La société Bee-Wi, spécialiste de l’accessoire sans fil pour les appareils mobiles, nous a envoyé il y a plusieurs mois deux claviers à tester. Lors de la réception de ces matériels de tests, nous avons été déçus puisqu’il était impossible de faire fonctionner ces deux claviers avec nos smartphones et tablettes fonctionnant sous Android. Un contact de la société nous a indiqué que la société Teksoft s’était engagée à intégrer les drivers dédiés à ces deux claviers.

2 mois plus tard, la chose fût faite nous permettant ainsi de vous proposer ce test.

Nous avons donc pu tester après quelques mois de retard les deux claviers proposés par la marque à savoir le BBK200-AO et le BBK300-AO.

Le modèle BBK-200 est un mini clavier Bluetooth, de la taille d’un smartphone facilement transportable, et qui prendra sa place dans une poche de votre pantalon ou de votre veste. Le BBK-300 est quand à lui orienté pour une utilisation de bureau, puisqu’il dispose de l’ensemble des touches et des dimensions proches d’un clavier de netbook. Les deux s’affichent comme étant fonctionnel jusqu’à 10 mètres (Bluetooth class 2) du matériel de réception.

Caractéristiques techniques

Le BBK-200 dispose des dimensions de 114 mm de largeur et 60 mm de hauteur, pour une épaisseur de 8mm. L’ensemble pèse environ 40 grammes. Le clavier, dispose d’une bouton poussoir vous permettant de limiter l’usage de la batterie pour un fonctionnement prévu jusqu’à 60 heures (400 heures en veille). Le clavier disposant d’une batterie interne, il sera nécessaire de charger le clavier sur votre PC via l’utilisation d’un câble miniUSB.

Ce clavier est disponible en QWERTY et AZERTY. Tout en plastique, il semble assez costaud aux torsions. Quand à la chute, nous avons quelques doutes. Enfin, le dos du clavier est d’un noir brillant au plastique faisant craindre une fragilité.

Le BBK-300 est beaucoup plus grand et donc certainement plus fonctionnel. Pesant 155 grammes, ses dimensions sont de 246 mm de large, 103 mm de hauteur, pour 17 mm d’épaisseur. Là aussi vous retrouverez un bouton permettant d’éteindre le clavier, pour ne pas consommer inutilement sa batterie. Le clavier disposant d’une batterie intégrée, vous chargerez directement votre clavier à l’aide d’un câble miniUSB fourni. Disponible en AZERTY et QWERTY, le matériel dispose de la même autonomie que son petit frère, soit 60 heures en fonctionnement et 400 heures en stand-by. Nous avons apprécié le matériau utilisé pour la conception de ce produit d’un noir mat et dont la solidité semble plus importante que celle du BBK-200.

A l’usage

Comme dit en introduction pour profiter de l’un de ces deux claviers, il vous sera nécessaire d’acquérir le logiciel permettant de recevoir les évènements entrés au clavier. Si Bee-wi fournit le matériel, la partie logicielle bien qu’indispensable est indépendante de Beewi et se rajoutera à votre facture. Non fournie par Bee-wi, il vous faudra trouver sur l’Android Market l’application BlueInput. Bien que disponible en version gratuite, celle-ci s’avérera plus que limitée avec un clavier AZERTY. Il sera donc nécessaire d’acheter la version payante dont l’achat se fait sur le site de l’éditeur pour un coût de $9,95 pour chaque matériel sur lequel vous souhaiterez utiliser le clavier.

Nous regrettons fortement que Beewi ne puisse pas fournir gratuitement cette application aux acheteurs de leurs produits.

Pour fonctionner, il est nécessaire de faire un appariement entre votre smartphone (ou tablette) et le clavier. Celui-ci s’opère facilement en lançant d’une part le logiciel sur votre matériel et en appuyant d’autre oart sur un bouton sur le clavier, basculant ce dernier en mode appariement.

On s’apercevra également que de nombreuses touches présentent sur ces deux claviers n’ont aucune utilité, ce qui est bien dommage. Il aurait été appréciable que l’ensemble des touches ait une utilité (notamment sur le B300) et soit éventuellement personnalisable (lancement automatiquement d’une application par exemple, ouverture de menu). Cependant, le toucher est beaucoup plus agréable sur le B300, que sur le B200.

L’usage d’un clavier physique, tel que le B300, a son intérêt notamment sur une tablette afin de saisir des documents ou des emails en limitant les fautes de frappes, améliorant la vitesse de saisie et en retrouvant une expérience utilisateur proche de celle d’un netbook. L’utilité d’un clavier comme le B200 reste limitée à la « geekerie ».

Conclusion

Nous avons surtout apprécié le clavier B300 pour sa qualité et ses usages possibles. Cependant, on apportera un carton rouge à la société Beewi qui vend du matériel, sans en assurer le bon fonctionnement sur les matériels qu’elle indique comme compatible. De plus, faire payer le logiciel permettant de faire fonctionner le logiciel en plus du produit, est une grande erreur marketing, notamment vis à vis du prix du logiciel (pour rappel 9,95 euros).

Vous pourrez vous procurer ces claviers sur différents sites aux tarifs suivants :

  • B200 : environ 40€ (moins cher constaté 24€)
  • B300 : environ 60€ (moins cher constaté 48€)

Site du constructeur

Application BlueInput