L’application Adblock Fast, partenaire de Samsung dans le cadre de l’extension de son navigateur web permettant d’y bloquer les publicités, est dans le collimateur de Google. L’application vient ainsi d’être supprimée du Play Store.

Samsung adblock fast

On a bien compris que le système d’ad-block en soi posait problème : il a ses défenseurs (les internautes en quête de paix visuelle et de pages web se chargeant rapidement) et ses détracteurs, c’est-à-dire ceux qui vivent de la publicité. Il faut bien avouer qu’en la matière, Google est aux premières loges, lui dont les activités publicitaires, notamment sur mobiles, sont particulièrement juteuses.

Du côté des constructeurs de smartphones, qui habillent leurs produits d’interfaces logicielles à leur sauce et d’applications maison, commencent à se pencher sur le sujet. Asus a ainsi annoncé que tous ses smartphones et tablettes à sortir en 2016 seront équipés du navigateur web d’Adblock, tout simplement, tandis qu’en tout début de semaine, Samsung indiquait son intention de proposer un plugin du même ordre. Le Coréen a en effet développé une API permettant à aux développeurs, et notamment son partenaire Rocketship, de proposer des bloqueurs de publicités – en l’occurrence, Adblock Fast – sous forme de plugin dans son navigateur web maison.

L’application Adblock Fast supprimée du Play Store

Les choses se corsent aujourd’hui. L’un des développeurs de Rocketship, Brian Kennish, a en effet reçu un email faisant suite à la suppression d’Adblock Fast du Play Store. L’équipe du portail de téléchargement explique ainsi que si l’application a disparu du Play Store, c’est parce qu’elle enfreint l’une des règles de mise en ligne des applications sur la boutique en ligne :

4.4 Usages interdits : Vous acceptez de ne pas vous engager à toute activité avec le Store, y compris le développement ou la distribution de Produits, qui interfère avec, perturbe, endommage, ou accède de manière non autorisée aux appareils, serveurs, réseaux, ou autres propriétés ou services appartenant à tout tiers, y compris, mais sans s’y limiter, à des utilisateurs Android, Google ou tout opérateur de réseau mobile. Vous ne devez pas utiliser des informations obtenues sur le Store pour vendre ou distribuer des Produits en dehors du Store.

Il ne s’agit pas d’une première dans le monde des bloqueurs de publicités, puisque le navigateur Adblock Plus avait initialement subi le même sort pour des raisons semblables. En revanche, il n’est pas réellement possible d’accuser les développeurs d’Adblock Fast de modifier sans autorisation la propriété d’un tiers (Samsung), puisque le Coréen a fourni lui-même l’API officielle autorisant le support de l’app incriminée. Il semblerait surtout que le gain de visibilité dont a bénéficié Adblock Fast, qui a gagné 50 000 téléchargements en quelques jours, ait joué ici en sa défaveur. Reste à voir si Google reverra sa position, d’autant que le plugin d’Adblock Plus pour Samsung, lui, est toujours en ligne.