Le site Fortune vient d’annoncer la mise aux enchères par Google d’une centaine de brevets relatifs aux batteries. Ils appartenaient en fait à Motorola et ont été transférés lors du rachat de l’entreprise par Google en 2011. Google cherche désormais à se séparer d’une partie de ces brevets.

batterie (3 sur 3)

En rachetant Motorola en 2011 pour 12,5 milliards de dollars, Google a récupéré plus de 17 000 brevets relatifs à l’industrie mobile. Google a ensuite revendu Motorola à Lenovo en 2014 mais en conservant de nombreux brevets. Il semble que plus de 200 brevets ne soient plus utiles à Google puisque l’entreprise souhaite en revendre 207 sous forme d’enchères. Parmi les 207 brevets, Google précise que 5 brevets sont très importants (nommés Recharge, Chimie, Protection de batterie, Fabrication et Batterie hybride) et donc susceptibles d’attirer les acheteurs avec notamment un brevet qui décrit une méthode de recharge de batterie.

Cette mise aux enchères ne signifie pas pour autant que Google quitte le domaine des batteries puisqu’une équipe de chercheurs travaille activement sur l’amélioration des batteries au lithium-ion et les batteries à l’état solide. Il est possible que cette mise aux enchères s’intègre dans la stratégie de Google de vouloir se débarrasser des brevets pour éviter les batailles juridiques autour des brevets. On espère tout de même que Google évitera de vendre ses brevets aux patent trolls, les entreprises qui font de ces procès leurs principaux revenus. Le géant de Mountain View préfère en effet favoriser le don des brevets, comme il l’a fait avec certaines startups, en l’échange d’un engagement de non-agressions envers les autres entreprises technologiques dans le domaine des brevets. Malgré la revente de ces 207 brevets, Google conserve tout de même une place de leader puisqu’elle est dans le top 5 des entreprises disposant du plus gros portefeuille de brevets.