Le groupe Mercedes – Benz vient enfin de rejoindre l’Open Automotive Alliance (OAA) créée par Google en 2014 dans le but d’intégrer Android dans les voitures. Il manque toutefois encore un acteur de poids du secteur dans l’alliance, l’Allemand BMW. La crainte face à Google semble toutefois se réduire petit à petit du côté des constructeurs allemands.

Mercedes AMG GT

À la fin de l’année 2014, les premières rumeurs autour d’Android Auto (alors appelé Android M) avaient fortement irrité les constructeurs automobiles allemands qui craignaient de voir l’arrivée de Google au sein de leurs voitures. Audi et Volkswagen avaient tout de même rejoint l’Open Automotive Alliance créée par Google au début de l’année 2014.

En revanche, BMW et Mercedes-Benz ne faisaient pas partie de l’alliance. À l’époque, Mercedes souhaitait mieux définir les limites de l’accord. Il semblerait que Google et Mercedes aient réussi à s’entendre, puisque le second a rejoint l’alliance automobile initiée par le géant de Mountain View.

 

Android Auto bientôt chez Mercedes

La conséquence est simple : on devrait trouver Android Auto dans les prochains mois au sein des voitures du groupe. Une bonne nouvelle pour les conducteurs de Mercedes – et de Smart, si l’accord inclut également cette marque du groupe Daimler, la maison-mère de Mercedes – qui doivent, pour le moment, se contenter de CarPlay d’Apple. Il est toutefois possible de proposer Android Auto sans faire partie de l’alliance Open Automotive, comme le fait BMW qui a annoncé, en novembre, l’arrivée du système d’exploitation au sein des voitures de la marque.

 

Les constructeurs allemands se méfient de Google

La méfiance est encore de mise chez les constructeurs allemands, comme le prouve encore le lancement des nouvelles Porsche 911 Carrera et Carrera S qui intègrent uniquement CarPlay et non pas Android Auto (alors que le constructeur fait parti du groupe Volkswagen, membre de l’OAA et qui propose Android Auto sur de nombreux modèles).

Les rumeurs annonçaient alors la trop grande gourmandise de Google pour les données techniques de la voiture, une hypothèse rapidement écartée par le géant de Mountain View, d’autant plus qu’on trouve de nombreux services Google au sein de la voiture. La méfiance reste de mise, mais tend à s’effacer au fil du temps, même si Google devrait constituer un concurrent avec sa Google Car.