Project ARA, le projet de développement de téléphone modulaire de Google, aura droit à une version particulière d’Android. Et c’est Linaro qui se chargera de son développement.

Project ARA

La version d’Android qui sera installée sur les téléphones du Project ARA était jusqu’à présent une des plus grandes inconnues du projet. En effet, du fait de sa conception modulaire, les smartphones du Project ARA ne peuvent pas être installés sur une version classique d’Android. Le système d’exploitation mobile de Google est actuellement incapable de reconnaître un nouveau composant ajouté « à chaud » sur le téléphone et il est nécessaire d’installer des drivers spécifiques pour lui faire reconnaître de nouvelles pièces supplémentaires de matériel. La question qui se posait jusqu’alors était : comment Google va-t-il faire pour développer une version spécifique capable de tourner sur Project ARA ?

La réponse a été donnée hier par PC World. C’est l’association Linaro qui se chargera du développement de la version d’Android du projet. Linaro est, à en croire Wikipedia, « une association internationale à but non lucratif travaillant à la consolidation et à l’optimisation les logiciels libres à base Linux pour les processeurs d’architecture ARM ». Une association sur laquelle va s’appuyer Google pour développer une version d’Android capable de s’installer sur des téléphones modulaires. George Grey, le PDG de Linaro a par ailleurs donné une poignée de détail sur cette version d’Android. Le but de ce développement est de rendre Android capable de reconnaître des modules plug and play. « Si vous ajoutez une batterie, Android doit la reconnaître, mettre à jour l’icône et pouvoir afficher que vous avez désormais plus d’autonomie. Nous avons pour objectif de parvenir à faire fonctionner cette fonctionnalité », indique Geoge Grey.

Le deuxième objectif de l’association est également de fournir un système d’exploitation complètement sécurisé. Linaro explique en effet que du fait de l’intégration de drivers spécifiques au sein même des modules détachables du Project ARA, développés par les concepteurs mêmes des modules, il faudra faire en sorte que cela se déroule dans un environnement sécurisé, de façon à ce que le module n’endommage pas l’appareil ni l’OS.

Et c’est à peu près tout ce que peut dire George Grey actuellement du développement de cette version d’Android du fait d’un accord de confidentialité signé avec Google. Le PDG de Linaro ne peut par exemple pas dire si cette version d’Android sera basée sur Android L ou non et si elle sera donc compatible avec les SoC 64 bits. Tout juste précise-t-il que le but de ce développement est de faire en sorte que cette version d’Android dédiée au Project ARA ne comporte que des modifications de la version classique d’Android. « Nous ne refaisons pas intégralement l’OS », indique George Grey.

Ce dernier indique pour terminer que l’on en apprendra un peu plus au sujet de cette version d’Android lors de la prochaine conférence dédiée au Project ARA. Celle-ci devrait se tenir à la fin du mois de novembre prochain. Elle sera également l’occasion de savoir où en est exactement le projet, aussi bien d’un point de vue matériel, que technologique et logiciel. Rappelons pour terminer que nous avons rédigé un dossier complet sur le Project ARA, consultable à cette adresse.