Un jeu addictif, un soupçon de pomme, une larme de corruption, et voilà que l’on se trouve face à une polémique probablement infondée mais révélatrice d’un monde du jeu mobile en pleine mutation. Apple aurait versé une importante somme d’argent à EA pour retarder la sortie de Plant vs Zombies sur Android, information que les deux parties ont depuis démentie. 

Plant vs Zombies

Hier, le média Giantbomb rapportait que le responsable des licences Electronic Arts, Frank Gibeau, avait annoncé : « Apple nous a donné de fortes sommes d’argent pour repousser la sortie de la version Android » de Plants vs Zombies 2. Une accusation particulièrement retentissante que nos confrères indiquent avoir confirmée auprès d’autres sources proches des principaux intéressés, tandis que PopCap, le développeur du jeu, se refusait à tout commentaire. Alors que les voix indignées commençaient à se faire entendre, Apple a eu tôt fait de démentir ces propos, indiquant que ce n’était « pas vrai« . Même son de cloche, en toute logique, du côté d’EA : « Un commentaire tiré d’une réunion interne enlevé de son contexte a créé un malheureux malentendu. Les informations sur une transaction financière entre Apple et EA sont factuellement erronés, et nous présentons nos excuses pour la confusion ».

Si les fans de Plants vs Zombies 1 attendent avec impatience la suite de ce tower defense totalement addictif, puisqu’il n’est pour le moment disponible que sur l’App Store d’Apple et sonne encore aux abonnés absents chez le Play Store. Et pourtant, il y a du potentiel pour EA : on évoquait début septembre 25 millions de téléchargements dans le monde pour la version iOS de ce jeu, pourtant sortie le 15 août 2013. Pourquoi ne pas lancer le plus rapidement possible une version Android de ce titre dont on ne peut démentir la popularité ? D’aucuns prétendent que la multiplicité des appareils Android – la fameuse fragmentation – entravent le développement d’applications dédiées à l’OS de Google, mais les chiffres sont là : selon une récente étude Kantar, Android représente plus de 70 % des terminaux dans la plupart des marchés. Et les revenus issus du Play Store sont en constante augmentation, ce qui conduit la plupart des développeurs/éditeurs à publier leurs applications simultanément sur les deux principaux portails de téléchargement. C’est désormais la politique d’Ubisoft, que nous avons rencontré il y a quelques semaines, et qui sortira ses prochains titres (Rayman Fiesta Run notamment) à l’automne sur le Play Store et l’App Store, et ce au même moment.

La menace du zombiedroid ?

L’affaire Plant vs Zombies est révélatrice d’une mutation dans le monde du gaming mobile, et plus généralement sur le marché des applications : alors qu’il y a deux ans, les titres les plus cotés devaient patienter quelques mois après leur sortie sur l’App Store pour débarquer sur Android, les voici qui s’invitent simultanément sur les deux portails. Même si le nombre de joueurs potentiels est plus important dans le monde d’Android, la manne financière que représentent les applications concerne plutôt Apple, dont l’App Store générait au deuxième trimestre 2013 2,3 fois plus de revenus que le Play Store.

Néanmoins, les statistiques des derniers trimestres indiquent une forte percée des revenus générés par des jeux mobiles pour Android, et la menace concurrentielle pourrait peser sur Apple, dont les parts de marché en termes de terminaux se voient grignotées peu à peu par son confrère au Bugdroid. Comment conserver ses clients ? Alors même que les interfaces des deux OS convergent de plus en plus vers des designs similaires, c’est du côté des services et des applications compatibles que chacun doit se démarquer. iServices chez l’un, apps Google chez l’autre, et exclusivités sur les stores sont à prévoir. De ce point de vue, et bien que le cas Plants vs Zombies 2 puisse sembler anecdotique, la tactique des exclusivités « forcées » témoigne de la pression qui pèse de plus en plus sur Apple, ou que les éditeurs partenaires de la pomme ressentent à sa place. Pour l’image pour Apple, c’est du pareil au même. Côté EA, il semble évidement que l’éditeur a privilégié une sortie rapide sur le portail générant encore le plus de revenus, le jeu étant très attendu, quitte à y réserver la majorité de ses forces, pour se consacrer ensuite à une version Android qui nécessite un travail de portage un peu plus chronophage.

La rivalité Apple vs Google doit-elle se jouer à coup de tournesols et de plantes carnivores ? Si tel est le cas, la menace zombie ne devrait plus durer longtemps, puisque l’on attend la sortie de Plants vs Zombies 2 d’ici un mois sur le Google Play. Sauf si…

Lien Youtube
Chaine Youtube FrAndroid