Lors de l’ouverture du Computex, Jen-Hsun Huang, PDG de Nvidia, s’est exprimé sur le sujet du cloud gaming. Depuis deux semaines, Grid, la plateforme de cloud gaming de Nvidia, permet de jouer à distance à des jeux en 1080p à 60 images par seconde. Mais si l’on en croit les propos du PDG, la 4K serait encore loin.

NVIDIA-GRID-Pax-Prime

Nvidia Grid est le service de cloud gaming (ou streaming de jeux vidéo) qui permet de jouer sur sa Shield Portable, Console ou Android TV à un jeu PC. Le jeu est installé sur un serveur Nvidia, les calculs sont réalisés à distance, puis le résultat (l’image) streamé vers le terminal Shield grâce à Internet. Depuis peu, il est possible de jouer en 1080p à 60 images par seconde alors qu’il fallait se limiter à 30 FPS auparavant. Une prouesse rendue possible par une mise à jour de l’infrastructure afin de réduire autant que possible la latence. Lors du Computex, Jen-Hsun Huang, le PDG de Nvidia, a abordé le cas de la 4K. Un sujet légitime puisque les moniteurs et télévisions 4K fleurissent actuellement.

Selon lui, le streaming en 4K de jeux vidéo pose encore des soucis et est tout simplement impossible. Le consommateur doit en effet disposer d’une connexion à très haut débit avec une latence faible, contrairement aux flux vidéos standard (comme Netflix) déjà possibles en streaming. De plus, si l’on tient vraiment à jouer à 60 images par seconde en 4K, Nvidia doit prévoir des cartes graphiques très puissantes dans ses serveurs, ce qui augmenterait considérablement les coûts. Pour le moment, la gamme semble limitée à la génération Kepler avec la carte GRID K520 qui dispose d’une puissance de calcul équivalente à 2 cartes GeForce GTX 770. Mais ces cartes sont faites pour héberger, en simultané, entre 2 et 16 joueurs. La puissance de calcul est donc partagée entre les utilisateurs, et ne permet clairement pas de jouer en 4K.

Pour le cloud gaming en 4K, il faudra donc attendre l’arrivée massive de la fibre optique dans les foyers, mais aussi les prochaines générations de cartes graphiques qui permettront de prendre en charge cette définition sans peiner. Il faudrait aussi passer au streaming en H.265 / HEVC à la place du H.264 afin de réduire le besoin en bande passante. Il faut donc des GPU capables d’encoder en H.265 du côté serveur et un GPU capable de décoder le flux du côté client, ce qui est partiellement le cas du Tegra K1 (dans la Shield Console) et totalement le cas pour le Tegra X1 de la Shield Android TV.