Alors que certaines rumeurs situaient la Nintendo Switch entre la PlayStation 4 et sa petite sœur la Pro en terme de puissance, plusieurs sources démentent cette idée. Et d’après elles, la nouvelle console hybride de Big N n’atteindrait même pas la puissance de la PlayStation 4 classique.

nintendo-switch-nx-6

Même s’il faudra attendre en janvier prochain pour avoir plus d’informations sur la Switch de Nintendo, les informations et rumeurs continuent. Deux sources ont confirmé à GamesBeat que le processeur graphique de la Nintendo Switch utiliserait une architecture Maxwell de Nvidia. Celle-ci n’est pas la solution la plus efficace et la plus récente de Nvidia qui a cette année sorti le Tegra Parker sur une architecture Pascal et son processeur de 16nm par opposition au Tegra en version Maxwell avec sa gravure en 20nm que l’on trouve dans le Tegra X1 de la Shield Android TV. Cette dernière reste puissante, mais en aucun cas elle n’égale les performances graphiques d’une PS4.

Nintendo hors course ?

À la fois console de salon et console portable, capable à priori de faire tourner des jeux réalistes comme Skyrim, le choix de la Maxwell reste encore surprenant. Certains en seront forcément déçus, attendant toujours que Nintendo revienne dans la course. Nintendo est, depuis de nombreuses années, considérée pour beaucoup comme à la traîne technologiquement. La firme de Kyoto a laissé tomber la course à la puissance, laissant les consoles de salons de Microsoft et de Sony sur le devant de la scène –avec des fiches techniques toujours plus impressionnantes pour des consoles ou encore la réalité virtuelle– alors que Nintendo s’est concentré sur sa ludothèque maison et ses consoles portables, un marché qu’elle domine.

Même si la Switch devrait être moins puissante qu’une PlayStation 4, cela ne l’empêchera pas non plus de faire tourner des jeux réalistes et assez gourmands. On pourrait aussi imaginer que lorsque celle-ci est sur sa station d’accueil, ses capacités techniques pourraient être démultipliées grâce à sa connexion au secteur et à des fréquences de fonctionnement plus élevées. La version portable pourrait être moins puissante en raison de sa batterie.

La faute à un mauvais timing

Les sources nous éclairent un peu plus sur les raisons qui ont poussé Nintendo à se tourner vers une puce Maxwell. À priori, il s’agirait avant tout d’une histoire de timing. Dans la hâte, Nintendo ne pouvait plus attendre à cause de l’échec de la Wii U. Rappelez-vous, à force de faire durer le temps de développement de cette console, le produit qu’ils avaient alors imaginé, un gamepad, s’est vite laissé dépassé à sa sortie avec l’arrivée en masse des tablettes type iPad. En attendant la puce Pascal, Nintendo aurait eu peur donc de répéter cette même histoire : un concept retardé et du coup dépassé. 

Une autre raison pour Nintendo serait que la puce Pascal est trop récente et pas encore optimisée pour s’implanter dans une console. Elles ont été lancées sur les ordinateurs de bureau ce printemps et les ordinateurs portables à la fin de l’été, et demandent une installation particulière avec un système de refroidissement et de ventilateurs supplémentaire. Cela aurait repoussé encore inévitablement le temps de développement de la machine. Enfin, il est évident que le prix n’aurait pas été le même avec la toute dernière puce Tegra.

nintendo-switch-partenaires

La Switch toujours attirante

Au final, la Nintendo Switch devrait plutôt se situer autour d’un 1 Tflops, à côté des 1,8 de la PlayStation 4 ou les 6 Tflops de la fameuse Xbox Scorpio de Microsoft. A titre de comparaison, la PS3 atteint les 0,4 Tflops Mais au-delà des chiffres sur le papier et de la fiche technique, c’est avant tout l’immersion qui fera de la ludothèque proposée sur la Switch une belle expérience ou non. Et si on en croit les premiers retours des éditeurs tiers, la Nintendo Switch pourrait attirer un bon nombre d’entre eux.

Nvidia et Nintendo n’ont pas souhaité répondre à cette histoire, mais nous en serons plus dans un peu moins d’un mois, lors de l’évènement officiel de la Nintendo Switch. 

À lire sur FrAndroid : Nintendo Switch : une première apparition publique et du Zelda en action