Les flagships du début d’année sont tous dans les étalages de nos magasins, nous nous tournons désormais vers un constructeur coréen qui nous surprend de plus en plus : LG Electronics. Ce dernier va dévoiler à New-York, cet été, le prochain LG G3. Les caractéristiques potentielles sont déjà dans la nature, et le site TheVerge vient de recevoir une curieuse boite dorée afin de nous faire patienter. Nous nous sommes intéressés justement à la définition de son écran, 1440p (WHQD). En effet, c’est énorme. A quoi cela peut-il servir ? L’œil humain pourra t-il en profiter ? Nous avons quelques éléments de réponses…

1452122_704329912936688_4777531634872760400_n

Le LG G3 sera dévoilé cet été, c’est ce que le site TheVerge affirme. Le LG G2 avait été dévoilé durant le 7 août 2013 lors d’une conférence à New-York. D’après la curieuse boîte reçue, une version dorée sera dévoilée (comme Samsung et Apple).

lg-jp-evl (1)

Pour rappel, le LG G3 devrait être équipé d’un écran 5,5 pouces en définition 1440p (2560 x 1440 pixels), le tout propulsé par l’architecture Qualcomm Snadragon 801 (que l’on retrouve sur le Galaxy S5). Comme nous l’évoquions hier, une première photo aurait été dévoilée.

 

Quelle différence pourrait apporter un écran en WHQD (1440p) sur un smartphone ?

Si vous avez un smartphone équipé d’un écran 1080p, vous avez certainement remarqué l’amélioration significative des détails des images affichées.

ql5wOQK

Beaucoup de personne colportent un mythe, l’oeil humain ne pourrait soi disant pas discerner de différence au-delà d’une densité de pixels de 300 ppi (ou ppp, ou encore dpi). En réalité, c’est faux. L’acuité visuelle humaine est mesurée dans des conditions précises, elle évolue en fonction d’un certain nombre de facteurs.

D’où vient ce mythe des 300 ppi ? Il vient de l’impression papier. En effet, la taille de la diagonale d’une photo traditionnelle est de 18 cm (et 36 cm est le double de sa diagonale), et selon ces abaques, on trouve que la résolution nécessaire pour que l’œil distingue chacun des pixels imprimés à une distance de 36 cm (vision courante d’un document tenu à la main) est bien de 300 ppi.

Pour un smartphone, les choses changent. Dans des conditions parfaites à 20 centimètres, l’œil est capable de discerner les pixels jusqu’à 600 ppi. Dès que vous vous éloignez de ces parfaites conditions , l’exigence de densité d’affichage diminue très rapidement. Avec un écran de 5,5 pouces en 1440p, le LG G3 devrait avoir une densité de pixels de 531 ppi.

Le LG G3 ne sera pas le premier smartphone à être équipé d’un écran « 2K », l’Oppo Find 7 a été annoncé avec un écran 2,5K.

Oppo-Find-7-white

Quelles conséquences ?

Une telle définition implique une consommation d’énergie plus importante. Il faudra également s’attendre à des performances graphiques abaissées, par rapport aux smartphones 1080p. En effet, cette définition d’écran nécessite des calculs plus importants, pour les architectures actuelles.

Néanmoins, la définition 1440p va être la norme sur les appareils mobiles de toute façon. C’est inévitable. Et pour LG, je n’ai pas de préoccupations au sujet de la vie de la batterie. La batterie du LG G2 est déjà parmi les plus résistantes du marché.

Pourtant, cette définition d’écran sera dépassée. Un des arguments, c’est que Oculus Rift, un casque de jeu VR, devra utiliser une densité de pixels extrêmement élevée, bien au delà de la limite visuelle. En effet, l’écran de 5,6 pouces est placé à environ 5 centimètres de vos yeux… ce qui nécessite une définition supérieure à 8K. Oui, c’est une quantité folle de pixels. Malgré cela, l’Oculus Rift et les autres casques de réalité virtuelle ne seront pas des produits de consommation avant un certain temps, et même alors, le taux d’adoption prendra quelques années également.

 

Testons une approche expérimentale

Il existe une approche expérimentale afin de tester votre acuité visuelle sur l’écran de votre smartphone.  Je vais vous démontrer que la résolution 1440p donne lieu à une amélioration de la définition des images affichées.

Cette application (APK) montre juste quelques lignes de 1 pixel de pente croissante. Si vous avez un appareil avec un écran en 1080p (un Nexus 5 par exemple), jetez un coup d’œil aux paires de lignes tracées. La première ligne de chaque paire est affichée sans anti-aliasing. La seconde est affichée avec la même pente, cette fois-ci  avec anti-aliasing.

Il semble évident que la première ligne est en dents de scie, et vous pouvez facilement voir les points où elle rompt avec une autre ligne de pixels. Cela rend l’anti-aliasing visuellement bénéfique. Le point où la densité de pixels n’apporte de pas d’amélioration, c’est le point où l’anti-aliasing cesse d’être bénéfique. L’idée derrière cette expérimentation est simple : dans une résolution suffisamment élevée, une ligne en pente de 1 pixel semble lisse.

 

Nous avons d’autres challenges…

Je ne pense pas que nous devrions rentrer dans une guerre de la résolution, ce type de guerre n’a pas de sens… Cela me rappelle la guerre des mégapixels sur le marché des caméras. Même si les dizaines de mégapixels permettent à nos photophones d’apporter des « zooms logiciels » plutôt performants (comme sur le Xperia Z2 ou certains Nokia Lumia).

Il y a d’autres matières à développer avant de se concentrer sur la résolution des écrans. Par exemple, les écrans AMOLED non-PenTile, la précision des couleurs, l’affichage extérieur, les options de super basse luminosité, l’amélioration de la consommation d’énergie, l’affichage passif… Je vous invite à lire notre dossier dédié aux technologies d’écran.

Entre 1080p et 1440p, une grosse différence ? Franchement, non. Sauf si vous avez les yeux de Superman. Cela ressemble plus à un argument marketing, néanmoins nous nous dirigeons indéniablement vers ce type de définition d’écran. La bonne nouvelle… C’est que les constructeurs vont pouvoir se lancer dans des accessoires « loupes », comme le Light Master sur la Game Boy. Vous vous souvenez ?

beast2