Review of: Motorola RAZR i
Smartphone Android Motorola RAZR i:
Edouard Marquez
Version:
4.0

Reviewed by:
Rating:
5
On 4 novembre 2012
Last modified:29 juillet 2013

Summary:

Equivalent du RAZR M, le Motorola RAZR i embarque pour la première fois un processeur Intel Medfield cadencé à 2 GHz. Avec un placement milieu de gamme a-t-il les armes pour lutter face aux concurrents déjà en place ? La réponse dans ce test du Motorola RAZR i !

Test du Motorola RAZR i

Motorola Mobility appartient désormais à 100% à Google et même si le géant de la recherche n’a pas pu réellement imprégner l’entreprise de sa patte, des premiers changements sont déjà visibles. Il faut dire qu’il y a fort à faire, les résultats financiers sont mauvais et certains cabinets créditent le constructeur de seulement 3% de parts de marché en France. La cuvée 2012-2013 est donc cruciale !

La nouvelle gamme s’axe autour de trois produits : le RAZR HD, le RAZR MAXX HD et le RAZR i. Ce dernier n’est disponible qu’en Europe, car aux Etats-Unis, il s’agit du RAZR M. La seule différence se situe au niveau du processeur utilisé : un Intel Medfield contre un Qualcomm Snapdragon S4. Même si le marché américain est essentiel, Motorola fournit un très beau produit pour le vieux contient, qui sur la plupart des benchmarks se montre même plus rapide.

Nous allons voir si au delà des chiffres bruts, le RAZR i répond aux attentes et si la campagne publicitaire qui a lieu en ce moment est justifiée. Pour cela, le test du Motorola RAZR i sera découpé en plusieurs parties :

1] Présentation du téléphone 5] Communication et Internet
2] Tour du propriétaire 6] Appareil photo et multimédia
3] Ecran 7] Performances et autonomie
4] Android sans MotoBlur 8] Conclusion

1] Présentation du téléphone

1.1] La boîte

Première étape, le « déboîtage » (ou unboxing), où l’on remarque que la boîte est similaire au RAZR HD.
Au niveau des accessoires, le téléphone dispose de :

– Un adaptateur secteur
– Un câble micro USB
– Un bout de plastique pour facilement sortir la microSIM et la microSD
– Des écouteurs classiques
– Des manuels d’utilisation

Boite - Test du Motorola RAZR i

La qualité des écouteurs n’est pas la meilleure que nous ayons pu voir jusque là, mais offrent un son standard. Il ne faut cependant pas s’amuser à mettre le volume à un niveau trop élevé, sans quoi le son deviendra très rapidement désagréable et saturé.

1.2] Les caractéristiques techniques

Modèle
Motorola RAZR i
VersionAndroid Ice Cream Sandwich (4.0.4)
avec couche constructeur
Ecran4,3 pouces
Résolution960 x 540 pixels (qHD)
TechnologieSuper AMOLED Advanced,
capacitif et multipoint (10)
Densité de pixels256 ppi
Traitement contre les chocs & rayuresOui (Corning Gorilla Glass 2)
Processeur (CPU)Intel Atom Z2460 (Medfield)
cadencé à 2 GHz
Chipset graphique (GPU)PowerVR SGX540
Mémoire vive (RAM)1 Go
Mémoire Interne8 Go (dont 5 Go pour l'utilisateur)
Support microSD-HCOui
APN / Caméra8 mégapixels
Webcam (caméra frontale)0,3 mégapixels
Vidéo1080p @30 fps
Carte SIMOui (microSIM)
WiFiOui, a/b/g/n + double bandeband
DLNA / Hostpot WiFi
Hotspot Bluetooth / Hotspot USB
Oui / Oui
Oui / Oui
BluetoothOui, 2.1 + A2DP
RéseauxHSDPA 21 Mbps
NFC (Near Field Communication)Oui
Boussole / GPS / BaromètreOui / Oui / Non
Accéléromètre / GyroscopeOui / Oui
Capteur de proximité et lumièreOui / Oui
Sortie jack 3,5 mmOui
Port micro-USB / HDMIOui / Non
Formats supportésWAV, MP3, AAC, H.264, AMR WB, WMA9, MPEG-4, H.263, OGG, WMA10, AMR NB, eAAC+ , AAC+, MIDI, FLAC
Batterie2 000 mAh
Dimensions122.5 x 60.9 x 8.3 mm
Poids126 grammes
DAS0.85 W/Kg
Prix public conseillé399 €

Pour les plus techniques d’entre vous, le processeur utilisé est un Intel Atom Z2460 (nom de code Medfield), qui est gravé en 32 nm. La fréquence du simple-coeur est comprise entre 1,6 et 2 Ghz (Motorola a fait le choix du 2 GHz). Le processeur graphique est un PowerVR SGX 540 cadencé à 400 MHz, c’est-à-dire la même chose que sur un Samsung Galaxy Nexus, mais avec une fréquence plus élevée (307 MHz).

Tout comme sur les ordinateurs, la technologie Hyper Threading est intégrée au processeur. Bien qu’il n’existe qu’un coeur physique, le système aura l’impression d’avoir deux processeurs logiques. Sachant qu’Android est un système multitâche, la présence d’une telle fonctionnalité est plus que bienvenue. Il est donc plus ou mois correct de penser que le processeur Intel du RAZR i est seulement simple-coeur.

On apprend également sur la fiche technique d’un processeur, qu’il sera possible de lire du MPEG4, du H.264, du WMV et VC1, sans même avoir besoin de faire un décodage logiciel. Par ailleurs, la puce sait gérer un affichage externe en HDMI de 1920 x 1080 pixels. Malheureusement le RAZR i ne possède ni un port compatible MHL, ni un microHDMI. Par conséquent, cette fonctionnalité est tout simplement absente, alors que le téléphone en est capable : dommage !

2] Le tour du propriétaire

2.1] Aspect général

Motorola est connu pour fournir de très beaux designs (que certains trouveront peut-être un peu trop classiques), avec des matériaux de qualité. L’américain n’a pas dérogé à la règle avec le RAZR i, qui offre une excellente prise en main et une finition exemplaire. De ce point de vue, on a clairement l’impression d’en avoir pour son argent. La particularité du téléphone est d’être « borderless », c’est-à-dire que les bords sur les côtés gauche et droit sont quasiment nuls. Les dimensions du RAZR i sont réduites et donnent l’impression d’avoir un smartphone très léger et facilement transportable.

Test du Motorola RAZR i

Le téléphone est recouvert sur l’arrière d’un revêtement en Kevlar et offre donc une résistance impressionnante. Par ailleurs, l’écran est traité Gorilla Glass 2 : vous n’aurez donc pas peur de transporter ce téléphone dans des situations pas toujours conventionnelles. A titre personnel, sur quasiment tous les smartphones que j’ai eu en test, Gorilla Glass ou pas, ils étaient tous rayés une semaine après. Pour le RAZR i, rien de tout cela après deux semaines : est-ce un signe ?

2.2] L’avant

Sur le haut du téléphone, on retrouve le haut parleur pour les appels caché sous le logo de Motorola, ce qui donne du cachet au smartphone. Sur la droite, on distingue le capteur de 0,3 mégapixels (640 x 480 pixels), qui offre un rendu satisfaisant, dans la mesure où il sert quasi-exclusivement au chat vidéo avec Google Talk, Skype…

Haut du Motorola RAZR i

Sur le bas du téléphone, il n’y a pas des touches sensitives, mais des touches tactiles (c’est-à-dire directement affichées sur l’écran). La définition vue par le système est donc du 897 x 540 pixels et non du 960 x 540 pixel. Vu qu’Android 4.0 est utilisé, il n’y a pas Google Now, mais on retrouve bien évidemment le nouveau Multitâche. Si certaines applications nécessitent toujours le bouton Menu, il viendra s’ajouter sur la droite de l’écran : Motorola fait donc la même chose qu’un Android pur et on ne peut que le féliciter. Seules les icônes des touches Retour / Accueil / Multitâche ont été modifiées, mais sont cohérentes avec le système.

Sur le bas de l’écran, on observe une grande bande noire qui n’a aucune utilité et nuit au final au design. Pourquoi réduire les bords sur les côtés droits et gauches et avoir un espace « gigantesque » sur le bas ? Les versions avec opérateur peuvent avoir un logo sur cet emplacement, ce qui cache au final ce détail.

Sur le bas, on retrouve uniquement le micro.

Bas du Motorola RAZR i

Revenons brièvement sur le dessus, nous apercevons la LED de notification. Seul hic, je ne l’ai jamais vue éclairée pour autre chose que la batterie. Pour tout ce qui est mail, SMS… elle ne s’est jamais allumée. J’ai bien essayé de vérifier dans les Paramètres, mais tout avait l’air correct. Serait-ce un bug de la ROM ?

LED de notification Motorola RAZR i

Pour en revenir aux bords de l’écran, on voit clairement qu’ils sont réduits sur cette photo. La sensation est étrange au départ, si vous avez l’habitude de les utiliser pour effectuer un défilement. Par exemple, le pattern du Fly-in menu (utilisé notamment sur l’application FrAndroid ou Google+) permet d’afficher le menu, en glissant son doigt depuis le bord de l’écran. Ici c’est quasiment impossible ou demande d’être très précis : dommage !

Le revêtement qui entoure l’écran est très agréable au toucher. Comme vous pouvez le voir sa texture représente des lignes obliques et permet de bien délimiter l’écran.

Borderless Motorola RAZR i

Une autre photo de cette texture :

Contours Motorola RAZR i

2.3] Les tranches

Passons maintenant aux côtés du téléphone, avec dans un premier temps la partie gauche. La carte microSIM et la microSD (jusqu’à 32 Go) sont enfermées dans une trappe. Le petit bout de plastique de la boîte permet de facilement retirer ces deux éléments, même si au final ils seront très peu souvent enlevés. Elément fort sympathique : le changement de carte SIM à chaud ne requiert pas de redémarrer le téléphone, ni même de passer temporairement en mode avion.

Trappe microSIM - microSD Motorola RAZR i

On aperçoit ensuite trois vis et un port microUSB, qui sert uniquement pour recharger et transférer des données en MTP. Comme dit auparavant, n’étant pas compatible MHL, n’espérez pas connecter une clé USB ou un câble HDMI, via un adaptateur.

Côté gauche Motorola RAZR i

Sur l’autre côté, à nouveau trois vis qui donnent un aspect industriel au téléphone. Sur le dessus, on retrouve le bouton ON/OFF, suivi des touches du Volume. Enfin sur le bas le bouton pour l’Appareil Photo. A tout moment, que le téléphone soit allumé ou non, il permet de lancer l’application photo. Contrairement aux smartphones de Sony, où il faut appuyer pendant environ une seconde, le RAZR i se lance instantanément. Toutefois, vu que le bouton est légèrement enfoncé, vous n’allez pas activer cette fonction sans le vouloir.

Côté droit Motorola RAZR i

L’appui sur le bouton hors de l’application Photo l’allume uniquement et ne prend pas de photo. Il faut rappuyer dessus. Ensuite, il ne possède pas un « niveau » intermédiaire afin de faire le focus, petit point négatif.

2.4] Le dos

Passons maintenant à l’arrière du téléphone, qui est en DuPont Kevlar et offre donc une résistance sans failles. Le motif imprimé derrière est identique au RAZR HD, c’est-à-dire des gros pixels en forme de flèche vers le bas. Vous ne le remarquez probablement pas sur la photo, mais le haut du téléphone est plus épais que le bas, de quelques millimètres.

La texture est douce au toucher et ne glisse pas dans les mains. Seule la partie haute est glossy, mais la manière de tenir le RAZR i fait qu’au final cela n’est pas dérangeant, car vos doigts ne sont jamais en contact.

Splash proof Motorola RAZR i

On retrouve le capteur photo de 8 mégapixels, avec un flash LED et sur la droite le haut parleur. Contrairement au RAZR HD, son niveau sonore est correct, même en poussant le son au maximum. Les notifications du système sont relativement discrètes et le tout fait de ce smartphone, un ensemble cohérent, là où le RAZR HD fait beaucoup plus « gueulard ».

Vous noterez que les connectiques ne sont pas protégées. Bien que la RAZR i soit « splash-proof », sa résistance va être très vite limitée.