Pour le moment réduit à équiper quelques objets connectés et une poignée de smartphones, Tizen pourrait prendre du poids et devenir un élément clé du développement de Samsung. Au point que le Coréen se passe de Google ?

Samsung-Z3-Tizen-Smart-Phone-Linux-Experts1

En France, et même en Occident en général, Samsung est surtout connu dans le domaine de la mobilité pour ses téléphones sous Android. Pourtant, le géant sud-coréen ne se contente pas de se reposer sur les offres de Google et embarque, dans ses objets connectés, son propre OS : Tizen. Celui-ci est d’ailleurs également installé nativement sur la gamme Z, des smartphones essentiellement tournés vers le marché asiatique ou la Russie.

Très peu reconnu chez nous donc, Tizen pourrait prochainement faire plus amplement partie de la stratégie du géant sud-coréen selon le Korea Times qui cite un responsable de la marque « ayant souhaité garder l’anonymat ». Ce dernier aurait déclaré :

Si vous n’avez pas votre propre écosystème, vous n’avez aucun futur. Tizen n’est pas juste une plateforme développée pour les usages mobiles.

Allant toujours de l’avant, Samsung souhaite donc faire de Tizen un système également adapté à l’Internet des Objets afin de gagner toujours plus de parts de marché. Les smartwatchs (à l’instar de la Gear S2 et, dans une moindre mesure, du Gear Fit2), appareils photo et téléviseurs sous Tizen devraient notamment être plus nombreux à l’avenir.

Un concurrent de Google ?

Mais aujourd’hui, le véritable succès de Tizen c’est la gamme Z. Peu connue par chez nous, celle-ci est très populaire en Inde et représente 64 millions de téléphones vendus sur le territoire au premier trimestre. « Cela prouve que Tizen est compétitif », indique le responsable de Samsung. L’Inde ne serait cependant qu’un pays « test » avant de proposer des smartphones abordables sous Tizen à plus grande échelle.

De là à dire que Samsung souhaite s’émanciper d’Android, il n’y a qu’un pas que nous ne nous permettrons pas de franchir. Beaucoup y voient un signe précurseur, d’autant que ses nombreuses applications redondantes avec les Google Apps (S Planner, S Health, S Voice, Galaxy Apps…) ont toujours laissé planer un doute quant à la volonté du premier revendeur au monde de divorcer du géant de Mountain View.

Pourtant, Google continue de dominer largement le marché, suivi par iOS. Se passer d’un tel partenaire serait un gros risque, que Samsung compte certainement mesurer avant de sauter le pas. Rappelons également qu’officiellement Samsung ne compte pas oublier Android Wear, et ce même si le constructeur privilégie son propre OS depuis la Gear Live de 2014.