Les montres connectées étaient en plein essor il y a encore de cela deux ans. Mais aujourd’hui, fort est de constater que le marché est en baisse et que les derniers modèles proposés sont peu nombreux et très peu innovants. Les smartwatches n’étaient-elles qu’un effet de mode temporaire ?

Les tablettes devaient changer le monde et surtout nos usages, mais après s’être maintenues quelques années, elles sont tombées dans un désintérêt quasi total du public. Les montres connectées ont pendant des années laissé rêveurs, mais une fois arrivées, le succès n’était pas au rendez-vous, le public n’étant finalement que peu réceptif aux fonctionnalités proposées. Cette année encore au MWC, la tendance s’est confirmée : les smartwatches n’évoluent presque plus alors que le marché est très fragilisé.

Les premières smartwatches

Au début des années 80, nous avons vu apparaître les premières montres intelligentes non connectées, comme la Pulsar de Seiko ou la Casio Databank. Au tout début des années 90, ont fait leur entrée les « sportwatches » qui offraient un suivi pour tous les sportifs. C’est au même moment que les toutes premières montres connectées font leur apparition, avec la Seiko Receptor, mais aussi la SPH-WP10 de Samsung. Se sont ensuite enchaînés des modèles dans les années 2000 jusqu’à arriver en 2014-2015 avec de nombreux acteurs, dont Apple et son Apple Watch.

SPH-WP10, le « watch phone » de Samsung en 1999.

Un marché en demi-teinte

La marque à la pomme domine rapidement le marché. C’est simple, en 2016, une montre connectée vendue sur deux était une Apple Watch. Les résultats publiés par le cabinet Canalys montrent que la société de Cupertino a détenu 49 % du marché sur l’année précédente.

Il faut cependant noter que Samsung grappille petit à petit des parts de marché, ce qui devrait aller en s’améliorant dans ce sens. En effet, le dernier modèle de la marque, la Samsung Galaxy S3 Frontier sous Tizen, l’OS maison de la marque, nous a convaincus. Également, les montres Android pourraient très bientôt rattraper une partie de leur retard avec l’arrivée d’Android Wear 2.0, qui apporte aussi un petit vent de fraîcheur sur les produits avec notamment des applications autonomes, ce qui permet d’être moins dépendant de son smartphone. Le lancement de cette nouvelle smartwatch ainsi que la dernière mise à jour sont arrivés tardivement et n’ont pas encore pu avoir d’effets sur le marché.

D’autres acteurs souhaitent eux aussi se démarquer, comme LG qui revient en force avec les modèles Watch Sport et Watch Style, Tag Heuer, Xiaomi qui est propriétaire de son propre marché, mais aussi Fitbit qui se lance dans l’aventure après avoir racheté Pebble. S’il y a une volonté pour certains de ne pas lâcher ce marché, il faut bien reconnaître que ce dernier n’est pas sous son meilleur jour pour ne pas dire en pleine dégringolade.

Certains acteurs se sont retirés, comme Sony ou même HTC, qui a annoncé avoir abandonné son projet de smartwatch. Quant aux prévisions des experts, elles ne sont pas très heureuses, notamment pour l’Apple Watch qui, à elle seule, influe beaucoup sur l’état de santé du secteur.

Un manque d’innovation ?

Nous ne retenons que deux marques réellement présentes au MWC 2017. D’un côté LG avec ses Watch Sport et Watch Style et Huawei avec ses Watch 2 et Watch 2 Classic. Si LG n’avait rien présenté depuis la LG G Watch R, Huawei propose la suite directe de sa Huawei Watch. Rien de révolutionnaire d’un modèle à l’autre, elles sont au niveau des apparences et des fonctionnalités en tout point identiques. L’intégration d’une puce 4G avec la possibilité d’intégrer une nano SIM ne nous ayant pas complètement convaincu pour cette itération, d’autant plus que les opérateurs ne suivent pas forcément le rythme pour proposer une seconde SIM.

Il y a encore quelque temps, les montres inondaient les stands des salons et les fabricants venaient de tous les horizons, mais cette année elles n’étaient pas très nombreuses lors de ce Mobile World Congress de Barcelone et surtout, peu innovantes que ce soit dans leur design ou leurs fonctionnalités. Nous pouvons donc nous demander si ce type de produit n’a pas atteint ses limites en terme de design et d’ergonomie. Et pourtant, sur ces derniers points, les smartwatches doivent encore évoluer. En effet, l’interface est loin d’être intuitive et demande à ressortir son smartphone pour la moindre petit action, comme lire une notification complète et y répondre sans perdre patience. C’est d’autant plus vrai pour les systèmes qui ne proposent pas de claviers comme Android Wear 1.0. Mais côté fonctionnalités, que pourrait proposer de plus un si petit écran ?

Son design pourrait tout autant s’améliorer puisqu’il est encore aujourd’hui assez encombrant. Lourde, épaisse et parfois peu élégante, la montre connectée est imposante et devra compter sur l’amélioration des capacités des batteries. En effet, celle-ci n’a sûrement pas encore été assez améliorée pour réduire la taille de la montre. Nous pouvons aussi espérer l’arrivée en grand nombre de batteries flexibles qui viendraient délaisser le cadran pour se greffer sur le bracelet.

Existe-t-il une réelle demande ?

Nous vous avons demandé ce que vous pensiez de ces objets connectés en particulier, vous avez été 40 % à penser qu’il s’agit d’un gadget optionnel mais plaisant, 23 % à attendre que cela mûrisse, 20 % à trouver cela complètement inutile et seulement 15% d’entre vous affirment que c’est un complément indispensable du smartphone. Si nous résumons, les montres connectées ne sont donc pas des objets technologiques indispensables au quotidien, mais gardent tout de même un certain intérêt qui pourrait gagner en importance à l’avenir. Oui, mais que pourraient-elles devenir indispensables ?

Les objets connectés sont très nombreux à nous entourer : smartphones, tablettes, bracelets, télévisions, réfrigérateurs, montres… Ces dernières tentent de proposer des fonctionnalités de plus en plus proches du smartphone, même si elles ne pourront pas le remplacer. La montre connectée vient suppléer le smartphone pour l’accès rapide aux notifications ou au calendrier et remplir par ailleurs le rôle de trackers d’activité. Cependant, ses fonctionnalités restent très limitées donc même si l’objet peut être pratique, il devient rapidement frustrant.

Le jeu pour rebondir ?

Certains ont cependant tenté de varier ou de proposer de toutes autres fonctions comme le jeu vidéo. Niantic a confirmé au mois de décembre 2016 que l’Apple Watch devrait très bientôt recevoir le jeu Pokémon Go. Cela permettrait en effet de faire des rencontres sans avoir à sortir son smartphone, ce qui serait pratique. De façon plus radicale, Atari s’est associée avec Gameband pour lancer la première montre connectée dédiée pour les joueurs. Au programme, Pong, Asteroids et même peut-être Terraria. Cependant, il est légitime de se poser des questions sur le confort de jeu sur de si petits écrans sur notre poignet.

Un MWC 2017 peu encourageant

Quoi qu’il en soit, le petit nombre de montres exposées au MWC en dit long sur l’état actuel du marché : l’effet de mode grand public semble être passé, les nouveaux modèles ont perdu un peu d’attrait en ne proposant pas de réelles évolutions, comme si ces objets avaient déjà atteint leurs limites. L’analyste expert chez Gartner Annette Zimmermann a confié au journal The National à propos des smartwatches présentées au MWC : « Du point de vue des produits, il n’y a rien qui ne m’en ait mis plein la vue. » Nous attendons toujours que vienne la petite révolution qui rendra ce gadget venu tout droit de nos rêves de science fiction les plus fous incontournable. Mais à priori, ce n’est pas pour tout de suite et les constructeurs, qu’ils soient gros ou petits, préfèrent jouer la sureté et attendre que le marché soit plus mature pour prendre de réels risques.