Une étude de Flurry pour Yahoo! News fait état de la disparition prochaine des petits mobiles au profit des smartphones de tailles moyennes et des phablettes. Une échéance d’ailleurs proche puisqu’il ne devrait plus y avoir d’expéditions de « petits » mobiles à partir du second trimestre 2016, et de moins en moins de « smartphones moyens ».

16324871102_fc19865d16_o

Les petits smartphones ont déjà disparus

Lorsque les premiers géants de l’industrie ont conçu des smartphones sans-fil, on leur a vite trouvé des qualificatifs comme « cabine téléphonique » pour décrire à quel point ils étaient imposants. Le comble du bon goût, c’était d’ailleurs de posséder un petit mobile, peu importe ses réelles aptitudes.

Mais il faut dire qu’à l’époque, un téléphone servait à passer des coups de fil et envoyer des messages textes. Durant quelques années donc, avant le développement des usages multimédia, les constructeurs ont cherché à miniaturiser les téléphones portables. Une ère désormais révolue, et les petits mobiles (en dessous de 3,5 pouces) pourraient même disparaitre complètement dans quelques mois selon une étude publiée par Flurry. Ils l’ont certainement déjà fait, et il n’y a guère que les iPhone 4 et 4S pour se vendre encore un peu dans ce format. Les mobiles de tailles moyennes – entre 3,5 et 4,9 pouces selon les critères de l’étude – ont quant à eux certainement encore quelques années de répit.

Capture d’écran 2016-01-13 à 18.19.25

 

Car l’étude dit même que la phablette (comprendre ici 5 pouces ou plus) va devenir le format majoritaire d’ici le quatrième trimestre de l’année (46 % des expéditions) et dominant d’ici le second trimestre 2017 (59 % des expéditions). Même s’il ne s’agit là que de prévisions, et pas encore de faits avérés, on sent bien depuis quelques trimestres que la tendance ne sera pas inversée. Il n’y a qu’à voir l’évolution des tailles chez un grand constructeur comme Samsung – celui qui propose le plus de modèles – pour constater qu’il faut désormais compter sur du 5 pouces, a minima, ce que l’on a d’ailleurs tendance à considérer comme un format moyen. Depuis que le géant coréen et ses petits camarades ont cessé la production de variantes dites « mini », on ne trouve qu’un Galaxy Alpha avec moins de deux ans d’âge pour agrémenter le marché du petit mobile. Et par petit, on entend ici 4,7 pouces (format moyen selon Flurry), un format qui commence déjà à poser problème lorsqu’on veut tout faire à une main sur son terminal.

 

Si même Apple s’y met…

Avant, il y avait un réfractaire : Apple. Steve Jobs, dirigeant historique de l’entreprise, avait dans l’idée que « personne n’achètera un grand smartphone ». Certes, l’avenir a prouvé qu’il avait tort, mais cela a valu aux iPhone un rythme de croissance (taille) plus lent que chez les autres constructeurs. L’iPhone 4, avec son écran de 3,5 pouces et une puissance suffisante pour regarder des vidéos sur YouTube et jouer à quelques jeux, n’a pas attiré de critiques vis-à-vis de son format. Et au contraire, la sortie des iPhone 5 (un peu) et iPhone 6 (surtout) a déçu une partie des clients de la firme, ceux qui se satisfaisaient très bien des formats précédents.

ByIEBPpIQAA1Kfa

Aujourd’hui, la firme de Cupertino semble avoir bien compris que l’avenir passe par le grand format puisqu’il n’y a toujours pas de version « mini » de l’iPhone à l’horizon, et qu’au contraire, le constructeur propose une variante de 5,5 pouces très décriée, mais finalement bien vendue. Les paroles de Steve Jobs ont été enterrées avec lui, et Apple participe à l’implantation de l’idée du « grand format » dans le crâne du consommateur. Et quand on voit à quel point Apple parvient à dicter les modes, il n’y a rien d’étonnant dans tout cela.

 

Grand écran, grands usages

La rédaction de FrAndroid accueille des dizaines et des dizaines de smartphones tous les ans, et il devient bien rare de tester des produits en dessous des 4,7 pouces, voire des 5 pouces. En grands utilisateurs de téléphones, les membres de notre rédaction se satisfont d’ailleurs de ces grands écrans puisqu’il est toujours question de tester des jeux et d’effectuer des tâches très variées avec les mobiles, ce qui nécessite un confort visuel et donc un grand écran.

Mais il est dommage de voir les constructeurs abandonner les plus petits formats et laisser une partie de la population sur le carreau. L’industrie du mobile peut bien penser que de toute façon tout le monde finira par adopter un grand écran, on aurait aimé la voir manifester son envie de ne pas laisser une minorité d’utilisateurs en proie aux plus grandes difficultés lorsqu’il s’agit de choisir un nouveau terminal. Un problème qui ne se poserait pas si un smartphone pouvait tenir plus de deux ans sans être obsolète… Mais ça, c’est un autre débat.