Les écrans 2,5D sont à la mode depuis quelques mois sur le marché des smartphones. Du Galaxy Note 4 à l’iPhone 6 en passant par le Xiaomi Mi Note ou l’Oppo R7, de nombreux constructeurs proposent un smartphone doté d’un écran 2,5D, à mi-chemin entre l’écran plat classique et l’écran incurvé des Galaxy Note Edge et S6 edge. Mais à quoi correspondent réellement ces écrans 2,5D ?

Nexus-6ecran-2.5D

Les équipes marketing des constructeurs ont trouvé un terme qui fonctionne bien dans le domaine des écrans : 2,5D. Le dernier constructeur en date à avoir utilisé ce terme est Oppo avec son R7. Mais ce n’est pas le premier puisque de nombreux constructeurs proposent des smartphones dotés d’un écran 2,5D. Coupons court au suspense : dans les faits, il s’agit simplement d’un écran disposant de bords légèrement arrondis. Et cette technique n’est pas nouvelle puisque le Lumia 800 intégrait déjà ce type d’écran en 2011. On trouve aussi, sur le site de Lite-On, un communiqué de presse, datant de 2013, pour proposer ce genre « d’écrans » aux constructeurs. En fait, ce n’est pas l’écran qui est arrondi, mais uniquement la vitre protectrice.

Mi Note 2.5D

Ce slide Xiaomi permet de comprendre la différence entre les glaces 2D, 2,5D (arrondies) et 3D (incurvées)

 

Ecran 2,5D : l’explication technique

Pour rappel, un écran de smartphone est constitué – notamment – d’une dalle et de son rétroéclairage, d’une surface tactile et d’une surface protectrice. Sur les écrans 2,5D ou arrondis, c’est seulement cette dernière qui est arrondie, et tout le reste est plat, comme sur les écrans standards. D’ailleurs, lorsqu’on regarde de plus près un écran 2,5D allumé, on se rend compte que la zone d’affichage est plate et qu’elle ne va pas jusqu’aux bords arrondis, contrairement aux écrans incurvés. Ainsi, sur le Galaxy Note Edge et encore plus sur le Galaxy S6 edge, on peut admirer la glace de protection qui est incurvée, tout comme la dalle et donc l’électronique qu’on trouve en dessous. Cela est permis par l’utilisation d’un substrat flexible, comme du plastique dans le cas des dalles POLED de LG et OLED flexible de Samsung. Sur le Mi Note, la glace avant est de type 2,5D alors que la glace arrière est vraiment incurvée et donc de type 3D.

Oppo R7

L’Oppo R7, son écran et ses bords arrondis

Dans le cas des écrans 3D, ce sont des technologies coûteuses et difficiles à mettre en place, contrairement à une glace protectrice légèrement arrondie sur ses bords qui demande uniquement une légère adaptation des techniques existantes. À titre d’information, lors du lancement du Galaxy S6 edge, il se murmurait que seulement 50 % de la production était viable, à cause de la fabrication du verre incurvé très délicate comme l’expliquait Samsung. Pour les glaces arrondies, le processus est identique à celui des glaces standard, avec une finition légèrement différente, pour obtenir l’effet arrondi. L’avantage est de pouvoir utiliser facilement, et sans trop de surcoûts, les verres résistants comme le Gorilla Glass.

c_Galaxy-S6-Edge-test-DSC08117

L’écran incurvé (3D) du Galaxy S6 edge

Les avantages d’un écran 2,5D

Et pour l’utilisateur, quel est l’avantage d’un écran arrondi ou 2,5D ? Ils sont au nombre de deux : l’ergonomie et l’aspect visuel. En effet, à l’œil, les courbes induites par un écran arrondi sont agréables, surtout si le reste du téléphone est lui aussi arrondi. C’est ce que l’on a par exemple sur l’iPhone 6. Sur le Galaxy Note 4, Samsung utilise un écran aux bords arrondis, mais les bords du téléphone remontent plus haut que l’écran, et gâchent alors un peu l’effet escompté. L’effet n’est d’ailleurs pas uniquement visuel. La prise en main d’un téléphone doté d’un écran 2,5D est bien plus agréable que celle d’un téléphone standard. Ce n’est pas vraiment le cas sur le Galaxy Note 4 à cause, justement, des bords du téléphone qui montent plus haut que l’écran. Mais sur l’iPhone 6, les swipe de gauche à droite (ou en sens inverse) sur toute la largeur de l’écran sont vraiment très agréables. Dommage d’ailleurs qu’ils ne soient pas davantage utilisés sous Android, à la place du bouton retour.

Galaxy Note 4 (1 sur 1)

Les inconvénients d’un écran aux bords arrondis

Les écrans 2,5D ont-ils des inconvénients ? Dans certains cas, l’écran peut-être légèrement moins solide puisqu’il est davantage exposé aux chutes à cause des bords du téléphone qui le protègent moins. Par exemple, on peut imaginer que l’écran du Galaxy Note 4 soit légèrement plus résistant aux chutes sur les côtés puisque les bords le protègent. En revanche, l’écran de l’iPhone 6 semble plus exposé à ce genre de chute. L’autre inconvénient est le coût de production, légèrement supérieur, qui peut donc se refléter sur le prix de vente final de l’appareil, mais également sur le prix de vente des pièces détachées. Mais on est loin du coût des écrans incurvés puisque selon TechNews, l’écran du Galaxy S6 edge coûterait environ 25 dollars contre moins de 5 dollars pour un écran standard.

samsung-galaxy-s6-edge-screen-cracked-under-pressure-in-square-trade-test

 

Les écrans 2,5D : un must have ?

Alors, faut-il craquer pour les écrans 2,5D à bords arrondis ? Ce type d’écran est-il un véritable argument pour favoriser la vente des smartphones ? Selon moi, les écrans à bords arrondis apportent vraiment une plus-value aux smartphones. Ils donnent au smartphone un look un peu plus recherché et abouti, mais ils deviennent également plus agréables à utiliser, avec une sensation plus douce sur les mouvements de swipe. Mais il ne faut en tout cas pas voir ce type d’écran comme l’argument de vente extrême. Entre deux smartphones, si l’un est équipé d’un écran 2,5D et l’autre d’un simple écran 2D, il vaudra d’abord mieux regarder le reste de la fiche technique avant de prendre une décision. De plus, ce type d’écran n’est pas toujours aussi bien intégré, comme on l’a vu puisque les constructeurs l’utilisent de manières diverses. Il n’y a qu’à voir les différentes intégrations sur les Nexus 6, Galaxy Note 4, Oppo R7, Vivo X5 Pro ou encore le Mi Note pour comprendre. Finalement, les écrans 2,5D représentent un bonus, la petite cerise sur le gâteau. Mais ce n’est pas eux qui vont révolutionner l’affichage des smartphones et il vaut mieux d’abord s’intéresser au type de dalle utilisée : IPS, AMOLED, IGZO, etc. Ces mots vous sont étrangers ? Notre dossier sur la question devrait aider à vous rafraîchir la mémoire.