Depuis les années fastes des custom ROM, CyanogenMod s’est imposé comme la référence du milieu et sert même aujourd’hui de base à de nombreuses autres créations indépendantes. À l’aube de l’arrivée de la version 13, basée sur Android 6.0 Marshmallow, faisons le point sur cette version.

Dossier mis à jour le 20 janvier 2016.

cyanogenmod_13

Il ne faisait aucun doute que Cyanogen proposerait une version de sa ROM basée sur Marshmallow, et c’est désormais officiel, la version 13 de CyanogenMod est attendue pour Noël si tout se déroule comme prévu (ce qui est rarement le cas, mais c’est au moins une première indication). À l’approche de cette échéance, il est temps pour nous de faire un bilan de ce que nous savons que CM 13.

L’histoire de Cyanogen

Avant d’essayer de comprendre où se dirige Cyanogen, il est important de faire un point pour savoir d’où la marque provient. Connue de tous ou presque aujourd’hui, elle n’a pas toujours été aussi imposante.

Basé sur un noyau Linux, Android a toujours attiré les développeurs et informaticiens du monde entier, avides de pouvoir décortiquer et modifier ce tout nouveau système d’exploitation. Aussi, dès le premier téléphone Android disponible, le HTC Dream (ou HTC G1 selon le pays), des petits malins ont réussi à obtenir des droits “root” afin de modifier comme ils le souhaitaient l’OS et créer une version alternative. Ce n’est que peu de temps après que Steve Kondik, aussi connu sous le pseudonyme Cyanogen, a sorti sa première ROM open source en se basant sur le travail d’un autre développeur alors retiré du circuit.

Cyanogen-rom-froyo-HTC

Vous l’aurez compris, la ROM en question se nommait CyanogenMod et, portée par Steve Kondik, n’a eu de cesse de s’étoffer, apportant à Android des fonctions qui semblent aujourd’hui indispensables, pour le meilleur et pour le pire. Mal perçu par les constructeurs, les opérateurs et même par Google, Cyanogen a rencontré bien des barrières qui l’ont entre autres obligé à retirer les applications Google de sa distribution en 2009.

En savoir plus : Cyanogen Inc : l’autre visage d’Android qui dérange Google

Après un passage au sein de Samsung entre 2011 et 2013, Steve Kondik est revenu à la tête de Cyanogen en créant cette fois-ci une véritable société avec l’aide de Kirt McMaster. Ensemble, et avec l’aide de leurs nombreux employés, ils continuent de développer le cœur de CyanogenMod tout en mettant au point parallèlement à cela Cyanogen OS, un système d’exploitation alternatif destiné à équiper nativement certains terminaux comme le OnePlus One.

cyanogenmod team

Quoi de neuf sur CM 13 ?

CyanogenMod 13 est encore en développement au moment de la rédaction de ces lignes, et l’équipe derrière la ROM n’a pas encore dévoilé toutes les nouveautés prévues pour le moment. Certains détails sont néanmoins d’ores et déjà connus.

cyanogenmod-13

Un cœur de guimauve

Avant toute chose, la ROM CyanogenMod 13 est basée sur le code source AOSP d’Android 6.0 Marshmallow, avec tout ce que cela apporte comme améliorations, que ce soit au niveau de l’optimisation, de la sécurité ou de l’interface. Comme à son habitude, la ROM devrait néanmoins apporter de nombreuses modifications afin d’offrir davantage de personnalisation.

marshmallow-widgets

Android 6.0 stock

Parmi les nouveautés de base d’Android 6.0 Marshmallow que l’on retrouve sur CM 13, les premières builds compilées montrent par exemple le même agencement du tiroir d’applications, avec une ligne dédiée aux applications récemment/couramment utilisées.

En savoir plus : Android 6.0 Marshmallow : les principales nouveautés de la nouvelle version

En dehors de cela, les principaux changements de CM 12.1 devraient toujours être de la partie, que ce soit au niveau des applications préembarquées (explorateur de fichier, appareil photo…), ou des paramètres du système. À ce niveau, nous pouvons citer certaines modifications légères d’interface, comme l’apparition d’un bouton dans le gestionnaire de tâches récentes pour toutes les fermer d’un seul clic, ainsi que les options plus avancées comme l’Ambiant Display, pour un affichage des notifications à l’écran moins gourmand en énergie, ou le double tap pour réveiller son téléphone.

Un déverrouillage dynamique

Lors du Big Android BBQ15 qui s’est déroulé en octobre au Texas, un développeur de CyanogenMod a dévoilé les nouveaux lockscreens qui seront disponibles dans la version 13 de CM. La volonté non dissimulée de la ROM est d’apporter un peu de modernité et de dynamisme à cet écran trop souvent délaissé. Sur les quatre ainsi présentés, deux sont de simples fonds d’écran animés, un troisième représente une papillote de Noël explosant lorsque l’utilisateur tire de part et d’autre, et la dernière, la plus intéressante selon nous, permet d’afficher aléatoirement des images issues des réseaux sociaux. Celles-ci sont liées à un hashtag bien précis choisi par l’utilisateur lui-même.

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid

La disparition de WhisperPush

Jusqu’à la version 12.1 encore, CyanogenMod embarquait un service baptisé WhisperPush. Compatible avec TextSecure, celui-ci permettait de communiquer de façon sécurisée en chiffrant les SMS, aussi bien sur le mobile que lors de leur transmission. Ce système a néanmoins rencontré un certain nombre de problèmes techniques qui ont poussé l’équipe de CyanogenMod à arrêter son support depuis la version 13 de la ROM, et à partir du 1er février 2016 sur les versions précédentes.

 

Les versions non officielles

Le code source de CyanogenMod 13 étant déjà disponible et mis à jour régulièrement par l’équipe en charge de la ROM, de nombreux développeurs indépendants s’en sont déjà emparés pour tenter de le porter sur leur smartphone ou tablette de prédilection. Ainsi, en cherchant “CyanogenMod 13” sur XDA-Developers, on obtient plus de 1,6 million d’occurrences, pointant généralement vers des ROM non officielles.

Sur ces très nombreux résultats, certaines topics concernent des appareils peu utilisés, ou datés (le premier qui ressort concerne par exemple le Galaxy S II). D’autres encore (la plupart même) n’offrent que des versions très précoces, encore surchargées de bugs et de fonctionnalités inopérantes (parfois essentielles, comme le WiFi, le support du réseau cellulaire ou l’appareil photo). Sur les téléphones les plus ouverts néanmoins, et ceux dont la communauté est très active, il est possible de trouver des ROM qui pourraient presque être utilisées au quotidien, sous réserve de quelques concessions, ou qui le pourront très bientôt. En voici une liste non exhaustive à considérer davantage comme un avant-goût plutôt que des liens vers des ROM à flasher sur son téléphone principal :

Bien d’autres existent, mais sont généralement bien moins avancées, ou moins régulièrement tenues à jour.

 

Les versions officielles

Bien sûr, les anonymes indépendants ne sont pas les seuls à travailler sur CyanogenMod et la team officielle propose d’ores et déjà d’installer CM 13 sur un grand nombre de terminaux. Pour le moment, il s’agit encore de versions dites “nightly”, c’est-à-dire encore instables et mises à jour quotidiennement afin de régler un maximum de bugs le plus rapidement possible.

Parmi les différents appareils qui ont la chance d’être officiellement supportés par CyanogenMod 13, nous avons relevé quelques-uns :

En tout il doit y avoir environ entre 40 et 50 smartphones et tablettes officiellement supportés par CyanogenMod 13. Si vous souhaitez télécharger l’une de ces versions “nightly”, vous trouverez votre bonheur sur le tracker officiel de la ROM.

 

De la suite dans les idées

Comme dit précédemment, Cyanogen est désormais une entreprise, avec ce que cela comporte de contraintes, à commencer par les salaires à payer de nombreux collaborateurs. À ce titre, Cyanogen mise avant tout sur Cyanogen OS et ses multiples partenariats avec différents constructeurs afin de valoriser sa marque. En 2016, Cyanogen compte ainsi proposer (en partenariat avec des OEM) des appareils commercialisés à partir de 75 dollars, mais aussi continuer à fournir des milieux de gamme (à l’instar du Zuk Z1 et du OnePlus One) et s’attaquer au secteur du “flagship”. Les améliorations ainsi apportées à Cyanogen OS devraient être reportées sur CyanogenMod, que ce soit directement dans le code source de la ROM, ou par le biais d’API permettant de faciliter l’accès à certaines fonctions aux développeurs tiers.

wileyfox-swift-screenshot-4

Sélection de thème sur Cyanogen OS

Au fil du temps et des versions, CyanogenMod devrait donc s’alléger afin de s’adapter aux configurations les plus légères, et garder uniquement le strict minimum, avec la possibilité d’étendre les fonctionnalités par le biais d’applications tierces. Après tout, c’est peut-être là le salut des ROM alternatives : un modèle calqué sur les modules Xposed, permettant une adaptabilité à la carte pour chacun.