Dans un mémo interne rendu public, l’un des responsables de Facebook explique sans détour ce qu’il considère être la « vérité crue » derrière le fonctionnement du réseau social et pourquoi la croissance de l’entreprise est primordiale. L’auteur du message a réagi en précisant que l’objectif était de motiver ses troupes et qu’il n’était pas d’accord avec le mot qu’il avait lui-même écrit.

On sait tous que Facebook est le plus grand réseau social au monde. La plateforme a donc forcément une responsabilité toute particulière face à ses milliards d’utilisateurs. Et l’entreprise fondée par Mark Zuckerberg a souvent été accusée de vouloir favoriser sa croissance au détriment de certaines questions éthiques.

Qu’est-ce qui anime Facebook, quelles en sont les coulisses ? Un mémo interne écrit en 2016 par Boz (Andrew de son vrai prénom) Bosworth — l’un des plus hauts responsables de la firme — et divulgué par BuzzFeed apporte quelques éléments de réponses à ces questions.

« La vérité crue »

Dans ce document, l’actuel patron de la division hardware de Facebook décrit ce qu’il appelle être la « vérité crue » derrière Facebook. Avant d’aller plus, précisons le contexte : Boz Bosworth a écrit ce mémo juste après qu’un homme avait été tué par balle à Chicago pendant qu’il diffusait une vidéo en direct sur Facebook Live.

Boz Bosworth adressait alors un message aux employés pour faire le point sur le rôle de Facebook. « Nous connectons les gens », martèle-t-il plusieurs fois dans son mémo. Il explique que cela peut avoir des conséquences positives (prévention d’un suicide) comme négatives (harcèlement ou actes terroristes organisés avec les outils du réseau social). « La vérité crue c’est que nous croyons en l’importance de connecter les gens si profondément que tout ce qui nous permet de connecter des gens plus souvent est de facto bon », peut-on lire.

Le ton du message est volontairement non formel, son auteur cherchant ostensiblement à motiver les employés. « Ce n’est pas quelque chose que l’on fait pour nous-mêmes. Ou pour le cours de notre action (ha !). C’est juste littéralement ce que nous faisons. Nous connectons les gens. Un point c’est tout. »

Les meilleurs produits ne gagnent pas. Ceux que tout le monde utilise l’emportent

Après avoir bien insisté sur ce point, Boz Bosworth entre dans ce que l’on a tendance à appeler le « politiquement incorrect ». Dans le passage qui suit réside ce qu’il désigne comme vérité crue :

C’est pourquoi tout le travail que nous faisons pour améliorer la croissance est justifié. Toutes les pratiques douteuses d’importation de contacts. Toutes les subtilités qui aident les gens à rester accessibles à leurs amis. Tout le travail que nous faisons pour apporter plus de communication. Le travail que nous aurons probablement à faire en Chine un jour ou l’autre. Tout cela.

Le responsable de Facebook argue que le monde est fragmenté par nature aussi bien par les frontières que par les langues. Et cela entraîne donc une multiplication d’outils et de services différents. Dans un tel contexte, « les meilleurs produits ne gagnent pas. Ceux que tout le monde utilise l’emportent ».

La croissance, sinon rien

Sans cette stratégie axée sur la croissance, Boz Bosworth explique que Facebook n’aurait jamais atteint sa taille actuelle malgré ses « excellents produits ». Sans cette philosophie, il n’y aurait ainsi pas eu de tags sur les photos, pas de Messenger ni de fil d’actualités, souligne le responsable.

Avant de conclure une nouvelle fois sur son idée fixe : connecter les gens. « C’est notre impératif. Parce que c’est ce que nous faisons. Nous connectons les gens. »

Réponse de Facebook

Suite à la publication du papier de BuzzFeed, Boz Bosworth a partagé un bref communiqué sur Twitter.

« Je ne suis pas d’accord avec ce mémo aujourd’hui et je n’étais déjà pas d’accord avec même quand je l’ai écrit. Le but de ce message, comme beaucoup d’autres que j’ai écrits en interne, était de faire remonter à la surface des questions qui, selon moi, méritaient davantage de discussions avec l’ensemble de l’entreprise. Débattre sur de tels sujets sensibles est une part essentielle de nos processus […] ».

Mark Zuckerberg. (Image : Alessio Jacona)

De son côté, Mark Zuckerberg a indiqué à BuzzFeed que son collègue est « un leader talentueux qui dit beaucoup de choses de manière provocante. Celle-ci fait partie des opinions avec lesquelles la majorité des personnes chez Facebook, moi compris, sont fermement en désaccord. Nous n’avons jamais cru que la fin justifiait les moyens ».

Le patron de Facebook ajoute également qu’en plus de connecter les gens, il faut aussi les rassembler. Il affirme aussi que sa plateforme réfléchit encore plus à cela depuis l’année dernière.

Embourbé dans un scandale

La divulgation de ce mémo intervient dans un contexte difficile pour Facebook. Le réseau social est empêtré dans le scandale Cambridge Analytica forçant Mark Zuckerberg à clarifier la manière dont son entreprise gère les informations de ses utilisateurs.

Facebook a d’ailleurs récemment poussé une réorganisation de son application pour permettre un meilleur contrôle sur les informations auxquelles on autorise l’accès.

Vous pouvez consulter l’intégralité du mémo sur BuzzFeed en suivant ce lien.

À lire sur FrAndroid : Cambridge Analytica : les États-Unis ouvrent une enquête visant Facebook