Quand vous entendez « Qualcomm », la première chose qui apparaît dans votre esprit est (sans doute) le mot Snapdragon. Voilà le SoC qui anime de nombreux téléphones tels que le Motorola Moto X, le Samsung Galaxy Note 4, le LG G3 ou encore le OnePlus One. Nous avons pu avoir un aperçu des prochaines évolutions prévues par la firme : de la puissance de WiGig, la LTE-E, l’Adreno 430, la LTE Broadcast, l’architecture 64 bits ou encore l’Ultra HD.

FrAndroid-test-DSC05511

Qualcomm Snapdragon 810

Quand le site web TheVerge décrit Qualcomm comme un « Dieu », ils n’a pas tout à fait tort. Dans l’industrie du mobile, Qualcomm est omniprésent et omnipotent, mais invisible à l’œil nu. Qualcomm est partout, même chez Apple. En effet, la société « pommée » n’a pas eu le choix sur ses derniers iPhone 6 : le modem 4G LTE est conçu par Qualcomm. En réalité, la présence de l’Américain est bien plus vaste et profonde que l’on peut penser. La prochaine architecture, Snapdragon 810, est sûrement un des meilleurs exemples. Pourquoi ? Elle intègre toutes les technologies qui vont définir les appareils intelligents de 2015, et même plus tard.

c_FrAndroid-test-DSC05407

L’évolution du Snapdragon 810

Mis à part quelques constructeurs chinois, tous les constructeurs travaillent main dans la main avec Qualcomm, mais aussi les opérateurs. Même les menaces, venant de NVIDIA, Intel ou encore MediaTeK, n’inquiètent pas le fondeur américain. Pourtant, au sein même de ses partenaires, Qualcomm a de potentiels concurrents. Samsung avec ses architectures Exynos, Huawei qui a décidé d’utiliser quasi-exclusivement ses processeurs maisons Hisilicon, ou encore LG qui a décidé d’être moins dépendant également avec le développement du SoC maison « Nuclun ». Malgré cette concurrence, Qualcomm ne bronche pas.

Plus sur le même sujet : Qualcomm dévoile les Snapdragon 810 et 808 : octo-cœur,...

La semaine dernière, Qualcomm a dévoilé deux appareils dédiés au développement- les appareils MDP. Ce sont des machines de référence : un smartphone de 6,2 pouces avec un écran QHD, ainsi qu’une tablette de 10 pouces avec un écran UHD. Alimentés par du Snapdragon 810, ils dessinent la prochaine génération d’appareils intelligents que l’on trouvera sur le marché.

MDP 810

MDP 810

Plus sur le même sujet : Qualcomm dévoile d'ambitieux terminaux de développement...

 

 

Le passage à l’Ultra HD 4K est mobile

Lorsque vous entendez « 4K », vous pensez probablement à d’énormes téléviseurs au prix exorbitant. Quoique… on pouvait on trouver autour de 600 euros pendant les promotions de fin d’année. Dans tous les cas, oubliez les téléviseurs. Tout ce qui se passe au-delà de 1080p (Full HD) est un gros enjeu sur les appareils mobiles. Pour beaucoup, le mobile est le moteur de la révolution 2K et 4K. Qualcomm s’y intéresse donc beaucoup.

c_FrAndroid-test-DSC05402

Les différents domaines de Qualcomm

Vous remarquerez probablement une amélioration significative de la qualité de l’image lorsque vous sélectionnez une vidéo YouTube en 1080p au lieu de 720p – et ce est un petit pas par rapport à la 2K (1440p) et à la 4K (2160p) que l’on retrouve déjà sur YouTube. Heureusement, les écrans ne sont pas les seuls composants à bénéficier d’une évolution. Les opérateurs, les distributeurs et les constructeurs ont compris que l’enjeu n’était pas là : cette qualité d’image nécessite une meilleure connectivité, avec l’augmentation de la bande passante de l’ensemble du paysage des telcos.

 

LTE-B, la LTE Multicat

Avec l’explosion de la consommation de contenu multimédia et l’arrivée de format en 4K et UHD, les opérateurs et constructeurs se préparent à supporter des charges importantes. La LTE Multicat (multidiffusion) est une technologie basée sur les eMBMS (Multimedia Broadcast Multicast Services « évolués »), supportée et développée par Qualcomm (à travers un kit de développement, entre autres).

c_FrAndroid-test-DSC05470

Modèle de test

L’objectif de cette technologie est de diffuser d’une manière plus efficace et plus rapide un contenu unique (par exemple une vidéo), peu importe le nombre d’utilisateurs connecté sur le réseau (à travers plusieurs cellules de diffusion). Cela n’est pas possible pour la diffusion d’un contenu changeant selon les utilisateurs (par exemple de nombreuses vidéos différentes). Plusieurs opérateurs se sont lancés dans le déploiement de cette technologie, en Corée du Sud ou encore aux Etats-Unis pour la diffusion du Super Bowl, par exemple.

c_FrAndroid-test-DSC05465

La LTE de catégorie 6

Son prochain modem 4G LTE se nommera Gobi 9×45, et permettra d’accéder à la LTE de catégorie 10, avec des débits descendants de 450 Mbits/s, des débits montants de 100 Mb/s. Pour compter accéder à de tels débits en France, il faudra néanmoins être patient. Cette technologie nécessite de combiner en agrégation jusqu’à trois liens en 60 MHz en débit descendant et deux liens à 40 MHz en débit ascendant.

 

LTE-D, pour LTE Direct

La LTE Direct, dans l’esprit du WiFi Direct, permettra d’échanger du contenu à travers une cellule de diffusion (une antenne 4G LTE) dans un périmètre d’un demi-kilomètre. Un moyen de créer une connexion directe entre les utilisateurs. Orange est en train de réaliser des premiers tests techniques avec cette technologie.

atelier-lte_0

Avec l’omniprésence du cloud, la LTE Direct est un moyen qui pourrait s’avérer efficace de conserver une grande sécurité des données puisque les ondes ne passent pas par les opérateurs mobiles.

 

Le VoLTE, pour plus du multi-tâche

Le VoLTE est également une avancée majeure, cette technologie permettra de passer de la 3G, 4G LTE au Wi-Fi, d’une manière bien plus transparente et douce pour les utilisateurs. Une des démos de Qualcomm consistait à effectuer plusieurs tâches simultanément, avec de la voix, de la vidéo et un chargement sur le navigateur.

c_FrAndroid-test-DSC05397

La convergence des connectivités

 

WiGig ou 802.11ad, l’évolution du WiFi

Appelé WiGig ou 802.11ad, cette nouvelle génération de WiFi a été conçue pour supporter la diffusion sans fil de contenus UHD et 4K. Il faut dire que l’on pourra supporter des débits jusqu’à 4 Gbps (7 Gbps théorique), de quoi remplacer tous les câbles, même les câbles HDMI et RJ45.

Cela ne nous fera pas abandonner les technologies actuelles, le WiFI 802.11ad ne pouvant pas traverser efficacement nos murs.

FrAndroid-test-DSC05501

Du WiFi à 1,50 Gbits.sec en moyenne

 

Adreno 430 et des capteurs par dizaines

Le SoC Qualcomm Snapdragon 810 repose sur quatre cœurs Cortex-A57 et Cortex-A53, construit en utilisant un processus de gravure 20 nm. Avec ce gain de puissance, la gravure en 20 nm devrait permettre de conserver à peu près la même efficacité énergétique que les Snapdragon 801 et 805. Le nouveau combo est également livré avec des améliorations de la puissance graphique, le GPU Adreno 420 devrait donner 30 % de puissance supplémentaire par rapport à son prédécesseur. Bien entendu, toute cette puissance permet l’encodage et décodage à la volée de l’Ultra HD 4K H.264 (AVC) et H.265 (HEVC).

Les mobiles de développement sous Snapdragon 810 intègrent une une flopée de capteurs, y compris un accéléromètre 3 axes, un gyroscope, un magnétomètre, un capteur de proximité, un capteur de lumière ambiante, un capteur de pression, un capteur UV, un capteur de température et d’humidité, ainsi que d’un capteur Mobeam. Ce dernier est une technologie d’impulsion de lumière pour la transmissions des codes barres 1D.

 

30 milliards de dollars d’investissement en R&D en 29 ans

Le Qualcomm Snapdragon 810 équipera une bonne majorité des smartphones « haut de gamme » de l’année 2015 : Samsung Galaxy S6, HTC One M9, Sony Xperia Z4, OnePlus Two et ainsi de suite.

Il est donc intéressant de se plonger dans les prochaines évolutions des solutions de Qualcomm. L’entreprise américaine n’est pas arrivée leader de son secteur par chance, elle a dépensé plus de 30 milliards de dollars dans la R&D, et équipé un milliard d’appareils 3G et 4G.