Google ne commercialisera pas les Pixel 2 et Pixel 2 XL sur le territoire français. En l’absence de communication de la firme de Mountain View, il est difficile d’expliquer cette impasse.

Les Pixel 2 et Pixel 2 XL : disponibles en « Pas très français », « Tout à fait mort » et « Très indisponible »

Que demander de plus ? Qu’il sorte en France !

Il y a quelques semaines, on se demandait pourquoi on passe, depuis l’arrêt des Nexus, à côté de toutes les initiatives permettant d’acheter, en France, un smartphone dont les mises à jour sont gérées par Google. On était alors plein d’espoir : Google Home a fini par voir le jour dans nos rayons, les Pixel 2 et Pixel 2 XL vont forcément suivre. La douche froide est tombée au début de l’événement Ask More, présentant les deux smartphones, ainsi que d’autres produits Made by Google : toujours pas de Pixel en France, ni de Pixelbook d’ailleurs.

Entre incompréhension et déception, nous cherchons des explications à ce traitement, sachant que Google est complètement muet sur le sujet. Si encore les deux smartphones signés LG et HTC faisaient l’impasse sur le marché européen dans sa totalité, ce serait rageant, mais peut-être plus acceptable. En l’occurrence, les Pixel 2 et Pixel 2 XL sont disponibles au Royaume Uni et en Allemagne, comme c’était le cas pour la première génération. Le Pixel 2 XL sera également commercialisé ultérieurement en Italie et en Espagne. Ne manquent que la Suisse, le Luxembourg et la Belgique et on aura vraiment l’impression qu’un mur invisible les maintient hors de France !

 

Un marché français trop concurrentiel ?

La traduction de Google Assistant n’étant plus un obstacle, on s’est posé la question de l’intégration d’une eSim. Mais celle-ci n’est utilisée que pour Project Fi, et les nouveaux Pixel proposent également un slot nano Sim standard. Ce n’est donc pas ce qui les retient hors du territoire français. Mais alors quoi d’autre ?

Nous en sommes, du coup, réduits à des hypothèses. Peut-être que la nature du marché français, assez particulier du fait de la cohabitation très concurrentielle entre open market et opérateurs, fait qu’il est difficile pour Google d’y décliner son offre ? Il y a visiblement des spécificités qui poussent Google à personnaliser la disponibilité des Pixel. Pourquoi, par exemple, l’Italie et l’Espagne n’auront droit qu’au Pixel 2 XL ?

Le Pixel 2 XL va-t-il relancer le tourisme frontalier ?

On sait évidemment que Google n’ignore pas le marché français dans sa globalité. Sur le front de Google Home, le Home Mini sera commercialisé, et si le Home Max dédié à la musique est réservé aux Etats Unis pour sa sortie en décembre, Google a annoncé son intention de l’étendre au reste du monde en 2018. On n’ose pas imaginer que la France ne fasse pas partie des pays concernés.

Google Home Mini : le lot de consolation de l’année

Or Google est, pour l’instant, en bonne position sur le terrain des enceintes intelligentes, en l’absence d’Amazon et son Echo sur ce marché. Le succès des Chromecast, qui s’inscrivent dans la même gamme, n’y est sans doute pas pour rien non plus, d’autant plus qu’il s’agissait déjà de produits abordables que Google sait vendre dans nos rayons. On est donc vraisemblablement davantage dans une situation où le géant évalue ses chances au cas par cas.

Importer ou patienter

Quelle que soit la raison, la question se pose alors : et si je veux un des nouveaux fleurons de Google, quelles sont mes alternatives ? Importer un Pixel 2 en est une, et on vous l’explique en détail. Se rabattre sur les terminaux les plus proches, pour les fans d’un Android « pur » en est une autre, mais il faut bien admettre qu’en dehors du Moto Z2 Force, le choix est assez réduit pour ce qui est du haut de gamme, et ce dernier dépendra tout de même du bon vouloir de Lenovo pour déployer ses mises à jour. La patience, peut-être, tout simplement ? On serait tenté de reprendre l’exemple de Google Home, mais cette annonce, ou plutôt non annonce, nous a franchement refroidi.

Une fois de plus, ce qui pourrait bien être le meilleur smartphone de l’année, en tous cas au moins le plus doué en photo, nous passe sous le nez, en attendant peut être que les obscures conditions nécessaires se débloquent pour une raison ou une autre…