En septembre dernier, à la surprise générale, Niantic Labs et The Pokémon Company annonçaient leur partenariat pour la création de Pokémon Go, un jeu de capture de Pokémon en réalité augmentée sur smartphones. John Hanke, président de Niantic, et Mike Quigley, directeur du marketing, ont répondu à quelques questions au micro de VentureBeat, révélant diverses informations au sujet du jeu.

pokemon-go

Pokémon Go concrétise le rêve de tous les fans de la série qui pourront désormais incarner dans la vraie vie des dresseurs de Pokémon. Grâce à la réalité augmentée et à ce qu’ils ont appris sur Ingress, les développeurs de Niantic Labs s’apprêtent à révolutionner la saga. John Hanke et Mike Quigley se sont confiés à VentureBeat afin d’en révéler davantage sur ce jeu d’ores et déjà très attendu.

Pour les grandes et les petites (villes)

Pour Niantic Labs, l’important est de rendre Pokémon Go attractif aussi bien pour les habitants des grandes villes que des petits villages. « J’ai grandi dans une ville de 1000 habitants au Texas. Nous avons gardé cela comme objectif [lors du développement] », confie John Hanke avant de rajouter : « si nous avions créé quelque chose qui ne fonctionne qu’à San Francisco, ce ne serait pas un réel succès. Nous voulons que cela fonctionne mondialement ». Aussi, des Pokémon ont été rajoutés partout dans le monde afin que chacun puisse en trouver à moins de 5 minutes de chez lui. « Ce ne serait peut-être pas le Pokémon le plus rare du monde, mais il y aura des Pokémon qui vivront près de chaque joueur ».

Élémentaire, mon cher Pokémon !

Comme vous le savez déjà si vous avez déjà porté votre attention sur la licence, chaque Pokémon dispose de son propre élément (eau, feu, électricité, etc.). Ces éléments seront donc tout naturellement pris en compte pour le positionnement des Pokémon à travers le monde. « Les Pokémon d’eau vivront près de l’eau ». Une logique implacable. Des Pokémon ne seront d’ailleurs présents que dans certaines parties du monde, et les plus rares ne seront présents que dans peu d’endroits. Heureusement, il sera possible d’échanger ses Pokémon, comme dans le jeu vidéo sur consoles portables, afin de remplir son Pokédex. Il semblerait même qu’il s’agisse là d’une partie importante du jeu, puisque « vous ne pourrez pas les avoir tous par vous-mêmes […] vous allez devoir les échanger avec d’autres joueurs ». Cela laisse penser que certains Pokémon pourraient n’évoluer qu’après un échange, comme c’est le cas sur GameBoy, DS et 3DS.

pokemon-go-mewtwo

Afin de faciliter les échanges entre maîtres Pokémon, Niantic Labs et The Pokémon Company comptent organiser des évènements durant lesquels les joueurs pourront se rencontrer et s’affronter, à l’instar de ce qui se fait déjà sur Ingress. Bien sûr, les joueurs pourront organiser leurs propres réunions s’ils le souhaitent.

Des « Gyms » seront également présents dans le monde, bien que plus rares, afin d’affronter d’autres joueurs et faire gagner des niveaux à ses monstres de poche.

Pokémon Go Plus, pour plus de fun

Afin de compléter l’application mobile, Nintendo compte proposer son propre appareil aux joueurs, le Pokémon Go Plus. Présenté sous forme de bracelet, ce petit terminal vibre quand il se trouve près de « quelque chose d’important ». Le joueur peut alors interagir facilement, sans sortir son smartphone, pour finalement voir ce qu’il a obtenu plus tard, en ouvrant son application. John Hanke explique également que cela pourrait se destiner aux plus jeunes, lorsque les parents ne veulent pas leur confier leur smartphone à plusieurs centaines d’euros.

pokemon go plus

Les interactions seront bien sûr plus limitées qu’avec l’application, mais le principe se veut simple et efficace avec une LED multicolore et un bouton. En outre, John Hanke se veut rassurant en indiquant que la batterie dure longtemps et que l’on n’aura pas à se soucier de recharger cet accessoire trop régulièrement.

Tous pour un et attrapez-les tous !

Alors qu’Ingress repose sur l’opposition de deux factions, Pokémon Go semble essentiellement basé sur le jeu solo. Pourtant, John Hanke indique que le jeu proposera de rejoindre une équipe, et donc de rentrer en compétition avec les autres regroupements de joueurs. Oui, « les », puisqu’il y aura plus de deux équipes, contrairement à Ingress.

Pour se lancer dans l’aventure pour parcourir la terre entière, traquer avec espoir les Pokémon et leurs mystères, afin de devenir un jour le meilleur dresseur, il faudra néanmoins attendre encore jusqu’en 2016, date de sortie de Pokémon Go.