Le monde des objets connectés est vaste, très vaste, et on trouve à peu près tout ce que l’on veut comme produits. Et comme ce marché est encore très jeune, il est voué à évoluer jusqu’à ce qu’il devienne impossible de ne pas trouver l’objet de nos rêves à associer à notre smartphone. Même des activités extérieures peuvent être effectuées de manière connectée, comme le jardinage, ou encore mieux : la pêche. Dans cette catégorie, le choix est toutefois mince, la plupart des produits étant encore à l’état de prototypes ou sous forme de dépouilles après un échec sur une plateforme de crowdfunding. Ce n’est pas le cas du Deeper Fishfinder, un sonar connecté qui est censé vous aider à trouver les poissons. Vous n’aurez plus d’excuse si vous ne parvenez pas à les leurrer.

IMG_20150801_102715

Le produit

Le produit en lui-même est très sobre, et plutôt bien conçu. Il s’agit d’une sorte de balle noire d’un diamètre de 6,5 cm, et d’un poids de tout pile 100 grammes. Relié à un smartphone sous Android (2.3 et plus) ou iOS (5.0 et plus), le sonar communique avec lui via Bluetooth avec une portée d’environ 40-50 mètres, bien que cela dépende aussi de la puissance du smartphone. On y trouve une batterie Lithium Polymère 3,7V Rechargeable, et le sonar peut fonctionner à des températures comprises entre -20 et +40° Celsius. Il détecte grâce à deux faisceaux 290 kHz (15°) et 90 kHz (55°).

DSC09959
DSC09951

Dans la boîte contenant le Deeper Fishfinder, on trouve aussi deux attaches à visser, permettant de relier la ligne de la canne à l’appareil, un cable microUSB, un manuel d’utilisation, ainsi qu’une mini-poche qui peut se fixer à la ceinture ou à une veste. Un packaging très propre pour un produit de qualité. Lorsque vous l’utiliserez, veillez à bien aligner les flèches « Water » et « Proof ».

L’application

L’application propose beaucoup, beaucoup de choses. D’abord, le menu de gauche permet d’accéder à une partie des paramètres de Smart Imaging. On peut choisir d’avoir une carte détaillée ou non, d’afficher les icônes de poissons, choisir la fréquence de balayage de la zone sondée, ou encore la sensibilité. Ensuite, sur le haut de l’application, on peut accéder au calendrier des lunes, à l’appareil photo (pour immortaliser directement les prises), à la météo et aux prévisions (avec horaires de lever et coucher de soleil), aux notes, aux cartes (que vous pouvez éditer), à l’historique de vos données, et enfin aux paramètres complets.

Là-dedans, on trouve aussi foule d’options. On peut activer le mode bateau, sélectionner l’unité de mesure, activer l’alarme de profondeur, de poisson, de profondeur du poisson, ou activer les modes pêche sur glace et pêche de nuit.

Une courte expérience

« Vous n’aurez plus d’excuse si vous ne parvenez pas à les leurrer ». En fait, elle fait très communicant, cette phrase. Surtout quand on sait qu’un pêcheur peut faire passer 10 fois son beau leurre à 20 euros devant le museau d’un brochet, à l’heure de sa sieste, sans que celui-ci réagisse. Et heureusement, sinon il n’y aurait certainement plus de poissons dans nos rivières. C’est qu’ils ont appris à être malins, les poissons, histoire de s’assurer encore quelques décennies de survie (ceci est un message écologiste engagé). Autant vous le dire tout de suite, le Deeper Fishfinder ne vous aidera pas à attraper des poissons, il vous aidera seulement (et peut-être) à les repérer ou à repérer les endroits susceptibles de leur servir de cachette.

IMG_20150801_102715

En toute confiance, j’ai donc pris mon Deeper Sonar avec moi pour une partie de pêche en rivière, sur le Serein très précisément, une rivière relativement calme en été. Parce qu’autant dire qu’à 200 euros, on ne conseille que moyennement l’utilisation du sonar en bout de fil dans des torrents, question de logique. Une fois accroché au bout du fil, avec un vrai nœud n’est-ce pas, on fait vite le constat qu’il vaut mieux jeter un coup d’œil à l’état de celui-ci afin de ne pas risquer une casse toute bête en s’accrochant dans la première branche venue. Deuxième constatation, et celle-ci est faite après le premier misérable lancer à un mètre devant, il vaut mieux avoir une canne solide et puissante. Avec ma canne ultra-légère, servant à traquer de petits carnassiers, le sonar est bien trop lourd. Pour les non-connaisseurs, une canne ultra-légère est très fine et généralement souple, sert à lancer de petit leurres dont le poids est compris entre 0 et 10 grammes (fourchette approximative), et donc parfaitement inadaptée pour lancer un sonar qui pèse 100 grammes. Une chance que les poissons carnassiers (ceux que je cherche) soient rarement positionnés en plein milieu du courant, mais il vous faudra tout de même être du bon côté de la rive pour sonder les diverses souches d’arbres, trous et endroits de stagnation de l’eau à la recherche de vos proies.

Screenshot_2015-08-01-10-34-39

Et pour peu qu’on puisse l’utiliser, ce Deeper Sonar marche vraiment bien. Avec ses deux électrodes placées sur sa partie immergée, il détecte automatiquement le contact avec l’eau et lance l’analyse sur votre smartphone. On obtient donc une cartographie du fond, ainsi que des données sur la profondeur ou la température de l’eau. À chaque fois qu’un poisson passe dans la zone de détection, l’application vous alerte par une petite sonnerie et donne une taille très approximative de la bête définie par la taille de l’icône, ainsi que la profondeur à laquelle il évolue. Si un poisson n’est pas en mouvement, c’est d’autant plus pratique. Comme le sonar n’identifie pas le type de poisson, ou ne donne pas une forme précise de la chose, on peut se dire qu’à partir d’une icône de taille moyenne, on risque de tomber sur ce qui nous intéresse. Cela permet de faire un peu le tri en tout cas, les petites proies risquant d’être de simples… petites proies. Testé prêt du déversoir d’un barrage, j’ai pu constater que la profondeur augmente en temps réel au fur et à mesure que l’objet est entrainé vers le courant. L’ensemble produit/application est très réactif, même si le design de cette app n’est pas franchement emballant. On a presque envie de dire que pour ce genre d’usage, on s’en fiche. La survie (j’en fais trop ?) n’a pas de style.

Screenshot_2015-08-01-16-06-34

Après quelques essais, je me dis que la meilleure utilisation de l’objet doit certainement être sur un étang « à taille humaine ». Il serait ainsi possible de cartographier l’endroit pour peu qu’on dispose d’une barque, et de marquer les spots de pêche propices à abriter les poissons et suivre leurs habitudes de déplacements. Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de tester le produit sur ce type de plan d’eau, mais j’imagine très bien ce que cela donnerait. Pour des sorties sur rivière, où l’on est amené à se déplacer parfois beaucoup, le sonar perd rapidement son intérêt, d’autant qu’une rivière se lit plus avec les yeux de l’expérience qu’avec un objet technologique qui se balade au gré du courant.

Réelle utilité et conseils

Le Deeper Fishfinder, et vous l’aurez compris, n’est pas un objet à mettre entre toutes les mains, malgré le fait que sa simplicité d’utilisation en fasse un objet très grand public (dans le domaine de la pêche). Il se destine peu aux pêches fines, mais plutôt sur gros matériel, ou fixé à une barque pour des sorties en lac, là où un sondeur peut s’avérer utile pour ne pas perdre trop de temps sur des spots vides. On l’imagine aussi intéressant pour de la pêche au posé, afin d’être averti de l’arrivée d’un poisson dans la zone de détection. Du coup on imagine que des sessions carpes ou sandre, de nuit, pourraient être très intéressantes avec le sonar. Il faudrait alors trouver un moyen pour que le bouchon puisse être proche du sondeur, sans que les deux ne se gênent ou ne s’éloignent au fur et à mesure.

Bref, il s’agit d’un sondeur léger, facilement transportable, et directement relié à votre smartphone. Loin d’être indispensable, disons qu’il pourra certainement sauver quelques sessions de pêche, ou au moins faire économiser de précieuses heures aux pêcheurs amateurs.

Rassurez-vous, le poisson est reparti à l'eau.

Rassurez-vous, le poisson est reparti à l’eau.

Un grand merci à iTabNav, commerçant spécialisé dans la vente de produits, et d’accessoires pour produits électroniques, liés à la navigation et aux activités en extérieur, qui a eu la gentillesse de nous prêter le Deeper FishFinder ! Il commercialise le sonar au tarif de 229 euros