à quitter l’application qu’il consulte pour ouvrir un onglet. Google promet des options de personnalisation poussées, avec des boutons personnalisés dans les onglets eux-mêmes, mais aussi le remplissage automatique des données personnelles, la mémorisation des mots de passe déjà présents dans Chrome : en somme, la totale. L’idée est ici de simplifier l’expérience utilisateur, et surtout de la rendre plus rapide, puisqu’il ne sera plus nécessaire avec Android M d’ouvrir une deuxième application pour consulter les contenus de la première. Moins de multitâche, c’est donc plus de rapidité en perspective.

Chrome Pinterest

Un onglet Chrome au sein de Pinterest

Toujours au sujet des liens, on notera que leur ouverture dans une autre application ne donnera plus lieu à l’apparition d’une boîte de dialogue demandant à l’utilisateur s’il souhaite l’utiliser. Ils seront ainsi ouverts sans autre forme de procès.

Android Pay est arrivé

Android Pay

C’est le retour d’Android Pay, évoqué il y a quelques mois pour succéder à Google Wallet, dont le succès est resté très relatif. Sundar Pichai avait en effet mentionné rapidement le système de paiement lors du MWC de mars dernier, sans s’étendre sur le sujet. Le système permettra de réaliser des paiements en NFC depuis un smartphone, notamment aux États-Unis, où Google indique travailler avec des banques telles qu’American Express, Visa ou MasterCard, mais aussi avec des commerçants tels que Macy’s, Mac Donald’s ou Subway. Il faut noter qu’Android M intégrera nativement Android Pay, c’est-à-dire qu’il ne sera pas nécessaire d’ouvrir une application précise pour réaliser un paiement, tandis que sur les versions antérieures de l’OS (à partir toutefois de KitKat), il faudra utiliser une application disponible « plus tard dans l’année ». Pour l’heure, on n’en sait pas plus.

Le support de lecteurs d’empreintes digitales

Android M fingerprint

Si Android Pay est supposé être aussi intuitif dans Android M, c’est bien parce que le support des lecteurs d’empreintes digitales sera de la partie. Au lieu de laisser les constructeurs tiers réaliser le travail – c’est le cas chez Samsung, Huawei ou encore Oppo – l’OS mobile sera nativement compatible avec ces capteurs. Ces derniers pourront être utilisés pour déverrouiller les mobiles, mais aussi pour sécuriser les transactions financières et réaliser des achats sur le Play Store. Les API d’authentification seront ouvertes aux développeurs tiers.

 

Une meilleure autonomie et le support de l’USB-C

L’USB-C, ce connecteur USB promettant de combiner la plupart des connecteurs actuels (même l’USB 3.1) tout en étant réversible, est déjà intégré au Chromebook Pixel 2 de Google. Mountain View avait promis le support de ce standard dans davantage de produits, dont des smartphones, en début d’année, et ce sera chose faite avec Android M. Autant dire que le prochain Nexus, que l’on attend désormais avec impatience – mais qui promet de nous faire languir jusqu’à l’automne – sera équipé de ce fameux USB-C.

Android M Doze

Plus que cette prise assurant charge et transfert de données rapides, c’est sur son système Doze (« somnoler ») intégré à Android M qu’a insisté Google. Il s’agit de gérer l’énergie intelligemment lorsqu’un terminal mobile n’est pas utilisé, afin d’en prolonger l’autonomie en veille. Lorsque l’appareil ne détecte aucun mouvement, son activité est supposée s’arrêter, mais en laissant passer alarmes et messages. Par ce biais, l’autonomie en veille devrait doubler. Utile pour les tablettes passant l’essentiel de leur temps sur la table basse du salon, mais aussi pour un smartphone posé pendant une grande partie de la journée sur un bureau.

D’autres nouveautés plutôt liées à l’évolution de services Android seront de la partie, à commencer par les améliorations de Google Now, s’appuyant de plus en plus sur le langage naturel pour répondre aux demandes de l’utilisateur. On imagine que d’autres petits (ou gros) détails seront à découvrir par la suite. Les plus pressés pourront dans les prochaines heures télécharger leur preview d’Android M sur des Nexus 5, 6 et 9 pour se faire leur propre idée de la nouvelle mouture de l’OS fournie par Google ; ils devront toutefois retenir qu’elle est essentiellement destinée aux développeurs et qu’à ce titre, elle risque d’être sujette à quelques bugs et dysfonctionnements.