Après les smartphones, les tablettes, les télévisions, les cuiseurs à riz et les « hoverboard », Xiaomi est désormais un fabricant de processeurs mobile.

Apple a ses propres A9, A10, etc., Samsung ses propres Exynos, Huawei ses propres Kirin, les autres externalisent et ont leurs Qualcomm Snapdragon (ou pas) ou MediaTek. Xiaomi aura désormais ses Surge. Ils étaient jusqu’à présent connus sous leur nom de code Pinecone. Le fabricant chinois présente son premier processeur mobile maison, développé en interne depuis 2014, et qui pourra être intégré à ses futurs smartphones.

 

Xiaomi Surge S1 : on commence par le milieu de gamme

Pour son premier processeur, Xiaomi n’entend pas révolutionner le marché du processeur mobile sur le plan des performances. Le Surge S1 ne sera pas un concurrent du tout dernier Qualcomm Snapdragon 835, mais plutôt de la série 600 ou de l’Helio P20 de MediaTek.

Ce System on Chip (SoC) est composé d’un processeur central avec 4 cœurs ARM Cortex-A53 cadencés à 2,2 GHz et 4 autres cœurs ARM Cortex-A53 cadencés à 1,4 GHz. La fréquence des 4 cœurs les plus puissants est plus élevée que ceux du Snapdragon 625 de Qualcomm, composé de 8 Cortex-A53 à 2 GHz. Ce surplus de fréquence permet à Xiaomi d’annoncer de meilleure performance que ses concurrents.

Le tout sera fabriqué avec un procédé en 28 nm HPC, une méthode qui vieillit et que le fabricant devra vite revoir à l’avenir. Le Snapdragon 625 est en 14 nm LPP et le Helio P20 est en 16 nm. Un procédé de fabrication plus fin contribue notamment à réduire la consommation et donc à prolonger l’autonomie.

 

Une puce graphique ARM Mali

Pour la partie graphique, Xiaomi fait également confiance à ARM et intègre une puce Mali-T860 à quatre unités, que l’on trouvait déjà en double unité dans le Mediatek Helio P10 de 2015.

 

Prendre le contrôle du modem

Le SoC est également composé d’autres modules comme la puce de traitement photo ou la puce de traitement audio, mais le plus important pour Xiaomi est sans doute le développement du modem.

Xiaomi met en effet en avant le contrôle total que la marque aura sur le développement du modem. Il pourra donc mettre à jour le firmware de ses smartphones et ajouter des fonctionnalités comme la VoLTE. On espère, à nouveau, que cette indépendance poussera le fabricant à développer des smartphones compatibles avec plus de fréquences 4G, et donc avec les réseaux mobiles d’autres pays que la Chine.

 

Disponibilité

Le Xiaomi Surge S1 est en développement depuis 28 mois, mais la production en masse a débuté dès le mois de décembre 2016. Le chinois annonce donc une disponibilité immédiate et intègre déjà ce processeur au Xiaomi Mi 5c.

À lire sur FrAndroid : 4 raisons pour lesquelles Xiaomi a développé ses propres processeurs mobiles Pinecone