Hier, l’équipe de développement du Projet Ara annonçait sur Twitter avoir changé de technologie d’attache des modules au squelette du téléphone modulaire à cause de leur faible solidité. Sauf qu’en fait, « c’était une blague ».

project-ara@2x

On le disait hier, la communication autour du Projet Ara est à la fois étrange et très particulière. Les Anglais ont un mot précis pour cela : weird. Dernièrement, elle passe intégralement par Twitter et les principales informations étaient jusqu’ici contenues dans des hashtags. Et évidemment, cette communication n’était pas très bien maîtrisée.

Hier, par exemple, le compte Twitter du Projet ARA annonçait que la technologie des électro-aimants qui maintenaient les modules au châssis du téléphone allait être remplacée par une technologie de leur cru. La raison ? Ils ne maintenaient pas de façon assez solide les modules sur le châssis en cas de choc. C’est du moins ce que l’on avait compris avec le hashtag #FailedTheDropTest, que l’on pourrait traduire par « test de la chute raté ».

Sauf que… C’était une blague ! Comme le précise aujourd’hui, toujours sur Twitter, le ou la responsable de la communication du projet, le hashtag « #FailedTheDropTest était une blague. Le test n’a pas raté ». Et de préciser que l’équipe de développement travaille « à la configuration d’une nouvelle solution », qui se trouve être meilleure. Un sens de l’humour qui a échappé à une bonne centaine de sites web qui ont « naïvement » pris le tweet d’hier au premier degré.

Quoi qu’il en soit, le compte Twitter du Projet Ara indique que l’équipe travaille également sur une batterie avec une plus grande autonomie et un module d’appareil photo plus performant. Vivement que Google, qui chapeaute le projet, fasse une véritable conférence ou un communiqué pour en savoir plus à ce sujet. Lors du prochain IFA ?