Yandex, la société derrière le premier moteur de recherche en Russie, vient de porter plainte contre Google. Yandex reproche à Google de l’empêcher de préinstaller certaines de ses applications de moteur de recherche sur les smartphones sous Android, en obligeant les constructeurs de smartphones à préinstaller les Google Apps et à utiliser Google comme moteur de recherche par défaut.

yandex logo

Yandex n’est d’ailleurs pas une petite entreprise. Peu connue des Européens, c’est la société derrière le premier moteur de recherche Russe, Yandex, qui détient aujourd’hui 60 % de part de marché des moteurs de recherche sur le territoire russe. Le problème de Yandex, c’est qu’il lui est actuellement très difficile de gagner des parts de marchés sur la recherche sur mobile. Et pour cause, en Russie, Android représente 86 % du marché des smartphones. Et c’est bien là tout le problème.

Yandex vient de déposer plainte contre Google auprès de la FAS (Federal Antimonopoly Service) de Russie pour abus de position de dominante. Yandex veut obliger Google à ne plus faire de son moteur de recherche le moteur de recherche par défaut des smartphones Android. Le problème vient du fait que Google oblige les constructeurs de smartphones à préinstaller les Google Mobile Service (ou GSM) et à utiliser par défaut son moteur de recherche (Google, donc) s’ils désirent intégrer le Play Store et ses millions d’applications à leur téléphone. Les GMS intègrent une foule d’applications telles que Google Maps, Youtube, Chrome ou encore Gmail. Dans sa plainte, Yandex indique que trois fabricants de smartphones — Prestigio, Fly et Explay — ont affirmé être incapables de préinstaller les applications de Yandex sur leurs appareils.

« Nous pensons que tous les constructeurs de smartphones devraient le choix d’intégrer le moteur de recherche par défaut et les services préinstallés qu’ils désirent. Google ne devrait pas refuser aux constructeurs le choix de préinstaller des applications concurrentes. C’est pourquoi nous portons à l’attention du public le fait qu’il est nécessaire que Google sépare son OS mobile du moteur de recherche Google et de ses autres services » , affirme Ochir Mandzhikov, un représentant de Yandex.

Les arguments de Yandex sont très proches de ceux défendus par ceux qui critiquent la position dominante de Google auprès de la Commission européenne. Il faut toutefois mettre les choses en perspectives. Yandex ne veut pas tant que le moteur de recherche de Google soit banni des smartphones Android que de pouvoir préinstaller ses services et applications sans se priver du Play Store, le véritable nerf de la guerre. Si Yandex le voulait réellement, il aurait tout à fait pu concevoir ou fabriquer un smartphone sous Android avec ses propres services préinstallés, comme l’a fait Amazon par exemple avec son Firephone. Yandex, certainement échaudé par l’échec d’Amazon, a toutefois bien compris qu’il ne pourrait rien faire sans certains services de Google, à commencer par le Play Store. Il sera donc intéressant de savoir comment l’affaire va se poursuivre de l’autre côté de l’Oural.