La bêta de SwiftKey se met à jour, ajoutant de nouvelles statistiques. Certaines sont amusantes, d’autres un peu plus effrayantes…

Web

Dans le domaine des claviers tiers, SwiftKey n’a pas à rougir de sa réputation. Souvent considéré comme l’une des meilleures solutions alternatives aux claviers des constructeurs – ou de Google -, SwiftKey est notamment très efficace pour corriger les fautes de frappe de son utilisateur. Afin de mettre en avant cette force, il est d’ailleurs possible de voir, dans les paramètres de l’application, le nombre d’erreurs ainsi rectifiées automatiquement. D’autres statistiques dans le genre viennent d’apparaître sur la version bêta de l’application, pour en savoir plus sur son comportement au clavier.

De nouvelles statistiques

L’application affiche désormais sous forme de cartes imagées des informations telles que l’emoji que vous utilisez le plus souvent, celui que vous utilisez plus que la moyenne des autres utilisateurs, ou encore combien de mots vous avez appris à SwiftKey. Enfin, une dernière statistique vous indique quels sujets vous évoquez le plus souvent, triés par catégories (Musique, Art & Design, Sport…). Dans son annonce, SwiftKey ne précise pas sa méthode de collecte d’informations, notamment sur les mots concernés (même si on peut se douter que les phrases contenant le mot « chanson » par exemple seront enregistrées dans la catégorie Musique, on ne sait pas si « Hey, tu penses quoi du dernier Bowie ? » sera comptabilisé).

Un stockage sécurisé

Pour se rassurer un tant soit peu, on peut lire en fouillant dans les conditions d’utilisation que « l’application tire des informations concernant les mots et les phrases que vous utilisez », qui sont alors stockées sur l’appareil de l’utilisateur, à moins que ce dernier n’active l’option de stockage dans le cloud. Dans ce cas de figure, les données sont cryptées, puis stockées en ligne via des canaux sécurisés. Quant à l’usage qui en est fait, SwiftKey assure que ces données ne sont pas revendues à de tierces personnes. Cela n’empêche pas l’entreprise de déjà réaliser des statistiques sur les catégories d’emojis les plus utilisées… et bientôt sur nos sujets de discussion favoris ?