Après avoir déjà démarré une guerre des brevets en Chine avec Meizu au mois de juin, Qualcomm veut maintenant poursuivre la marque chinoise aux États-Unis, en France et en Allemagne pour violation de brevet.

Qualcomm Patent Wall

Qualcomm, la marque qui équipe une grande partie des smartphones avec ses puces, vient d’annoncer par un communiqué de presse que son service juridique avait déposé une plainte contre Meizu pour violation de brevet. Plus précisément, la marque a déposé une plainte auprès de l’ITC, le centre du commerce international rattaché à l’ONU, aux États-Unis, mais aussi auprès de la cour régionale de Mannheim et a envoyé une demande d’enquête auprès de la juridiction française.

 

Pas d’accord de licence en vue

D’après Qualcomm, Meizu utilise plusieurs technologies dans ses produits qui tombent sous l’ombrelle des brevets de la firme californienne. Meizu aurait, d’après Qualcomm, refusé de négocier un accord, comme cela se fait souvent, permettant à Meizu d’utiliser ces brevets sous réserve de payer une licence.

 

 L’affaire est dans les mains de la justice

La marque américaine ne précise pas quels sont les brevets qu’enfreindrait Meizu et la firme va maintenant devoir prouver qu’il y a bien infraction devant chacune des autorités compétentes dans les pays en questions. Il est trop tôt pour savoir si Meizu est bien en infraction et quelles pourraient en être les conséquences exactes. La marque chinoise pourrait être forcée de payer une licence, ou pire, se voir interdire la commercialisation de certains de ses produits, tout du moins sur certains territoires.