Panasonic a profité du Mobile World Congress pour dévoiler un produit Android orienté B2B, le Panasonic Toughpad FZ-N1. Un terminal métier conçu pour être résistant, pratique et fonctionnel. Regardons ça de plus près.

113851_RM151_C_breakthrough_001LR

Ce sont des produits plutôt légers (contrairement à ce qui semble paraître) qui ont été dévoilés (277 grammes), il existe deux versions : FZ-F1 et FZ-N1, sous Windows 10 Mobile et Android. Nous allons nous intéresser à la version Android (FZ-N1), bien entendu, nous avons d’ailleurs pu le prendre en main pendant quelques jours.

RM151_android_image_2_2_wpLOW

Panasonic y voit des tablettes, ce sont en réalité des smartphones. En effet, ses Toughpad proposent de la 3G et de la 4G, ainsi que possibilité de passer des communications vocales, le tout dans un format 4,7 pouces, avec la possibilité d’utiliser deux cartes microSIM, dont une seule est active à la fois.

Un boîtier durci

Nous le considérons comme un smartphone métier car ce FZ-N1 propose un boîtier durci (MIL-STD-810G, il résiste à des centaines de chutes de 1 mètre environ), IP67 (capable d’être immergé à 1 mètre pendant 30 minutes) et il intègre un lecteur de codes-barres arrière avec laser dont l’inclinaison permet de facilement de scanner des codes-barres 1D et 2D (support de 44 différents types de codes-barres). Notons également la présence de 3 microphones avec une technologie de suppression du bruit et de deux haut-parleurs délivrant un total de 100 dBA.

Capture d’écran 2016-02-22 à 13.12.01

Difficile de les comparer aux smartphones classiques, les FZ-F1 et FZ-N1 ont été conçus pour résister, et surtout apporter des fonctions à différents métiers. Par exemple, dans la logistique et le transport, mais aussi la santé et la maintenance, sans oublier la police, en tant qu’appareil de verbalisation électronique.

MUBL5387_LOW

D’un point de vue logiciel, le Toughpad FZ-N1 embarque Android 5.1.1 Lollipop, avec Android for Work (pour séparer les données privées et professionnelles). Panasonic fournit également tout le matériel (API, drivers et SDK) pour faciliter la personnalisation du produit, et son usage dans une flotte d’appareils. Il est possible de configurer 5 boutons physiques, et Panasonic a conçu une station d’accueil pour faciliter le rechargement du smartphone (à travers une connectique propriétaire).

Les caractéristiques n’ont rien d’extraordinaire, mais elles tiennent la route pour un appareil orienté métier :

  • Écran de 5 pouces en définition HD, conçu pour fonctionner avec des gants et avec une luminosité de plus de 500 lits, ainsi que la possibilité d’utiliser un stylet passif ou actif en option
  • SoC, stockage et mémoire : Qualcomm Snapdragon 801 (MSM8974AB) accompagné par 2 Go de RAM, 16 Go de stockage interne et un slot microSD
  • 3 microphones et 2 haut-parleurs (jusqu’à 100 dBA)
  • Capteurs photo : 8 mégapixels à l’arrière (capable de filmer en 2K à 30 images par seconde) et 5 mégapixels à l’avant
  • Batterie avec une capacité de 3200 mAh capable d’être étendue à 6400 mAh, Panasonic communique sur plus de 16 heures d’appels en continu
  • Dimensions et poids : 74 mm x 156 mm x 16.3 mm et 277 grammes

Nous avons pu prendre en main cet étrange appareil Android, très différent de ce que l’on a l’habitude de voir. L’appareil est plutôt léger, contrairement à ce qu’il peut laisser paraître. Il est suffisamment puissant et l’écran IPS a été conçu pour être utilisé en intérieur, mais aussi à l’extérieur en pleine luminosité. La version Android qu’il embarque n’intègre aucune interface personnalisée, elle laisse seulement place à quelques applications dédiées aux différents capteurs.

Terminons par son prix et sa disponibilité : près de 1715 euros HT, et une disponibilité en juin 2016. C’est onéreux, mais le produit est unique en son genre, enfin presque : il existe également le Cat S60 avec un capteur thermique, pour un autre usage.