Introduction

Avec son 50 Oxygen +, Archos engraisse encore plus son catalogue de smartphones d’entrée de gamme, qui n’en demandait pas tant. On est un peu perdu avec toutes ses dénominations chimiques et des « 50 » qui fleurissent à côté de chacune d’entre elles. Avec ce mobile, Archos expérimente un nouveau design, assez arrondi, qu’on n’avait pas encore aperçu chez le constructeur, mais qui a de drôles de similitudes avec un certain iPhone 6. Mais ces deux-là n’ont pas vraiment les mêmes arguments à faire valoir.

Archos-50-Oxygen-+-13

Fiche technique

L’Archos 50 Oxygen + est un smartphone de 5 pouces doté d’une dalle IPS affichant 720 par 1280 pixels et donnant donc une densité de 294 pixels par pouce. Il est animé par un processeur octo-cœur MediaTek MT6592 cadencé à 1,4 GHz, et couplé à un GPU Mali 450MP4 et à 1 Go de mémoire vive. On y trouve également une mémoire interne de 16 Go, un appareil photo dorsal de 8 mégapixels, un capteur frontal de 5 mégapixels, ou encore une batterie de 2000 mAh. Ses dimensions sont de 143 x 72,5 x 7,2 mm et il affiche 125 grammes sur la balance.

ModèleArchos 50 Oxygen +
VersionAndroid 4.4.4
Taille d'écran5 pouces
Technologie d'écranIPS LCD
Définition1280 x 720 pixels
Résolution294 ppp
Traitement anti-rayuresNon
Non
SoCMediatek MT6592
Nombre de coeursOcta-Core @1,4 GHz Cortex A7
Puce graphique (GPU)Mali 450MP4
Mémoire vive (RAM)1 Go
Mémoire interne (ROM)16 Go
Micro-SDOui, jusqu'à 64 Go
Appareil photo (dorsal)8 mégapixels
Appareil photo (frontal)5 mégapixels
Wi-Fi802.11 a/b/g/n
RéseauxHSPA+ 21Mbps
BluetoothOui
SIM1x Micro SIM + 1x Nano SIM
NFCNon
Capteurs
Ports
(entrées/sorties)
microUSB v2.0, 3.5mm Jack
GéolocalisationA GPS
Résistance à l'eau
Résistance à la poussière
Non
Non
Batterie2000mAh
Dimensions143 x 72,5 x 7,2 mm
Poids125 grammes
CouleursGris métal
Prix180 euros

 

Design

Il ne vous dit rien ce téléphone ? C’est étrange, on lui trouve une ressemblance avec un mobile déjà vu. Loin d’être théoriciens du complot et de voir du plagiat à tous les coins de rue, il faut avouer que ce 50 Oxygen + est très proche de ce qui se fait chez Apple en 2014. Cet appareil est un iPhone 6 du pauvre, où la finition travaillée de ce dernier est remplacé par un plastique médiocre à l’arrière, imitant l’aluminium.

Archos-50-Oxygen-+-1

Pourtant, à part les grilles de haut-parleur et le port micro-USB entouré de micro-vis, ou encore l’emplacement du capteur photo dorsal, les mobiles ne sont pas vraiment les mêmes. Archos s’inspire juste assez (ou trop) pour qu’on se fasse la réflexion quant à la ressemblance, mais change des de nombreux détails. D’abord, le form-factor n’est pas tout à fait identique, l’iPhone 6 possédant des coins plus arrondis. L’Oxygen imite un peu les bandes de plastique de l’iPhone en intégrant simplement des « délimitations » en creusant un peu le plastique.

Archos-50-Oxygen-+-5

Le flash LED, le port Jack 3,5mm, et les boutons de volume ne sont situés au même endroit. On ne retrouve pas non plus de bouton home, mais des touches sensitives. En tant que mobile d’entrée/milieu de gamme, pas question non plus d’intégrer un écran légèrement incurvé sur les bords.

Archos-50-Oxygen-+-10

Et puis évidemment, le format n’est pas le même, l’iPhone 6 plafonnant à 4,7 pouces alors que le 50 Oxygen est un smartphone de 5 pouces. On ne joue pas sur le même tableau avec ces deux mobiles, mais il est amusant de voir que la ressemblance physique ne semble pas être seulement question de hasard. Mais est-ce que l’Oxygen + ne ressemble pas plus au ZTE Blade S6 qu’à l’iPhone 6 ?

Archos-50-Oxygen-+-4

On met un gros moins aux boutons sensitifs, qui ne sont pas rétro-éclairés, et franchement peu réactifs. Quant à la présence d’une LED de notification en bas de la façade, on en cherche encore l’intérêt. La conception est globalement insuffisante et la finesse et la légèreté du mobile ne suffit pas à redorer son blason.

 

Ecran

La particularité de cet écran, c’est qu’il est signé JDI, société japonaise spécialisée dans les écrans, généralement réputé pour ses écrans. Il est d’ailleurs IPS LCD, et comme souvent avec JDI, semble bénéficier d’une forte luminosité ainsi que de couleurs très vives. On peut confirmer la grande luminosité de cet écran, notre sonde mesurant 646 cd/m2, une bonne luminosité se mesurant généralement à partir de 450 cd/m2. L’Archos 50 Oxygen + n’opposera donc aucune résistance dans des conditions de fort ensoleillement.

Les angles de vision sont également très bons grâce à une dalle assez proche de l’écran – il ne manque pas grand chose pour qu’on ait l’impression qu’elle est collée – et les couleurs sont effectivement très vives. On aurait aimé avoir accès à des réglages de couleurs semblables à ceux aperçus sur le Honor Holly, par exemple.

Archos-50-Oxygen-+-14

L’écran est assez réactif, et si l’on aperçoit quelques lenteurs, elles sont plutôt dues à une optimisation logicielle qui laisse à désirer. On regrette à la limite que les bordures d’écran soient un peu larges, altérant un tout petit peu le plaisir d’utilisation de celui-ci. Un bon point qu’on peut relever, c’est que l’écran a été traité et évite d’horribles efforts pour être nettoyé. Ce n’est pas toujours le cas sur les smartphones du constructeur, et on apprécie que ce le soit à moins de 200 euros.

Ce mobile marque en tout cas les efforts faits par la marque pour fournir des écrans plus qualitatifs que d’ordinaire. Chose que l’on voit aussi avec le 50 Diamond.

 

Logiciel

Dans sa version KitKat, l’interface d’Archos s’est fait un très léger ravalement de façade. De toute manière, elle est d’origine très très proche d’Android Stock. On y retrouve comme toujours des applications pré-installées, mais la petite nouveauté, c’est que le mobile nous demande au démarrage si l’on veut les installer ou non. Pratique pour ceux qui ne désirent pas avoir de bloatwares sur leur smartphone. On retrouve donc les très bons Archos Video ou Archos Musique, dont on ne va refaire qu’une présentation très succincte. Le premier est un lecteur de films, tandis que le second est une bibliothèque musicale.

archos-50-oxygen

D’autres applications sont moins pertinentes, à l’image de jeux qui vieillissent grandement comme Dragon Mania, Wonder Zoo, ou Little Big City. On y trouve aussi News Republic ou OfficeSuite, un agrégateur de contenu et une suite logicielle pour visionner, créer ou éditer des documents.

archos-50-oxygen-1

Nous avons également voulu essayer le HotKnot, sorte de NFC qui permet de transférer des fichiers entre mobiles équipés de la fonctionnalité. Justement, un Zoppo traine aussi à la rédaction, mais impossible de partager le moindre fichier entre les deux mobiles. On détecte la présence d’un appareil HotKnot mais le transfert échoue à coup sûr.

archos-50-oxygen-2

Alors qu’on sort d’une expérience assez lente avec l’interface du Honor Holly, on s’attendait à naviguer avec bien plus de fluidité sur ce mobile. Ce n’est pas vraiment le cas, et l’appareil n’est pas ce qu’on fait de plus rapide. Surtout lorsqu’il s’agit d’ouvrir et fermer des applications.

 

Performances

Justement, c’est ce que tend à confirmer le test applicatif PC Mark, dont le score n’est pas très élevé. Avec 2 293 points, ce n’est pas un résultat d’anthologie, et c’est grosso modo pareil que le Vitamin A que nous avon testé il y a quelques semaines. Sur AnTuTu, on s’en sort avec 26 000 points, tandis que les scores de benchmarks graphiques semblent meilleurs que pour le Vitamin A.

Benchmark / ModèleArchos 50 Oxygen +
AnTuTu v526 613 points
3D Mark5 740 points
GFXBench T-Rex (onscreen / offscreen)15 / 8,6 FPS
PCMark2 293 points

En jeu, le mobile se comporte bien et on ne ressent ni lag ni chauffe sur des jeux 3D moyennement gourmands. Evidemment, sur des tests plus pointus, il montre ses limites, mais est-il vraiment fait pour jouer à Real Racing 3 en graphismes maximum ? Non.

 

Communication

Appels

L’Archos 45 Helium, vendu pour moins de 100 euros, possède la compatibilité 4G. L’archos 50 Oxygen +, qui se situe à 180 euros, en est exempté. Voilà une constatation bien gênante, surtout pour un smartphone qui sort en 2015. Notez tout de même que le téléphone se destine essentiellement au marché italien et que sortira en France une version 4G de l’appareil, prévue pour le mois de juin prochain. Dommage peut-être de n’avoir pas commercialisé que cette version dans l’Hexagone.

GPS

On ne le répètera jamais assez, les puces MediaTek n’excellent pas lorsqu’il s’agit de se frotter à un benchmark GPS. Et ce mobile ne fait pas exception. Dans les mêmes conditions de tests que d’autres smartphones Qualcomm, les données récupérées sont moins bonnes, avec moins de satellites trouvés et fixés, et un temps de réponse bien plus long. C’est en tout cas semblable à ce qu’on observe sur les autres mobiles en MediaTek. Rien d’extraordinaire donc.

gps-date-oxygen-Plus

Photographie

Sur le papier, l’appareil photo du mobile fait belle illusion. Avec 13 mégapixels au compteur, il promet des photographies fines. Malheureusement, le nombre de pixels ne fait pas tout, et le smartphone montre vite ses limites dans cet exercice. Avec de belles conditions météorologiques, le mobile arrive à faire de jolies choses, et le mode HDR n’est pas trop surréaliste, comme on peut souvent le voir sur des mobiles de ce tarif. Les photographies en macro sont également intéressantes, avec une mise au point assez précise, et des couleurs correctes même en intérieur. Malheureusement, les points positifs s’arrêtent ici.

IMG_20150326_150949 IMG_20150326_150949_1 IMG_20150326_151120 IMG_20150327_150836 IMG_20150327_150841_1 IMG_20150326_234252

Si le HDR est correct, il reste toutefois extrêmement long au déclenchement et demandera une stabilité parfaite sous peine d’obtenir un effet de dédoublement. La luminosité des photographies laisse à désirer, d’autant qu’elle n’est pas homogène. Sur chaque côté des photographies, on observe de larges zones de flou, et nous avons pourtant bien vérifié l’état de propreté du capteur. De nuit, et même avec un éclairage correct, le mobile semble incapable de prendre une photo assez éclairée. Dommage.

 

Autonomie

Comme toujours, nous avons testé le mobile sur une vidéo d’une heure sur YouTube, en mode avion et Wi-Fi activé, avec la luminosité au maximum. Le premier test effectué est dramatique avant une perte de 37 % de batterie. Persuadés qu’il s’agissait d’une erreur, nous avons donc relancé un second test sur la même vidéo. Cette fois, le mobile a perdu 33 % de sa charge en une heure. C’est vraiment énorme, voire dramatique et ne laisse espérer que 3 heures d’utilisation multimédia. C’est certainement dû à l’optimisation qui laisse à désirer, et qui provoque également la « lenteur » de l’interface.

Screenshot_2015-03-26-12-40-38

C’est franchement dommage, d’autant que le smartphone est plutôt stable en énergie consommée hors usages multimédias. La veille ne consomme presque rien, et l’écran ne semble pas non plus très énergivore s’il n’est pas poussé à son max. En utilisation quotidienne, on n’avait pas spécialement relevé de problèmes de batterie. Alors le mieux pour passer la journée d’utilisation, c’est peut-être encore de ne pas s’en servir beaucoup.

 

Test Archos 50 Oxygen+ Le verdict

design
5
N'allez pas croire qu'on bâche l'Archos 50 Oxygen + pour sa ressemblance avec l'iPhone 6, ce serait injuste et non digne de notre manière de penser. Par contre, on déplore l'imagination limitée de la marque et une conception qui laisse à désirer. Le plastique est médiocre, les boutons sensitifs peu réactifs et non rétro-éclairés, et les rainures creusées à l'arrière n'ont strictement aucun intérêt puisqu'elles ne sont pas dédiées aux antennes.
écran
8
Le bon point de ce smartphone, c'est bien l'écran. Signé JDI, il offre une forte luminosité qu'il ne faudra pas régler à son maximum si vous souhaitez conserver une autonomie correcte, mais pourra être utile lors de conditions d'ensoleillement fort. Les angles de vision sont bons, la dalle est proche de la vitre, et l'écran ne se salit pas outre mesure. Pour le prix, c'est bon.
logiciel
6
Avec de l'Android Stock, ou presque, c'est tout de même dommage d'avoir une interface qui n'est pas tout à fait fluide. On met un certain temps à ouvrir une application et la quitter, d'autant plus quand plusieurs applications sont ouvertes. Les applications pré-installées sont vieillissantes (enfin les jeux) mais Archos laisse le choix de l'installation ou non. Un bon point.
performances
7
Les performances se tiennent mais ne sont pas flamboyantes. Cette puce Mediatek MT6592 octo-core est en tout cas très correcte.
caméra
5
Malgré qu'il fasse joli sur la fiche technique, on est assez déçu par ce capteur qui éprouve beaucoup de difficultés à rendre des clichés corrects. On observe du flou, une luminosité non homogène, des couleurs qui débordent...Le déclenchement du HDR est long, les photos de nuit sont presque inutiles. Il y a pire, parfois, mais il y a surtout mieux.
autonomie
4
L'autonomie du mobile laisse franchement à désirer, du moins sur nos tests d'endurance. Il faut dire que la luminosité forte du mobile handicape la chose, mais c'est tout de même exagéré. Au quotidien, il sera de toute façon difficile de passer la journée.
Note finale du test 5/10
Le moins que l'on puisse dire, c'est que cet appareil n'est pas équilibré. Il possède quelques arguments pour lui : finesse, légèreté, bon écran, Android Stock. Malheureusement, tout cela est contrebalancé par des manquements difficilement explicables, comme une conception globale de qualité discutable, des boutons peu réactifs, des lags dans l'interface, une partie photo décevante, et une autonomie qui fait peur.

À presque 200 euros, c'est tout de même assez préjudiciable, d'autant que pour moins cher que cela, on trouve des smartphones qui tiennent franchement bien la route. Et pour un peu plus cher, on commence à trouver des milieux de gamme de belle facture. Certains des problèmes rencontrés sur ce mobile pourraient être corrigés, en partie, de façon logicielle. Mais Archos n'est pas non plus le plus prompt à proposer des correctifs.

Evidemment, le mobile paye aussi ses traits communs avec l'iPhone 6 qui n'a pourtant rien à voir avec lui. Mais qu'on se rassure, même s'il est vendu chez nous, le 50 Oxygen + est plutôt destiné à d'autres marchés, où il aura certainement plus de succès. Chez nous, une version 4G du smartphone devrait arriver d'ici la fin du semestre. On ne peut que conseiller de l'attendre.
  • Points positifs
    • Ecran HD Japan Display
    • Possibilité de ne pas installer les bloatwares
  • Points négatifs
    • Autonomie faible
    • Appareil photo médiocre
    • Conception
    • Boutons sensitifs peu réactifs et non rétro-éclairés