Depuis son annonce dans une courte vidéo, la Nintendo Switch fait beaucoup parler d’elle. De nombreux joueurs se demandent notamment si la console sera capable de faire tourner les jeux des développeurs tiers, autres que Nintendo. Le patron de Nvidia, dont la puce anime la console, a souhaité donner son opinion.

nintendo-switch-nx-6

Nvidia, le célèbre fabricant de puce graphique, mais aussi de processeur pour mobile et voiture autonome, publiait en début de mois ses résultats financiers pour le trimestre précédent. Pendant la session de questions-réponses avec les investisseurs, Jen-Hsun Huang, le CEO de Nvidia, est revenu sur l’annonce de la Nintendo Switch, qui intégrera une puce Nvidia Tegra custom.

 

La problématique du portage

D’après lui, tout a été mis en place pour faciliter le travail des développeurs, notamment par la création de l’API Nvidia NVN. Nintendo va en effet devoir convaincre les développeurs tiers de développer des jeux pour la Nintendo Switch, en plus des développements pour le PC, la PlayStation 4 et la Xbox One. Le manque de jeu venant d’éditeur tiers est souvent l’une des raisons évoquées pour expliquer l’échec de la Wii U sur la génération de console précédente.

nintendo-switch-nba

Nintendo a tenu à intégrer des jeux tiers dans la présentation de la Switch

Pourtant la Switch restera une console à part sur le marché, elle devra jouer à la fois le rôle de console portable et de console de salon, Nintendo n’aura donc pas le loisir d’intégrer des composants consommant autant que dans une console fixe de salon comme la PlayStation 4. C’est ce qui a conduit Nintendo à intégrer un processeur de type ARM que l’on connait bien sur mobile, mais qui est beaucoup moins puissant que le processeur x86 de PC que l’on retrouve dans la Xbox et la PlayStation.

 

Un portage facilité ?

D’après Jen-Hsun Huang ce n’est pas un problème. « La qualité des jeux a augmenté de manière significative. Et l’une des explications est liée aux architectures assez proches de la PS4, de la Xbox One, du PC et de la Switch, dans le sens où elles utilisent toutes des GPU modernes, des shading programmables et des fonctionnalités basiques communes.  » Il ajoute : « De fait, les développeurs peuvent viser une base installée beaucoup plus importante avec un code commun, ce qui augmente la qualité de production et la qualité des jeux. »

Il est vrai que le développement de jeu a fortement évolué et que les développeurs font de plus en plus appelle à des middlewares, des logiciels intermédiaires de développement qui s’occuperont en suite de prendre en charge les différentes plateformes cibles.

nintendo-switch-partenaires

Espérons pour Nintendo que Nvidia a fait des merveilles avec la Switch et que la console ne sera pas abandonnée rapidement par les éditeurs tiers comme l’avait été la Wii U en son temps.