Alors que l’américain iFixit, qui milite pour un « droit à réparer », n’a décerné qu’un 4/10 aux Samsung Galaxy S8 qu’il a démontés la semaine dernière, son homologue français SOSav s’est montré plus indulgent.

SOSav aussi a démonté les Samsung Galaxy S8 et S8+, en fin de semaine dernière, afin de juger de leur « réparabilité ». Et le site français de vente de pièces et d’outils n’arrive pas aux mêmes conclusions qu’iFixit, puisqu’en étant « un peu sévère », il lui décerne la note de 6,5/10.

Il n’y a qu’un pourtour de colle sous la batterie

Une batterie presque interchangeable

C’est que, pour commencer, contrairement à iFixit, SOSav estime que « la batterie n’est pas si collée que ça ». Il n’y a qu’un pourtour de colle et il suffit de « réchauffer légèrement » l’écran du S8 puis de glisser progressivement une spatule en nylon large, une opération qui prend moins de 5 minutes.

Passé le délicat retrait de la vitre arrière « assez bien collée » qu’il faut retirer avec dextérité en raison de la nappe reliant le capteur d’empreinte digitale à la carte mère, tout est facile d’accès.

SOSav souligne que certains des principaux composants sont même interchangeables : le capteur d’empreinte digitale n’est pas associé à la carte mère, et les modules photo du S8+, du S8 et même du S7 edge sont interchangeables. Rappelons qu’il n’y a aucun intérêt à installer un capteur provenant d’un S8 sur un S7 edge… puisque ce sont en fait les mêmes.

La principale réserve de SOSav, c’est que les blindages couvrant les composants électroniques ne sont plus clipsés, comme c’était le cas sur les S7, mais soudés. Toutefois, leur retrait ne sert qu’à réparer de microsoudures, ce qui n’est à la portée que de bidouilleurs confirmés. Autre inconvénient, l’ouverture du téléphone lui fait perdre son étanchéité.

Beau ou réparable, il faut choisir

En définitive, SOSav est plus indulgent qu’iFixit car contrairement à ce dernier, il ne renie pas les considérations esthétiques. Les difficultés précitées sont effectivement la contrepartie d’un tel design et d’une telle finesse.

On peut bien obtenir un score de réparabilité de 10/10, mais on obtient alors un Fairphone, un smartphone éthique mais rustique.

À lire sur FrAndroid : Fairphone 2 : qu’est-ce qui le rend équitable ?