Introduction

Trois ans après le lancement du bracelet Gear Fit, Samsung réitère l’expérience avec le Gear Fit2 Pro. Mais un bracelet connecté avec un aussi grand écran a-t-il une place à se faire sur ce marché, à mi-chemin entre le tracker d’activités et la montre connectée ? Voici notre verdict !

 

Fiche Technique

Modèle Samsung Gear Fit2 Pro
Taille de l'écran 1,5 pouces
Technologie d'affichage sAMOLED
Définition de l'écran 216 x 32
Format écran Rectangulaire
Mémoire RAM 512 Mo
GPS Oui
Dimension 51 x 25 x mm
Poids 34 grammes
Batterie 200 mAh
Capteur de rythme cardiaque Oui
Podomètre Oui
Accéléromètre Oui
Boussole Oui
Capteur de lumière ambiante Oui
Capteur de proximité Oui
Rechargement Câble de charge magnétique
Résistance à l'eau 68
Prix 224 euros
Fiche produit

Ce test a été réalisé à partir d’un produit prêté par la marque.

 

Un bracelet qualitatif et ergonomique

Dans le milieu du bracelet connecté, bon nombre de constructeurs ont décidé de se passer d’écran ou bien d’avoir un écran affichant le strict minimum. De son côté, Samsung prend le contre-pied de cette position avec le Gear Fit2 Pro et embarque un grand écran. Vertical pour bien se démarquer des montres connectées, et un peu incurvé pour bien épouser la forme du poignet.

Le module principal est bien évidemment rigide et plutôt imposant (25 x 51,3), d’autant que son épaisseur n’est pas négligeable (12,6 mm). À mon poignet cependant, qui n’est pas bien gros, le résultat est loin d’être inesthétique, à condition d’aimer le rouge, bien visible malgré sa présence au verso de l’appareil — et du bracelet — uniquement. Il existe cependant une version entièrement noire pour ceux qui préfèrent la sobriété. En bon niçois, il m’est cependant difficile de ne pas être sensible au rouge et noir.

Le bracelet est quant à lui très solidement fixé au boitier principal et sa boucle ardillon des plus classiques est également très solide. Ajoutez à cela une petite excroissance dans le passant du bracelet qui viendra se loger dans l’un de ses trous pour renforcer l’attache et éviter de perdre le bracelet en plein effort. C’est une très bonne chose, d’autant que le Gear Fit2 Pro est certifié ATM50 (résistant à l’heure jusqu’à 50 mètres de profondeur) et que l’on n’aimerait pas perdre ce précieux joujou au fond de la mer pendant une session de natation.

L’ensemble est entièrement en plastique et en caoutchouc, mais respire la qualité et semble clairement prévu pour subir de nombreux aléas. En outre, même mouillé, le caoutchouc reste agréable contre la peau et n’a pas cet aspect de vieux caoutchouc puant que peuvent avoir certaines matières de bracelets low-cost.

Enfin, deux boutons se logent sur le côté droit du « cadran » (si l’on peut appeler cela ainsi), l’un servant de bouton retour et l’autre à revenir à l’écran d’accueil. Un tout petit logo discret aurait été bien dans un premier temps pour s’y habituer et éviter de toujours appuyer sur le mauvais bouton comme ça a été mon cas, mais c’est là du pinaillage.

Notons qu’avec le modèle « large », il me fallait serrer le bracelet au deuxième trou le plus serré, ce qui ne laisse pas beaucoup de marge. Opter pour le « small » est à considérer en fonction de la taille de votre poignet.

 

Un superbe écran

Comme bien souvent, Samsung a opté ici pour une dalle OLED. Un bel écran de 1,5 pouce de 216 x 432 pixels ce qui amène à une résolution de 322 PPP. C’est une belle avancée par rapport à l’écran de 244 PPP de la première génération et le résultat est flagrant.

Cet écran est impressionnant, autant par son contraste et sa luminosité que ses angles de vision. Lors de la réception du bracelet, j’ai réglé l’intensité de la luminosité à 3/11 (oui, l’échelle va jusqu’à 10 et possède un onzième mode « intense » pour l’extérieur), et je n’ai absolument jamais eu besoin de la remonter par la suite pour lire convenablement les données affichées, même en plein soleil. Le tactile est également très réactif, même quand la surface est humide et il m’est arrivé de naviguer dans les menus sous ma douche sans le moindre souci. Pour les situations les plus extrêmes, un mode « Verrouillage dans l’eau » permet d’éviter que la pression effectue des actions non désirées.

Au bout d’un certain temps, l’écran finit par s’éteindre totalement. Si vous ne regardez pas la montre, son écran est totalement noir et ne s’allume que lorsque l’on appuie sur l’un des boutons ou que l’on effectue un geste vif du bras pour l’amener à hauteur de lecture. « Ou peut-être un peu plus haut ? Ou un peu plus bas ? Peut-être vite ? Ou si je secoue ? Rho puis zut, autant appuyer sur le bouton ! » Cette situation m’est arrivée à de nombreuses reprises et lire l’heure avec des objets dans les mains devient parfois un véritable parcours du combattant.

À l’inverse, il m’est arrivé plusieurs fois d’être ébloui en bougeant mon bras trop près de mon visage en pleine nuit. Après quelques réveils de la sorte, j’ai rapidement pris l’habitude de mettre le bracelet en mode Ne Pas Déranger pour la nuit.

Il est possible cependant d’activer un mode Always ON dans les paramètres, où seule l’horloge est activée. Samsung précise par ailleurs que cela consomme pas mal de batterie, ce qui n’est pas forcément une bonne chose au vue de la consommation générale du bracelet.

 

Un logiciel orienté vers le sport

L’écran principal du Gear Fit2 Pro se concentre essentiellement sur la santé de l’utilisateur et son activité physique. Nativement, le bracelet affiche un widget avec l’heure, la date partielle (jour et numéro de jour), la température et une petite icône météo, et un second widget recensant les principales données de l’activité quotidienne de l’utilisateur avec son nombre de pas, le nombre d’étages gravis, son dernier rythme cardiaque mesuré et le nombre de calories brûlées dans la journée.

Samsung propose de nombreux cadrans pour en changer l’aspect, mais il s’agit toujours plus ou moins des mêmes informations qui sont affichées, ce qui est assez peu étonnant pour un tracker d’activités. Par ailleurs chacune des informations citées plus haut a droit à son propre écran dédié, plus complet, lorsqu’on swipe vers la gauche.

On peut également suivre sa consommation de café, d’eau, ainsi que son agenda, ou accéder à ses notifications. Ces dernières sont parfois tronquées lorsqu’elles sont trop longues, mais sont globalement efficaces et il est possible d’y répondre par le biais de nombreux messages préenregistrés (oui, non, j’arrive, je conduis, etc.), ou des émojis. Ces derniers sont limités à une liste également prédéfinie, parmi les plus courants (OK de la main, bisou, clin d’œil…), ou pas (ballon de foot, chaussure de ski, green de golf…).

En dehors des applications sportives, on retrouve un minuteur, un chronomètre, une fonction permettant de faire sonner son téléphone (même quand celui-ci est en silencieux), un lecteur de musique pour jouer des morceaux en local et… c’est tout. Samsung propose quelques applications sur son store, mais la navigation y est peu intuitive et c’est totalement par hasard – et après plusieurs jours – que je suis tombé sur l’application Spotify.

Notons que si vous utilisez Google Play Musique, l’application de gestion ne porte pas le nom du lecteur, mais un générique « Lecteur musique ». Par ailleurs, il n’est accessible qu’en rentrant dans les menus de la montre. À chaque fois. Un simple changement de piste ou un changement de volume devient donc presque aussi long qu’en sortant son téléphone.

On va donc privilégier l’utilisation autonome lors des séances d’entrainement. Le bracelet disposant d’une mémoire interne permettant de stocker de la musique et d’un GPS, c’est tout aussi bien, mais il lui manque un emplacement pour carte SIM pour être totalement indépendant du smartphone.

 

Samsung Health, un excellent coach

Lors de l’initialisation du Gear Fit2 Pro, il est nécessaire d’installer trois applications. Samsung Accessory Service pour connecter le téléphone au bracelet, Samsung Gear pour configurer ce dernier et Samsung Health pour analyser les données. On aurait apprécié que ce nombre soit un peu plus réduit, mais soit. Une fois cette configuration un peu longue terminée et les premières données physiques enregistrées, on apprend à faire connaissance avec Samsung Health, une application très complète et un coach sportif plutôt motivant.

L’écran principal sert de journal pour afficher le nombre de pas réalisés ces derniers jours, l’état de notre sommeil, le nombre d’étages grimpés dans la journée ou encore notre dernière fréquence cardiaque mesurée. Mais en fouillant un peu plus profondément, on peut également se donner des objectifs poussés concernant notre consommation journalière (nourriture, eau, café), notre rythme circadien ou nos activités sportives. Le tout peut être réglé assez finement en fonction du profil de l’utilisateur, ce qui permet de s’améliorer petit à petit, sans gros bouleversement pour éviter toute source de découragement.

Plusieurs entrainements progressifs peuvent ainsi être sélectionnés afin de se motiver à faire du sport, mais Samsung joue également sur la gamification de l’exercice en proposant des classements comparant nos résultats à ceux de nos amis ou de la moyenne des utilisateurs au profil similaire. Il existe également des défis globaux. Ce mois-ci, il s’agit de marcher 200 000 pas au cours de la période et il est vrai que voir son classement progresser pousse à faire quelques détours lors d’un trajet pour monter plus rapidement au tableau.

Enfin, l’application est également capable de prodiguer des conseils en fonction des informations recueillies ou de proposer une découverte d’articles santé afin d’assainir notre mode de vie. Clairement, l’application est ultra complète, quel que soit votre besoin.

 

Une autonomie moyenne

Avec un écran OLED qui passe la majorité de son temps éteint, on pouvait espérer que la batterie de 200 mAh du Gear Fit2 Pro tiendrait de nombreux jours sans avoir à être rechargée. Malheureusement, ce n’est pas le cas.

En effet, pour peu qu’on l’utilise un peu, le Gear Fit2 Pro se vide plutôt rapidement et il est très difficile de tenir plus de deux jours sans passer par la case chargeur. Il m’est arrivé d’oublier le chargeur (propriétaire) en partant en week-end, j’ai fini par passer le bracelet en mode « Ne Pas Déranger » pour être sûr de pouvoir enregistrer ma nuit de sommeil du dimanche soir après avoir passé mon dimanche précédent avec le bracelet éteint sur mon bureau par manque de batterie.

Le chargeur est un petit dock à brancher sur secteur en USB permettant de poser le bracelet à l’horizontale. En soi, l’idée est bonne et permettrait d’avoir une petite horloge de bureau ou de chevet lorsqu’il recharge puisqu’il affiche l’heure et son pourcentage de batterie une fois dans cette position. Dommage que ces informations disparaissent au bout de quelques secondes pour n’afficher qu’un simple petit éclair sans intérêt.

La charge complète est relativement lente pour une batterie de cette capacité. Comptez bien une heure à une heure et demie pour passer de 0 à 100 %.

 

Où l’acheter et à quel prix ?

Le Samsung Gear Fit2 Pro est d’ores et déjà disponible au prix de 229 euros.

 

Le Gear Fit2 Pro en photos

Test Samsung Gear Fit2 Pro Le verdict

design
8
Le boitier du Gear Fit2 Pro est un peu gros, rigide, mais l'ensemble est très qualitatif et tient bien au poignet. Ce n'est jamais une gêne et on sent qu'il est pensé pour durer.
écran
9
Un écran OLED magnifique et ultra lumineux, rien à redire sur la dalle en elle-même. Dommage qu'il ne s'allume qu'une fois sur trois quand on essaye de l'activer par le mouvement.
fonctions
8
Le Gear Fit2 Pro est un excellent compagnon pour suivre vos activités sportives, compter vos pas et mesurer votre rythme cardiaque, mais il manque encore de petites options pour servir d'accessoire à un smartphone, comme un micro pour pouvoir répondre à un message par dictée vocale. Enfin, l'ergonomie de certaines fonctions, comme la gestion du multimédia, rend son utilisation délicate.
logiciel
9
La partie logicielle sur le téléphone est en revanche très complète. Si l'on peut reprocher l'installation de trois applications différentes et le rangement chaotique de la boutique Galaxy Apps, Samsung Health est un petit bijou de coach sportif, bourré de données, de conseils et de plans d'entrainement.
autonomie
5
L'autonomie du Gear Fit2 Pro est certainement son plus gros problème. La batterie tient deux jours, deux et demi sans trop activer l'écran, mais c'est largement insuffisant, d'autant qu'il faut attendre de tomber à 15 % de batterie pour être averti du problème et que le chargeur est propriétaire. Enfin, la recharge est plutôt longue pour un appareil de cette capacité.
Note finale du test 8/10
Je suis resté un long moment face à ma case vide sans savoir quoi conclure sur ce Samsung Gear Fit2 Pro. Pris indépendamment, chaque élément du bracelet est bon, voire excellent, à l'exception peut-être de son autonomie. Le test est terminé, je dois maintenant renvoyer ce bracelet à Samsung et je sais qu'il va me manquer... mais pourtant j'ai pesté plus qu'à mon tour sur certains petits détails, parce que dans l'ensemble, le Gear Fit2 Pro présente des incohérences difficiles à accepter.

Pour m'expliquer un peu mieux, le Gear Fit2 Pro est très bien fini, affiche un superbe écran et joue parfaitement son rôle de coach de vie et de coach sportif. Mais ce n'est pas un simple tracker d'activité, c'est aussi un bracelet connecté qui tente d'aller plus loin que la simple mesure de données. Et c'est là que le bât blesse, parce que sur ce point, le Gear Fit2 Pro est très médiocre. Pire, son écran et ses quelques fonctionnalités supplémentaires qui ne sont là que pour être là consomment de la batterie et il devient obligatoire de recharger l'appareil tous les deux jours.

Aussi, après plusieurs semaines avec ce bracelet, je me demande si à défaut de pousser la partie connectée plus loin, Samsung n'aurait pas mieux fait de supprimer l'écran, de réduire la taille du boitier et de conserver uniquement les fonctions de mesure, ce qui aurait au passage certainement réduit son prix.

Alors oui, c'est un excellent bracelet pour les sportifs, mais pour 229 euros, il reste un petit goût d'inachevé en bouche et c'est dommage...
  • Points positifs
    • Design soigné
    • Accroche très solide
    • Superbe écran
    • L'app Samsung Health
  • Points négatifs
    • Gestion du lecteur musical fastidieuse
    • Boutique bordélique
    • 3 apps à installer
    • Autonomie médiocre