Google a confirmé au micro de l’agence Reuters qu’il ne comptait pas devenir un fabricant d’automobiles. Un moyen de rassurer les géants de l’automobile, qui voit d’un mauvais œil l’avance qu’a pris Google dans le domaine des voitures autonomes.

Google Car Lexus

Le salon de l’automobile de Francfort, l’IAA, a ouvert ses portes hier à la presse. Si le sujet ne concerne pas le monde d’Android directement, ce salon a été l’occasion pour Google de rassurer le milieu de l’industrie automobile. Très exactement, c’est Philipp Justus, le directeur général de Google pour l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse, qui s’est exprimé au micro de Reuters à propos des ambitions de la firme de Redmond dans le domaine de l’automobile.

Le message était d’ailleurs très clair : « Google n’a pas l’intention de devenir un constructeur automobile ». Pour Philipp Justus, le travail sur les voitures autonomes « n’est pas quelque chose que nous pourrions faire seuls ». Google a également indiqué qu’il travaillait actuellement avec des équipementiers automobiles tels que Bosch ou ZF Friedrichshafen.

Si cela peut paraître anecdotique ou évident, c’est un message que les principaux constructeurs automobiles voulaient entendre depuis longtemps. Entre l’arrivée d’Android Auto et surtout l’avance indéniable que possède Google dans le domaine des voitures autonomes, de nombreux constructeurs craignent de voir débarquer un nouvel acteur dans un marché déjà très disputé.

Des inquiétudes qui étaient par ailleurs ravivées hier par la nomination de John Krafcik comme PDG de la branche voiture autonome de Google. Google a donc des ambitions dans le domaine, mais ne veut surtout pas se mettre à dos les puissants constructeurs d’automobiles, qui travaillent eux aussi sur des projets de voitures autonomes.