La conférence de lancement de BlackBerry 10 était programmée depuis des mois, RIM (Research In Motion) jouait gros, très gros. A peine rentré en scène, le PDG de RIM a annoncé que RIM n’existait plus. Thorsten Heins a ensuite déclaré que RIM porterait désormais le nom de son produit : BlackBerry. Mais nous n’étions pas là pour cette demi-annonce, nous étions présents pour découvrir le tout nouveau BlackBerry 10 : Redessiné. Repensé. Réinventé. Peut-on y croire ? Nous avons pu tester le BlackBerry Z10 ainsi que le nouveau système BlackBerry 10.

DSC04106

Après avoir conquis le coeur des cadres, le bateau RIM s’était rapidement fait renverser par l’iPhone et ensuite Android. En 2013, BlackBerry 10 est-il de retour ? Un nouveau système mobile, des smartphones flambants neufs ainsi qu’une restructuration interne avec de nouveaux recrutements.

Pour accompagner la sortie du nouveau BlackBerry 10, BlackBerry a annoncé – comme prévu – deux nouveaux appareils : le Z10 et le Q10. Le Q10 est un smartphone équipé d’un clavier AZERTY complet, ancêtre des précédents BlackBerry. Nous nous sommes intéressés plutôt au Z10, bien plus proche des smartphones Android et de l’iPhone. Nous vous dévoilons donc notre test du BlackBerry Z10 et de l’OS BlackBerry 10. C’est parti !

 

BlackBerry Z10

DSC04087

Caractéristiques

Nom
BlackBerry Z10
Ecran4,2 pouces en 1 280 pixels par 786 pixels, 356 points par pouce en technologie Super AMOLED
ProcesseurQualcomm cadencé à 1,5 gigahertz épaulé par 2 Go de RAM
Appareil photoCaméra arrière : 8 mégapixels, zoom numérique 5x, enregistrement 1080p, éclairage et flash
Caméra avant : 2 mégapixels, zoom numérique 3x, enregistrement 720p
RéseauEDGE (2G), HSPA+ (3G), LTE (4G), Bluetooth 4.0, Wi-Fi 802.11 a/b/g/n sur bande 5GHz
ConnectiquemicroUSB, microHDMI, microSD (microSDHC ou microSDXC), communication en champ proche (NFC), accéléromètre, gyroscope, compas
Senseurs de lumière et de proximité
Prix560 euros

Design

« C’est un BlackBerry ? Où est le clavier ? »

Le téléphone ne ressemble en rien au typique BlackBerry avec leur clavier physique, en effet il ressemble à un smartphone Android ou à un iPhone. Ce Z10 est très simple en soi.

DSC04072

Point de boutons physiques sur la face avant du téléphone et ni de bouton de retour, ce qui peut-être une source de confusion pour la plupart des gens qui ont l’habitude d’utiliser un Android ou un iPhone. Au lieu d’appuyer sur un bouton, vous pouvez utiliser des gestes pour vous déplacer (les fameux BlackBerry Flow). Nous retrouvons juste un bouton de verrouillage sur le haut de l’appareil, ainsi que des boutons de réglage de volume et un bouton qui permet d’activer l’assistant vocal sur la tranche droite.

DSC04071

DSC04073

 

DSC04100

DSC04099

Le BlackBerry Z10 est semblable à l’iPhone 5 à travers plusieurs points. Premièrement, les coins arrondis. Deuxièmement, l’aspect général du téléphone donne vraiment l’impression que BlackBerry a simplement repris le « design industriel » de l’iPhone 5. Néanmoins en y regardant de plus près, on aperçoit des différences notables. Par exemple, l’écran du Z10 est bien plus large (4,2 pouces contre 4 pouces), on retrouve également du plastique aux deux extrémités, le dos intègre un cache en plastique – contrairement au dos en verre du Nexus 4 ou du dos en aluminium brossé de l’iPhone 5, et enfin une apparence bien plus épaisse et large.

DSC04082

DSC04086

DSC04088

DSC04083

DSC04098

DSC04074

DSC04095

Globalement, la conception de ce Z10 est une réussite. Son aspect sobre et le souci du détail de BlackBerry en font un appareil très agréable à tenir en main. La coque semble être composée de métal, néanmoins on s’aperçoit très rapidement qu’il s’agit tout simplement de plastique. Malgré tout, ce plastique est très agréable en main avec un toucher « soft touch » ainsi qu’une impression de solidité. La coque arrière est amovible, tout comme la batterie de 1800 mAh située en dessous. Vous pourrez également rajouter une carte microSD ainsi que votre carte microSIM juste à côté de la batterie. Enfin, on retrouve le capteur arrière de 8 mégapixels accompagné d’un flash LED en haut à droite de la coque arrière, notez que c’est le même emplacement que sur l’iPhone 5 ainsi que la plupart des smartphones.

Ecran

L’écran du Z10 est de 4,2 pouces en définition 1280 x 768 pixels, avec de très bons angles de vision. BlackBerry a choisi technologie Super AMOLED. C’est la technologie développée et vendue par Samsung qui équipe la grande majorité des téléphones de la gamme « Galaxy ». Cette technologie donne des rendus en adéquation. Des noirs profonds mais une mauvaise luminosité : seulement 153 cd/m2. Par contre les couleurs sont loin d’être « fidèles », elles sont… « volcaniques », plus proche d’un feu d’artifice que d’un levé de soleil. Enfin, avec cette définition d’écran, on se retrouve avec 356 ppi : un niveau au-dessus de la définition Retina d’Apple ce qui garantit un niveau de netteté largement suffisant.

DSC04075

Performances

Ce BlackBerry Z10 est propulsé par un des tout derniers processeurs de Qualcomm, le Qualcomm MSM8960 double-coeur cadencé à 1,5 GHz, le tout est épaulé par 2 Go de mémoire RAM. Nous ne pouvons pas comparer ses performances « brutes » avec d’autres appareils Android, néanmoins cette configuration semble très bien taillée pour faire tourner BlackBerry 10 dont des jeux 3D bien gourmands comme Dead Trigger.

Côté espace disque, le modèle prêté par BlackBerry est équipé de 16 Go. On peut augmenter cette capacité grâce à une carte microSD jusqu’à 32 Go.

Notez également que le Z10 est HSPA+ (H+ et DC) et LTE (4G), les quelques coups de fils passés m’ont semblé très clairs et je n’ai pas rencontré de problèmes de connexion même dans les transports sous-terrains.

Caméra

La caméra arrière est de 8 mégapixels, elle est également capable de capturer des vidéos en 1080p. Sans le trouver « exceptionnel », ce capteur réalise correctement son travail comme vous pouvez le voir. Comme les autres capteurs de smartphones, dès que la luminosité baisse – les photos ont tendance à « bruiter ».

Côté logiciel, on notera la présence du mode Time Shift qui permet de capturer une dizaine de photos instantanément pour sélectionner la meilleure « face » de votre sujet. Dans la galerie, BlackBerry a également ajouté des effets similaires aux filtres Instagram.

IMG_00000095

IMG_00000098

Zoom numérique

IMG_00000099

IMG_00000102

 

BlackBerry 10

L’OS

C’est un exercice difficile : bien décrire l’expérience utilisateur d’un tout nouveau système. Comme dans le cas de l’iPhone d’Apple, le système d’exploitation BlackBerry 10 est construit autour de pages d’applications. Balayez vers la droite et vous verrez les pages de vos applications, balayez vers la gauche et vous verrez vos applications ouvertes, ou ce que BlackBerry appelle « Active Frames » (que l’on peut littéralement traduire par « Cadres Actifs »). Sur cette page, les applications sont minimisées vous pouvez voir un aperçu de ce qui se passe à l’intérieur de l’application, semblable aux tuiles de Microsoft Windows Phone.

L’écran de verrouillage intègre un résumé des notifications (e-mails, Facebook, rappels, Twitter) ainsi qu’un raccourci pour l’appareil photo. Pour déverrouiller l’appareil, il suffit d’effectuer un geste (un swype) vers le haut.

IMG_00000017

Afin de simplifier les choses, sachez que l’interface utilisateur est composée de trois écrans principaux.

Comme je vous le disais, l’écran de droite intègre un menu d’icônes d’applications, à l’image d’iOS ou d’Android. Il est possible de désinstaller une application avec un appui long sur un des icônes – comme sur l’iPhone et certains Android.

IMG_00000018

L’écran central permet d’avoir en un coup d’oeil l’ensemble des applications ouvertes, il est possible de fermer ces applications grâce à une petit croix située en bas à droite. Cet écran est sûrement un des plus intéressants car il est mi-chemin entre un « gestionnaire multi-tâches » et un bureau d’accueil. En effet, lorsque cela est « bien » intégré dans l’application, les applications n’affichent pas tout simplement le « dernier écran » mais elles affichent également des informations (à l’image d’un widget). Cette approche permet d’enrichir « l’activité récente » sur son smartphone.

IMG_00000035

Cet écran n’affichera que les huit dernières applications ouvertes, les autres applications seront automatiquement fermées – ce qui permet à BlackBerry de maitriser les performances et l’autonomie de l’appareil. Vous devrez donc être attentifs à ne pas ouvrir trop d’applications lorsque vous écoutez vos listes de musiques sur Deezer (pas d’application Spotify pour le moment).

IMG_00000037

Glissez à nouveau votre doigt vers la gauche et vous êtes au BlackBerry Hub (que l’on peut traduire littéralement par le Carrefour BlackBerry). Le Hub est un portail où vous pouvez afficher tous les messages dans une boîte de réception universelle et unifiée, y compris vos e-mails, BBM, Twitter, Facebook et vos messages LinkedIn. Vous pouvez vous connecter à tous ces comptes lors de la première configuration du téléphone. C’est une façon agréable et pratique pour gérer vos messages. Eh oui, ce BlakcBerry possède toujours une diode rouge pour vous notifier que vous avez un nouveau message.

Si vous préférez ne pas être distrait par votre famille ou vos amis, une fonctionnalité appelée BlackBerry Balance vous permet également de séparer les applications de travail et les applications personnelles. Je n’ai pas eu l’occasion de tester cette fonctionnalité.

Pour terminer, tout comme la barre de notifications sur Android, BB10 intègre un accès rapide aux paramètres du téléphone (Bluetooth, WiFi, Alarme, Notifications, Paramètres, etc.).

IMG_00000052

Vous vous en doutez, l’expérience utilisateur n’est pas le plus intuitive, néanmoins il est bien plus complet qu’iOS et sa conception est intelligente. Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’une première version et BlackBerry a d’or et déjà annoncé une longue feuille de route avec des mises à jour régulières.

La gestuelle

BB10 est à découvrir avant tout par le geste, avec tout un set de gestes plus ou moins complexes. Néanmoins, ces gestes donnent un vrai coup de fraicheur à l’expérience « tactile ». Pour fermer une application, accéder aux notifications, retourner au menu… BlackBerry a défini un certain nombre de gestes plus au moins complexes. Heureusement, dès le démarrage un petit tutorial vous explique les « rudiments ».

IMG_00000042

Néanmoins, ces gestes sont loin d’être « intuitifs ». Votre apprentissage nécessitera plusieurs tests et un peu de pratique. En effet, de nombreux gestes sont effectués en appui long et ne fonctionnent que dans certains contextes : applications démarrées, client e-mail, etc.

IMG_00000024

BlackBerry HUB

Comme indiqué précédemment, ce BlackBerry HUB est sûrement ma fonctionnalité favorite. En un clin d’oeil, on retrouve l’essentiel de ses notifications dans un flux « unifié ». Ce « Hub » peut être filtré en fonction de vos flux favoris.

IMG_00000020

IMG_00000054

BlackBerry World et les applications

Le BlackBerry World est l’équivalent du Google Play ou de l’App Store. En plus des 70 000 applications annoncées, ce « store » intègre également du contenu multimédia : vidéo, séries TV, films, musiques… Malheureusement, une grosse partie de ce contenu n’est accessible que depuis l’Amérique. En France, nous retrouvons donc seulement les applications et la musique.

IMG_00000070

Le Z10 avec BlackBerry 10 est livré avec la plupart des applications standards préchargées que vous attendez – photos, vidéos, BBM BlackBerry (qui prend désormais en charge les appels vocaux et vidéo),  les applications sociales importantes telles que Twitter, Facebook, LinkedIn et Foursquare, et une nouvelle application Maps qui fonctionne avec Bings. Pire encore pour BlackBerry est qu’il n’y a pas d’autres alternatives dans son App Store. Pas de Google Maps, mais y accédant via le navigateur doit être accrocheur.

IMG_00000071

 

En outre, certaines des applications, comme Twitter et Facebook, ne sont tout simplement pas aussi robustes que celles pour les autres téléphones sur le marché. Les deux applications ont des bugs et des fonctionnalités limitées par rapport aux applications pour Android et iPhone. Par exemple, vous ne pouvez pas supprimer un message Facebook depuis l’application.

Sur les 70 000 applications, une grosse partie sont des applications Android. BlackBerry 10 intègre une machine virtuelle Gingerbread (Android 2.3) ce qui permet aux développeurs Android de rapidement porter des applications. Ces applications doivent respecter certaines conditions (ne pas utiliser de services Google, pas de widget, ni de fonds d’écran animés, etc.) pour être soumises sur le BlackBerry World. Malheureusement, ces portages sont loin d’être optimisés pour BlackBerry 10, entre l’expérience utilisateur incohérente et le manque de performances – Il faudra attendre une amélioration de la machine virtuelle pour que ces portages soient réellement bénéfiques à BlackBerry 10.

Notez que si vous êtes un peu bidouilleur, vous pourrez vous lancer dans l’installation d’applications tiers Android comme Google Maps.

L’assistant vocal

L’assistant vocal est à des années-lumières des recommandations de Google Now, il est bien plus proche de Siri. En effet, ils ont exactement le même partenaire – à savoir le spécialiste de la reconnaissance vocale – Nuance (Nuance est également l’éditeur du célèbre Dragon disponible sur Android). Cet assistant vocal permet donc d’effectuer des actions assez simples : « Envoyer un SMS », « Programmer un rendez-vous », « Envoyer nouveau statut Facebook ». BlackBerry a eu néanmoins la bonne idée d’installer un bouton de « raccourci » sur la tranche droite entre les deux touches dédiées au volume.

IMG_00000045

IMG_00000048

 

IMG_00000055

Navigateur

C’est un élément important d’un OS mobile, pour le coup BlackBerry ne s’est pas loupé. Le navigateur est réactif, compatible 100% HTML5 et intègre par défaut un plugin Flash assez efficace. Finalement, c’est un très bon point de cet OS.

Le clavier virtuel

Un des gros atouts de BlackBerry a toujours été son clavier physique. On retrouve des bouts de cet ADN dans le Q10. Néanmoins, BlackBerry a tout de même réussi la transition vers un clavier virtuel efficace. En effet, ce clavier virtuel intègre de la prédiction, c’est ce que l’on peut appeler communément un « clavier intelligent ».

IMG_00000050

Lorsque vous tapez quelques lettres, des mots complets apparaissent sur ​​certaines touches à l’écran. Il vous suffit ensuite de donner un « accoup » vers le haut pour sélectionner le mot que vous tapiez. La prédiction est efficace, j’ai ainsi calculé que sur de moyennes et longues phrases, je gagnais au moins 50% d’efficacité. Notez que ce type de clavier est aussi efficace que les claviers comme SwiftKey que l’on peut retrouver sur Android.

Cartographie

Comme Apple nous l’a prouvé, le développement d’une application Maps à partir de zéro n’est pas une tâche facile et l’application Maps de BlackBerry échoue dans de nombreux domaines. C’est lent, sans mode 3D et avec très peu de points d’intérêt.Le partenaire de BlackBerry semble être Bing Maps (Microsoft).

IMG_00000038
IMG_00000040

BBM

BlackBerry a fait évoluer son BlackBerry Messenger. BBM intègre désormais le son et la vidéo. Tout comme Skype ou Google Hangout, vous pourrez appeler vos amis BBM d’un simple clic. J’ai testé le son et la vidéo en 3G, en appelant mon ami Benoit qui habite en Montréal. Il a réceptionné l’appel en 4G. Le son est passé impeccablement, tandis que la vidéo était assez pixelisée et avait tendance à nous élargir le visage (pas très agréable).

IMG_00000089

IMG_00000087

Comme vous pouvez le voir sur la capture ci-dessus, il est également possible de partager en live l’écran de son BlackBerry. Une fonctionnalité pratique pour montrer et commenter un PowerPoint ou ses dernières photos des vacances. Néanmoins cette fonctionnalité n’a jamais fonctionné malgré plusieurs essais.

Conclusions

BlackBerry a réussi son lancement avec BlackBerry 10. Pendant plusieurs mois les rumeurs couraient et BlackBerry a su créer le buzz autour de son nouveau produit. Avec ce lancement digne des plus grandes « keynotes », BlackBerry met toutes les chances de son côté pour réussir. Est-ce que cela sera suffisant ? Ce n’est pas possible de le certifier aujourd’hui.

Cette première version de BlackBerry 10 est une réussite, avec un des écosystèmes les plus complets (pour un démarrage), néanmoins ce n’est que la première étape d’une longue feuille de route et les retards par rapport à la concurrence sont largement notables.

Lancé avec des applications natives préembarquées très correctes, l’essentiel des 70 000 applications du BlackBerry World semble être uniquement composé de portage assez boiteux d’applications Android et d’une grosse quantité d’applications payantes inutiles. Les éditeurs vont devoir aller bien plus loin qu’un simple « portage » pour pouvoir procurer une expérience digne d’Android ou iOS à leurs utilisateurs. Enfin, cela n’enlève pas les qualités de cet OS : un système unifié nommé BlackBerry Hub qui permet d’avoir en un coup d’oeil l’ensemble de ses notifications, des gestuelles intelligentes et une gestion des applications ouvertes innovante. L’expérience utilisateur est certes intéressante, mais complète incohérente même dans les applications natives développées par BlackBerry.

Malheureusement, les quelques bonnes idées de BlackBerry ne suffisent pas à rattraper l’énorme retard sur les autres OS mobiles tels que Android ou iOS.

DSC04101

Qui est qui ?

A propos du BlackBerry Z10, c’est un produit très bien fini qui ne possède que très peu de « faiblesses ». Mise à part son autonomie moyenne et sa coque arrière en plastique, il est vraiment difficile de lui trouver des défauts bloquants. Des performances au capteur photo, les résultats sont très corrects.

Cette année 2013 s’annonce difficile pour BlackBerry. Néanmoins leur parc d’utilisateurs compterait encore 80 millions d’utilisateurs.

Alors : craquer ou pas ? Si vous êtes attentifs aux dernières applications tendances ou aux derniers jeux mobiles qui buzzent, je vous déconseille d’investir dans un BlackBerry 10. Ces fameuses applications qui buzzent sortiront en premier lieu sur Android et iPhone. De plus, si vous êtes déjà habitués à l’iPhone ou Android, demandez-vous seulement si vous avez du temps de disponible pour l’apprentissage d’un nouvel OS…

Néanmoins, si vous avez été dans la BlackBerry mania et que vous n’avez pas été trop longtemps plongé dans l’univers « Android » ou « iPhone », vous pourriez être ravi d’utiliser BlackBerry 10. Ce système est un courant d’air frais dans l’univers smartphone. Son lancement est bien plus encourageant que celui de Windows Phone 8. BlackBerry mérite sa troisième place derrière Android et iOS. Rendez-vous dans 6 mois avec les premiers chiffres de vente. Si les chiffres de vente ne sont pas encourageants, BlackBerry pourrait être chahuté, voire racheté. Les rumeurs ne manquent pas concernant ce dernier point.

 

Design
Note :

Le Z10 arbore un design sobre et bien pensé, néanmoins on regrette cette coque en plastique à l’arrière. 

Ecran
Note :

Mis à part les défauts qui incombent à la technologie AMOLED, cet écran est excellent. Sur Android, il est difficile de trouver des écrans de cette taille avec une définition si haute. C’est bien dommage.

Caméra et performances
Note :

L’appareil photo de 8 mégapixels est performant, tout comme l’architecture Qualcomm qui a déjà prouvé son efficacité dans de nombreux modèles Android et Windows Phone. Notez que le Z10 est H+ et 4G (LTE).

OS : BlackBerry 10
Note :

Le BlackBerry Z10 ne tourne pas sous Android, mais sous BlackBerry 10. Cet OS est encore très jeune mais déjà assez complet. On regrette néanmoins le manque de cohérence dans l’expérience utilisateur ainsi que l’absence des applications indispensables d’iOS et Android. En effet, on retrouve l’essentiel avec Twitter et Facebook par exemple, mais ces applications sont développées par BlackBerry et non par les éditeurs concernés. Elles manquent de réactivité et de fonctionnalités. 

BlackBerry World 
Note :

Malgré de la musique et 70 000 applications, le BlackBerry World est bien pauvre face à Google Play et l’App Store.

Autonomie
Note :

Ce Z10 tient aussi bien que les autres smartphones : une journée complète. Au-delà, il faudra recharger. 

Note globale
Note :

Comme je l’ai dit plus haut, le BlackBerry Z10 et BlackBerry 10 devraient satisfaire la communauté BlackBerry. Avec le soutien de la communauté Android, des mises à jour régulières et quelques bonnes performances en magasin, BlackBerry pourrait survivre quelques années. Les alternatives doivent cependant être étudiées de près : Nexus 4, Sony Xperia Z ou les prochains HTC et Samsung.