À peine sorti de la conférence Huawei, me voici avec le Mate S entre les mains. Il s’agit de la version 32 Go, comprenez : la version sans Force Touch, une fonctionnalité réservée au Mate S 128 Go. Successeur du Ascend Mate 7, le Mate S possède de nombreux atouts, voici justement nos premières impressions.

Huawei Mate S

Huawei Mate S

« C’est un petit pas pour le Mate, mais un pas de géant… dans l’univers premium« , sans rentrer dans les détails du produit, Huawei a positionné son Mate haut… très très haut. 649 euros pour la version 32 Go, sans Force Touch. La réponse à l’iPhone 6 Plus d’Apple, dont Huawei a à plusieurs reprises fait référence, est à plusieurs niveaux. Tout d’abord, en termes de caractéristiques, sur la finition et qualité du produit, mais aussi son prix.

Huawei Mate S

Huawei Mate S

 

Une bonne finition et une excellente conception

Avec un boitier tout en métal, le Mate S en jette… il est composé d’un aluminium léger, avec une finition mat que l’on retrouve dans quatre coloris différents, les bords biseautés sont en métal et la façade est recouverte d’un verre qui protège l’écran, avec des bords 2,5D, le tout étant traité Gorilla Glass 3. Le capteur photo est un soupçon proéminent à l’arrière, et le dos est courbé.

Plus sur le même sujet : Les écrans 2,5D, une révolution ?

Huawei Mate S

Huawei Mate S

 

Un capteur d’empreintes digitales abouti

A l’arrière, sous le capteur photo principal, se trouve son lecteur d’empreintes digitales. Toujours situé au dos du téléphone, mais il est désormais plus petit et s’appuie sur la technologie Fingerprint Sense 2.0.

Huawei Mate S

Huawei Mate S

Pour l’avoir essayé une trentaine de minutes, la configuration est extrêmement rapide (20 secondes) et la reconnaissance semble rapide et sensible, mais ce type de fonction nécessite un test bien plus poussé. Huawei a fait l’éloge de ce capteur, en intégrant des fonctions bien plus poussées que le simple déverrouillage ou l’hypothétique paiement sans contact, et il est ainsi possible d’activer des raccourcis. C’est un véritable petit touchpad, vous pouvez passer d’une photo à l’autre dans la galerie en glissant le doigt sur le capteur, ou vous pouvez capturer des clichés en le tapotant. Pratique.

Coque arrière courbée

Coque arrière courbée

L’écran de 5,5 pouces est en définition 1080p (Full HD), Huawei utilise la technologie d’écran AMOLED et non plus IPS-NEO, que l’on retrouve sur les Honor et Huawei. Au final, l’écran est très lumineux, avec un contraste élevé et des couleurs un soupçon trop chaudes. Cela semble être un choix de Huawei, une température de couleurs élevée et beaucoup de saturation, ce qui donne des couleurs vives à l’image de la technologie AMOLED. L’écran reste tout de même très bon, nous pourrons vérifier s’il se classe parmi les premiers quand nous pourrons effectuer nos tests techniques.

 

Le minimum pour les performances

Huawei Mate S

Huawei Mate S

A l’intérieur, on retrouve du Hisilicon Kirin 935 octo-cœur (4 coeurs Cortex-A53 et 4 coeurs Cortex-A53e) combiné à 3 Go de RAM, peu de surprises à attendre du côté des performances. Nous avons eu le temps de lancer un test 3DMark Ice Storm Unlimited pour vérifier plusieurs paramètres. Les performances graphiques, la puissance du CPU, mais aussi la chauffe. Sur ce dernier point, c’est étonnant : la conception semble excellente, on peut observer une excellente dissipation de la chaleur, après 7 minutes de test intense, la coque arrière n’avait pas (ou très très peu) chauffé. Pour les performances graphiques, on retrouve les résultats décevants du Huawei P8, avec des scores moins bons que le Mate 7. Enfin, le CPU est très faiblard, surtout dans cette gamme de prix, néanmoins cela ne semble pas tant se ressentir à l’usage, excepté pour des applications et jeux gourmands.

3DMark Ice Storm Unlimited
  • Huawei Mate S : 12861
  • Huawei P8 : 9065
  • Huawei Mate 7 : 14226
  • Samsung Galaxy S6 : 24840
  • OnePlus 2 : 22100

 

Force Touch, une technologie absente pour le lancement

Comme annoncé en introduction, les versions 32 et 64 Go n’intègrent pas de technologie Force Touch. Malheureusement, je n’ai pas pu tester cette nouvelle technologie, que l’on devrait retrouver sur les prochains iPhone 6S, à coup sûr annoncés la semaine prochaine. Cette technologie est sensible au niveau de pression, ce qui permet d’introduire de nouvelles actions et fonctions. D’ailleurs, deux exemples de Huawei l’illustrent plutôt bien : il sera possible de remplacer les boutons classiques d’Android grâce à cette technologie en simulant la pression d’appui, l’autre exemple est encore plus parlant : le fabricant chinois nous promet qu’il sera possible de mesurer le poids d’une Orange posée sur l’écran. Tout simplement.

Dommage que Huawei ait pris la décision de n’utiliser cette technologie que sur la version 128 Go, dont on ne connait ni la disponibilité, ni le prix, pour le moment.

La caméra principale intégrée à l’arrière est de 13 mégapixels avec un double flash, comme la caméra du Huawei P8, et on retrouve un capteur RGBW, l’objectif étant protégé par du verre de saphir censé être inrayable.

 

Une évolution intéressante, mais un prix déconnecté

Le Mate 7 était une réussite, le Mate S semble être une évolution intéressante de ce format confortable. Dommage que Huawei ait décidé de le positionner à des prix élevés, ce qui le place dans une situation périlleuse entre Samsung et les autres fabricants. D’ailleurs, l’ambiance dans la salle de conférence était très étrange à l’annonce des prix, un silence étouffant qui s’est ressenti jusque sur la scène.

Mais, honnêtement, j’ai hâte de tester ce Mate S : la résistance aux gouttes d’eau, les fonctions de l’appareil photo, le son stéréo, et toutes les fonctionnalités dont Huawei a le secret.