Airbnb annonce la refonte prochaine de son application. Au centre de ses préoccupations, l’amélioration de son image, mais aussi le début d’une concurrence avec des services d’aide à la planification de voyages.

Capture d’écran 2016-04-20 à 12.39.37

La plateforme Airbnb, qui compte 60 millions d’utilisateurs d’après ses derniers chiffres, est régulièrement fustigée par les hôteliers qui y voient une concurrence jugée déloyale, mais aussi épinglée pour son utilisation, parfois abusive, par certains de ses membres. Début avril, les locataires d’un appartement parisien ont ainsi été condamnés à verser à leur propriétaire des dommages et intérêts suite à la sous-location – sans l’aval de leur bailleur – de leur appartement sur Airbnb.

Ce n’est pas l’image que la plateforme de location saisonnière entre particuliers souhaite renvoyer aux yeux de ses usagers. Airbnb cherche à se positionner à l’écart du tourisme de masse, en tant qu’outil de découverte des modes de vie locaux. « Pour se sentir chez soi et commencer à explorer, il est important de découvrir l’hébergement, le quartier et les recommandations qui correspondent à sa personnalité. La nouvelle version de l’application Airbnb est conçue pour vous aider à vivre des expériences plus authentiques et locales, dans des quartiers et des logements qui vous ressemblent ».

Des préférences personnelles et des recommandations

Pour ce faire, Airbnb prévoit le lancement prochain d’une nouvelle version de son application – « bientôt« , et c’est tout ce que ses fondateurs veulent bien préciser. Cette application mettra en avant le profil de ses membres côté offre comme côté demande, afin de proposer au voyageur son « hôte idéal ». Il sera donc question du quartier dans lequel est située l’habitation (branché, typique, calme…), mais aussi des activités qui intéressent l’utilisateur, bref des préférences de chacun.

Airbnb compte également mettre en place des systèmes de guides dédiés aux destinations qu’il recense, en s’appuyant sur les recommandations de points d’intérêt fournies par ses hôtes. Même combat pour des bars et des restaurants. Autant dire que si Airbnb veut mettre un peu plus d’humain dans son service et dissoudre l’aspect financier de la chose dans la personnalisation de ses offres, ce n’est pas anodin : il cherchera aussi à empêcher ses utilisateurs d’ouvrir d’autres applications pour préparer leurs déplacements, à commencer par le titre leader en la matière, TripAdvisor. Nul doute que sa riposte ne se fera pas attendre.