Voici le test du HTC Wildfire S, smartphone d’entrée de gamme, successeur du Wildfire dans la lignée de la série « S » produite par HTC en 2011.

Le HTC Wildfire a été présenté en février 2011, lors du Mobile World Congress (MWC) à Barcelone. Pour cette année 2011, HTC a souhaité mettre à jour ses principaux téléphones en créant une série dénommée « S ». On retrouve ainsi l’Incredible S, Desire S et le Wildfire S qui succèdent respectivement au HTC Incredible (uniquement aux Etats-Unis), HTC Desire et HTC Wildfire. Au programme pour ces trois nouveaux téléphones : des caractéristiques techniques accrues, HTC Sense 2.1 et Android Gingerbread. En réalisant cette mise à niveau, HTC souhaite profiter du succès qu’ont rencontré les téléphones de première génération pour un coût largement inférieur à la création de trois nouveaux smartphones. « Faire peau neuve », qu’on dit dans le jargon.

Dans ce test, nous allons nous intéresser au Wildfire S. Nous allons essayer de voir s’il tient ses promesses, voir pourquoi il rentre dans l’entrée de gamme des produits d’HTC. Disposant du Wildfire premier du nom, nous établirons également une rapide comparaison par rapport aux améliorations apportées.

La version testée propose un processeur cadencé à 600 MHz. Elle inclue 512 Mo de mémoire interne. Le téléphone est sous Android 2.3.3 (Gingerbread) avec HTC Sense 2.1.

1] Présentation du téléphone

1.1] La boîte

Lorsqu’on reçoit le téléphone, il est présent dans une boîte blanche, une image du téléphone au recto et les caractéristiques techniques aini que trois lignes définissant les points forts du téléphone au verso.

 

On retrouve à l’intérieur de la boîte :

– Le téléphone
– Un adaptateur pour les prises anglaises
– Un chargeur secteur qui se clipse à l’adaptateur
– Un chargeur secteur français
– Un câble microUSB
– Un kit main libre
– 2 mousses et un attache-cravate
– Le guide de prise en main rapide

1.2] Les caractéristiques techniques

ModèleHTC Wildfire S
Version et interfaceAndroid Gingerbread (2.3.3) + HTC Sense 2.1
Ecran3,2 pouces
Résolution480 x 320 pixels (HVGA)
TechnologieTFT (LCD),
capacitif et multitouch
Gorilla GlassOui
Processeur (CPU)Qualcomm Snapdragon MSM7227
cadencé à 600 MHz
Chipset graphique (GPU)Adreno 200
Mémoire RAM512 Mo
Mémoire Interne512 Mo
Support microSDOui, jusqu'à 32Go
APN / Caméra5 mégapixels + flash et autofocus
Webcam (caméra frontale)Oui, VGA
Wi-FiOui, b/g/n
Boussole/GPSOui / Oui (support A-GPS)
BluetoothOui, 3.0
RéseauxHSDPA 7.2 Mbps
HSUPA 384 kbps
DLNANon
NFC (Near Field Communication)Non
Accéléromètre / GyroscopeOui / Non
Capteur de proximité et luminositéOui / Oui
Sortie jack 3,5 mmOui
Un port micro-USB / HDMIOui / Non
Tuner FM (Radio)Oui, stéréo
avec RDS
Support DivXNon
Formats vidéos supportésXvid/MP4/H.264
Formats audio supportésMP3/AAC+/WAV
Batterie1 230 mAh
Dimensions101.3 x 59.4 x 12.4 mm
Poids105 grammes
ColorisNoir, gris, marron, violet

2] Le tour du propriétaire

2.1] Aspect général

Quelle est la première impression que l’on a du téléphone lorsqu’on le sort de sa boîte ?

Il est petit et léger. Très léger, avec ses 105 grammes. Pour une longueur de 101.3 millimètres et une largeur de 59.4 millimètres (12.4 millimètres d’épaisseur) il tient parfaitement dans la main. De plus, le HTC wildfire S est disponible en plusieurs coloris : violet, blanc et noir.

HTC a choisi de placer une coque en plastique à l’arrière de l’appareil et a décidé de mettre une couche de métal brossé à l’avant, sur les côtés et en haut de l’appareil. C’est pourquoi le Wildfire S est séparé en deux couleurs :  la coque plastique selon le coloris choisi, le métal plus clair – ou grisé pour la version blanche. Cependant, à la vue de cette double couleur, cela ne m’a pas choqué outre-mesure et j’ai rapidement été habitué à voir un coté blanc et un autre gris. Outre ces formes fines et sa couleur, le téléphone présente une légère courbure en bas, design que l’on retrouve sur beaucoup d’appareils HTC. On aime ou on n’aime pas. A première vue, l’appareil semble avoir une finition correcte et solide : les personnes anti-plastiques pourraient voir là une alternative grâce à ce double composé.

2.2] L’avant

Passons maintenant en revue les différents éléments de ce smartphone.

Au dessus de l’écran, on peut apercevoir le capteur de luminosité/ambiance présent à côté du logo HTC. La LED à plusieurs couleurs pour les notifications se situe dans la grille du haut-parleur, du côté droit.
Ce dernier se situe sur la partie plus haute, en dehors du cadre noir ; deux grilles séparées le caractérise, comme sur son prédécesseur. Cela ne gène en rien l’esthétisme de l’appareil. Je reviendrai plus tard sur la qualité de ce dernier.

HTC a décidé de supprimer le trackball sur la partie du basse du téléphone, en dessous des touches virtuelles. C’est dommage, c’était assez pratique pour se déplacer lors d’une sélection, par exemple. Du coup, le téléphone gagne quelques centimètres en longueur comparé au Wildfire. On retrouve donc les quatre boutons tactiles standards rétro-éclairés en fonction de la luminosité de l’écran : Accueil (home), Menu, Retour et Recherche.

Maintenant que nous avons fait les deux parties de la face avant, intéressons nous aux quatre tranches.

2.3] Les tranches

Sur le dessus, à gauche, se trouve la prise jack 3.5 mm sur laquelle on peut connecter le kit main libre fourni avec le smartphone. A droite, le bouton permettant d’allumer le téléphone, de le mettre en veille lorsqu’il est allumé ou encore, par un appui long, de l’éteindre/l’utiliser en mode avion ou de le redémarrer.

Sur le côté gauche, la barre permettant d’ajuster le son (plus ou moins fort) se situe au dessus de la prise microUSB, où vous pourrez recharger le téléphone (secteur ou USB) ou le brancher avec un ordinateur.

Sur le côté droit, c’est le néant. Tout du moins aucun bouton physique ou virtuel n’y est présent.

Enfin, concernant le pied du Wildfire S, il y a la présence d’un micro.

2.4] L’arrière

A l’arrière de ce Wildfire S, on retrouve sur la partie haute l’appareil photo de 5 mégapixels avec son flash LED à sa gauche et une fine fente laissant apparaître le haut-parleur à sa droite. Le tout dans un coloris gris de forme ovale. Le logo “HTC” est présent au milieu de l’appareil, en relief tandis qu’il y a la mention “WITH HTC SENSE”, la fameuse couche ajoutée par HTC.
Le tout est recouvert de plastique, très agréable au toucher.

Pour accéder à la batterie, il faut enlever le capot arrière, à l’aide de la fente qui se trouve juste en dessous du bouton ON/OFF. Il est clipsé au téléphone par de nombreuses encoches et s’enlève assez aisément.

Petite vue à côté d’un Wildfire, premier du nom :

Wildfire-WildfireS

Concernant l’accéléromètre ou le GPS, il n’y a aucun problème à noter en particulier :

3] L’écran

L’écran est un TFT LCD HVGA capacitif de résolution 320 x 480 pixels. Alleluia ! Le Wildfire première génération était de résolution QVGA (240 x 320) et il n’y a pas à dire : la différence se fait ressentir. On profite ainsi d’un meilleur affichage, plus “haute définition” . Il est vrai que les applications qui tournaient sur le Wildfire faisaient de la peine à voir avec une telle résolution. N’hésitez pas à voir la vidéo présentant les principales différences entre le HTC Wildfire et la série “S” du même nom.

L’écran est de type Corning Gorilla Glass, ce qui lui offre une meilleure résistance aux chocs et aux rayures.

Concernant les traces de doigts, il n’y a pas à s’en méfier, celles-ci n’adhèrent pas souvent à l’écran.

Je n’ai jamais souffert des reflets du soleil sur l’écran. Pas besoin d’aller chercher l’ombre pour y voir quelque chose, c’est vraiment plaisant !

4] HTC Sense 2.1

Le Wildfire S est livré avec la version 2.3.3 d’Android mais surtout l’interface maison d’HTC à savoir Sense en version 2.1. Pour ceux qui ne connaissent pas, cette interface a déjà fait ses preuves sur un nombre conséquent de téléphones et le retour des utilisateurs est souvent très positif. Android est ainsi retravaillé grâce à l’ajout de widgets très orientés réseaux sociaux, de thèmes pré-définis que l’utilisateur peut choisir ou encore des fonctionnalités non-esthétiques comme la localisation de son téléphone.

Je ne rentrerai pas en détail sur HTC Sense mais je vais me focaliser sur les différences entre HTC Sense 2.1 et la version 1.0, présente sur le Wildfire premier du nom.

4.1] L’écosystème HTC Sense

L’une des grandes nouveautés de ce Sense 2.1 concerne l’écosystème mis en place par HTC dénommé htcsense.com. Il s’agit d’un site internet où vous pourrez localiser votre téléphone à distance, le verrouiller, utiliser un système de transfert d’appels et/ou de messages. Bref, des fonctionnalités très utiles en cas de perte de smartphone.

Dès l’allumage du Wildfire S, il nous est proposé de créer un compte HTC Sense. Ce dernier, en plus d’être utilisé par htcsense.com, pourra nous permettre de synchroniser des données par l’intermédiaire de HTC Sync. Ainsi, grâce à ce nouvel outil, il va être possible de transférer de l’ordinateur vers le téléphone de la musique, des photos, des agendas, des contacts, des liens favoris ou encore des documents.

De plus, les installations HTC Hub et HTC Likes sont pré-installées. Celles-ci vous permettront respectivement de télécharger des fonds d’écran, des sonneries, des thèmes ou encore des widgets et des applications recommandées par HTC.

Grâce à cette version de Sense, deux skins sont proposés : HTC ou ardoise. Les skins se différencient principalement par leur écran de déverouillage ainsi que leur barre de menu différente. Là encore, il est possible d’en télécharger d’autres par l’intermédiaire d’HTC Hub.

Sept bureaux peuvent être affichés en même temps. Un double appui vous permettra d’accéder à une vision globale de ces écrans.

La grille d’applications a également été revue. Ainsi, il est possible de choisir entre un affichage en 4 par 4 ou en liste par ordre alphabétique. Si on choisit la grille, le scroll se fait par à-coup (plusieurs écrans d’applications), contrairement au Wildfire premier du nom où le scroll se faisait en un seul coup.

4.2] Les notifications

En développant l’écran de notifications, on a un raccourci rapide vers les dernières applications utilisées. Il est possible de faire défiler horizontalement cette liste. Un onglet sur le bas donne des raccourcis vers les fonctionnalités du téléphone : activer/désactiver le WiFi, Mode avion…

4.3] Les claviers

Le clavier est standard. Il est un petit peu difficile de viser correctement la lettre que l’on veut du fait de la taille de l’écran (ou est-ce à cause de mes gros doigts ?). En mode paysage, aucun problème. Le clavier est assez large et ergonomique.Sur le Galaxy S II, on retrouve deux claviers : celui de Samsung et celui de Swype.

A noter que trois types de claviers peuvent être choisis :

– Standard AZERTY/QWERTY
– 3×4 : Regroupement des touches comme sur un téléphone mobile classique
– Compact (photo à la suite)


6] Téléphonie

Les appels téléphoniques se sont très bien déroulés pendant la période de test. Pas de coupure, le son est excellent et mon interlocuteur n’avait aucun soucis à m’entendre.

Au niveau de son débit d’absorption spécifique, il atteint 0.899 W/Kg (contre 0.754 W / kg pour le Wildfire). Score assez moyen donc, mais pas alarmant.

6.1] Contacts

Rien d’exceptionnel pour l’application de contacts. Elle est séparée en trois onglets – Contacts/Groupes/Journal d’appel. Les fiches des contacts sont complétées par les informations qu’ils ont été mises sur les réseaux sociaux. Cette fusion d’informations est extrêmement simple à faire.

6.2] SMS/MMS

Pour la gestion des SMS/MMS, rien de très révolutionnaire à noter.

7] Internet

Passons à Internet avec quelques tests réalisés.

7.1] WiFi

Tout d’abord, le WiFi. Plutôt correct, le téléphone réussi à se connecter et à détecter les réseaux autours sans problèmes.

Quant à la connexion 3G, le téléphone n’atteint pas des débits révolutionnaires, sûrement du au réseau proposé par Bouygues Télécom par chez moi. En terme de navigation régulière en 3G, je n’ai pas rencontré de problèmes (déconnexions, ralentissements) particuliers.

La puce WiFi est compatible avec les normes b, g et n.

7.2] Navigateur

La navigation sur Internet se fait sans soucis. Remercions l’augmentation de la résolution de l’écran. On manque rarement le lien hypertexte sur lequel on clique. De plus, le navigateur intègre Adobe Flash Player directement. Pas besoin d’installer une application tierce (les mises à jour s’effectuent depuis l’Android Market). Rapidité et fluidité sont de mise. Rien d’exceptionnel cependant.

Le pinch-to-zoom est pris en compte, tout comme le zoom avec pincement de doigts.

Lorsqu’on dé-zoome au maximum, on voit apparaître l’ensemble des onglets ouverts sous la forme de panneaux (cf capture 1)

8] Multimédia

8.1] Galerie

La galerie est ici très simple :

  • Une vue générale selon la provenance des photos
  • Des accès rapides aux photos provenant des réseaux sociaux ou services d’hébergement d’images (Facebook, Flickr)

La vue des photos et vidéos est classique avec une mosaïque où on peut selectionner la photo pour l’agrandir. Cette vue propose divers options, à savoir (de gauche à droite, capture du milieu) :

  • Retour au panneau précédent
  • Partager via réseaux sociaux, mails, autre
  • Corbeille
  • Prendre une photo
Pour les options « partager » et « corbeille », un nouveau panneau apparaît permettant de sélectionner les photos que l’on veut partager/supprimer.

8.2] Lecture de vidéos

Je vous le dit tout de suite, le Wildfire S ne supporte pas les Divx. A vrai dire, il ne supporte pas beaucoup de formats vidéos, seulement 3 : Xvid, MP4 et H.264.

Exit donc la plupart des vidéos, ainsi que les vidéos haute définition. C’est dommage, HTC marque un gros point négatif là-dessus.

Concernant l’interface du lecteur, une seule option (à part lecture/pause) : l’ajustement à l’image qui permettra de supprimer les bandes noires pour réajuster la vidéo à la taille de l’écran.

8.3] Musique

Là encore, rien d’extraordinaire concernant la sortie audio. Le haut-parleur délivre un son correct mais pas fantastique.

L’application quant à elle est très esthétique. On retrouve les fonctions classiques d’une application de musique à savoir la liste par artiste/cd/playlists/chansons. Il est possible de partager n’importe quelle chanson via différents moyens.

Lorsqu’une musique est jouée, il est possible de la mettre en pause directement depuis la barre de notification. En ayant le téléphone verouillé, on peut directement changer de chanson ou encore la mettre en pause : très pratique !

Concernant la synchronisation de la musique, il suffit de passer par HTC Sync.

Pas beaucoup de formats supportés à part les principaux : MP3/AAC+/WAV.

8.4] Radio FM

Le HTC Wildfire S propose un tuner FM stéréo. Il vous suffira pour cela d’accéder à l’application « Radio » en ayant préalablement branché le kit main-libres fournis avec.

Il est possible entre mono et stéréo. On peut également écouter la radio à partir du haut-parleur en sélectionnant l’option du menu.

Rien à redire sur la qualité. A noter que le RDS est présent.

9] Appareil photo/Caméra

Le HTC Wildfire S est vendu avec une caméra de 5 mégapixels à son dos.

9.1] Appareil photo

L’appareil photo est d’une qualité correcte. J’ai trouvé les qualités assez bien retranscrites, mais de jour. J’ai eu du mal à prendre des photos correctes de nuit : le noir ne ressort pas, l’image semble terne.

L’application  « Appareil Photo »  propose de nombreux filtres que l’on peut appliquer (nuances de gris, sépia etc…). Mais c’est en cliquant sur la touche virtuelle « Menu » que l’on a réellement accès aux différentes options de l’appareil : retardateur, géo-tagging, résolution, détection du visage, réglage de l’ISO etc…. Les voici toutes :

Evidemment, ne vous prenez pas pour un photographe ! La qualité est suffisante pour des photos de jour entre amis, mais ne remplace pas un appareil photo numérique !

 

9.2] Caméra

On passe d’un simple bouton d’appareil photo à caméra. La qualité est très loin d’exceptionnelle (résolution de 640 x 480 pixels). Les fichiers générés sont au format 3GPP.

Voilà un petit aperçu :

9.3] Editeur de photos

Comme vous le voyez, vous pourrez ne sélectionner qu’une partie de l’image (rogner), apposer divers effets : « cannelle », contrastes élevé, sépia, « chaud », « vivant » et d’autres et faire pivoter l’image dans le sens horaire ou anti-horaire.

11] Accessoires

On apprécie le chargeur anglais pour les visiteurs réguliers de la Grande-Bretagne. A part ça, strict minimum pour HTC, à savoir le kit mains-libres (mousses de rechange comprises), le chargeur secteur et le câble pour brancher le téléphone à l’ordinateur.

11.1] Proposés par HTC

De nombreux accessoires sont proposés par HTC. Parmi eux :

– des housses et étuis
– des accessoires nomades (bluetooth, supports)
– des câbles et adaptateurs
– des cartesSD pour étendre la mémoire du téléphone

Et plein d’autres. C’est par ici !

12] Performances et autonomie

Quid de la performance de cet entrée de gamme ? Et de l’autonomie ?

12.1] Benchmarks

Le HTC de test n’a pas subit de root ni d’overclock. Pour rappel, le processeur est un Qualcomm Snapdragon MSM7227 cadencé à 600 MHz.

Quadrant : 647
AnTuTu : 1448

On le savait bien, avec un processeur à 600 MHz, le HTC Wildfire S n’est pas une bête de puissance. Il est classé en tant qu’entrée de gamme chez HTC. J’ai trouvé la navigation tout de même assez fluide. Est-ce dû à l’ajout de HTC Sense ? Il y a des chances. En tout cas on s’en fou : malgré quelques ralentissements parfois, le téléphone fonctionne correctement et la navigation est largement acceptable. Par contre, ne comptez pas jouer à des jeux 3D, demandant trop de ressources. Il faudra se contenter des jeux classiques addictifs.

12.2] Autonomie

La batterie est une standard en Li-Ion d’une capacité de 1230 mAh. En utilisation normale, je tenais facilement la journée, voire une journée et demi mais péniblement. A la fin d’un scénario que nous avons défini (lecture d’une vidéo divx de 9 minutes, GSM uniquement, puis wifi, lecture de 3 morceaux MP3 de 3.30 minutes chacun, consultation de 3 articles de pages web, téléchargement d’un fichier de 7Mo en 3G, utilisation de Google Maps avec affichage des monuments en 3D pendants 1 minute, et 5 minutes de lecture radio), le téléphone en était à 90%.

13] Conclusion

Points positifs :

– Compact : léger et petit
– Résolution de l’écran
– Autonomie
– Finition
– Couche constructeur HTC Sense
– Prix

Points négatifs :

– Pas de jeux trop gourmands ou de vidéos HD
– Multimédia

Note finale : 15/20

Sur la partie matérielle, le HTC Wildfire S se démarque légèrement de son prédecesseur, le HTC Wildfire. Légèrement, mais ça suffit pour faire une grande différence. Tandis que la navigation sur Internet était compliquée sur le premier du nom, on retrouve ici une fluidité exemplaire. Et ce, grâce à un simple processeur à 600 MHz. Evidemment, l’évolution de la résolution en HVGA y est également pour quelque chose. Ajouté à ceci la couche HTC Sense et vous avez un téléphone d’entrée de gamme pour une personne qui n’a pas forcément de gros besoins en terme de puissance et n’a pas non plus envie d’exploser son budget.

Pas de jeux 3D, ni de vidéos/photos HD. Mais pour un prix aujourd’hui aux alentours des 200 euros, ce téléphone m’a convaincu et je n’hésiterais sûrement pas à le conseiller auprès de mon entourage, pas franchement amateur de « smartphones » !

Toutes nos excuses pour le retard de ce test ! 

Merci à Expansys pour le prêt de ce téléphone, chez qui vous pouvez le trouver en noir ou en blanc.