J’ai eu le malheur de poser ma manette 8bitdo FC30 Pro sur mon bureau, manette Bluetooth compatible Android, iOS, Windows et Nintendo Switch. À la vue de l’intérêt de mes collègues, laissez-moi vous en parler.

Comme beaucoup de personnes, je ramène ma Nintendo Switch au travail en tant que fier compagnon de mes pauses déj’. Concept de la Switch oblige, j’ai branché un dock à mon écran d’ordinateur et ai ramené ma petite manette 8bitdo FC30 Pro pour profiter des jeux indés disponibles sur la console dans les meilleures conditions.

Je l’ai achetée il y a deux ans de cela et la ressors de temps à autre quand le jeu s’y prête. Posée sur mon bureau, elle n’a fait que piquer la curiosité de tous mes collègues et gens de passage. Celle-ci étant compatible Android et disponible à bas prix, laissez-moi vous la présenter.

8bitdo fait les efforts qu’il faut

Les manettes créées par les accessoiristes sont généralement… cheap, on ne va pas se mentir. Les boutons sont mollassons et le produit sent bon le plastique bas de gamme.

8bitdo a décidé de faire tout l’inverse, et s’inspire plutôt d’Apple dans la qualité de sa présentation. Ses manettes arrivent dans une boîte cartonnée solide, bien renforcée, et sont accompagnées d’un petit porte-clef et de quelques bonus donnant d’emblée l’impression d’avoir fait le bon choix, particulièrement face aux alternatives.

En main, cette sensation est réaffirmée par la qualité des matériaux utilisés. La face avant de cette FC30 Pro est protégée par un revêtement en métal solide et froid au touché, les finitions sont propres et les boutons ont un retour très agréable.

Sur ce modèle en particulier, je trouve la croix un peu trop rigide à mon goût, mais considérant que le principal défaut des concurrents est justement d’avoir des boutons mous… Je ne me plains pas.

8bitdo fonctionne avec tout

À 30 euros, les manettes 8bitdo seraient déjà une valeur sûre en considérant uniquement leur qualité de fabrication. Ce serait toutefois ignorer l’un des points les plus importants de ces produits : leur éventail très large de compatibilité. J’ai acheté la FC30 Pro il y a deux ans et celle-ci promettait déjà de se connecter à un appareil Android (c’est validé), iOS (jamais testé), Microsoft (c’est validé, et reconnu comme une manette Xbox 360 sans aucune configuration en prime), une PS3 (eh oui, et ça marche) et une Wii U (c’est validé).

Deux ans plus tard, et après un suivi logiciel exemplaire de la part du fabricant, je peux connecter ma manette à Android, iOS, Windows 10 et ma Nintendo Switch sans le moindre souci. La compatibilité Wii U et PS3 n’a même pas été abandonnée : elle est simplement disponible sur un firmware plus ancien, toujours flashable pour ceux qui le désireraient.

8bitdo s’adapte à tout type de jeux

Si les jeux Android compatibles avec une manette sont encore trop rares, elle s’adapte immédiatement . Mieux vaut toutefois qu’une personnalisation des touches existe, pour une raison simple : Android considère les boutons A et X comme les boutons les plus à gauche, tandis qu’ils sont à droite sur cette configuration inspirée de la Super Nintendo. Aussi, mes habitudes de joueur, forgées sur plusieurs années, ont tendance à me faire perdre les pédales.

Ce n’est toutefois pas un problème dans le cadre de l’émulation, la configuration des touches étant personnalisable à souhait. Des années plus tard, jouer à Super Punch-Out devient tout aussi jouissif qu’au premier jour grâce à elle.

Pour les jeux les plus récents, et pour une console aussi récente que la Nintendo Switch, tout dépendra du titre. La 8bitdo FC30 Pro intègre des touches L2/R2/L3/R3 et deux joysticks absents de la manette dont elle s’inspire, mais ceux-ci sont très bien placés et fonctionnels.

Ceux qui ont l’habitude des joysticks de la PS Vita ne seront pas dépaysés : j’ai pu me refaire une dixième fois Portal sur ma Shield TV sans être une seule fois frustré par son ergonomie.

Sur les titres modernes sur consoles et PC, je recommanderai tout de même de ne l’utiliser que lorsque le jeu se veut avoir un gameplay 2D (comme Celeste), et pour cause : si les joysticks sont bons, le placement des boutons L2/R2 en prolongement des touches L1/R1 va vite poser problème.

8bitdo est dispo partout, tout le temps

Ce ne sont pas les seuls arguments qui font que j’aime beaucoup ma 8bitdo FC30 Pro. Elle est aussi extrêmement légère, et très facilement jetable dans le moindre sac ou la moindre housse d’ordinateur portable pour l’avoir constamment sur soi sans devoir y penser.

Elle offre une autonomie de 18 heures d’utilisation, faisant que l’on peut tranquillement l’oublier dans son sac sans qu’elle ne soit à plat au mauvais moment. Petit défaut tout de même : elle n’est rechargeable que par micro USB, et rares sont les câbles se clipsant efficacement dans son petit port… mieux vaut donc garder le câble USB fourni avec soi. Le dernier modèle (SN30 Pro) est passé à l’USB type C, pour information.

Pour changer de « mode » de manette, c’est très simple : il suffit en vérité de l’allumer en restant appuyé sur une touche précise, Y par exemple pour la Nintendo Switch. Fort heureusement, elle garde en mémoire sa dernière configuration automatiquement, faisant qu’il n’est plus besoin de le faire par la suite. Difficile de se rappeler des boutons à presser lorsque l’on veut changer de mode, mais le guide en ligne sur le site officiel est facile d’accès.

Bref, j’aime énormément cette manette qui ne m’a jamais fait défaut. Si d’aventure vous cherchez une manette pas chère pour votre Nintendo Switch, votre NES / SNES Mini, votre smartphone / tablette Android ou même votre ordinateur portable : je vous recommande chaudement celle-ci, voire les autres manettes du constructeur qui semblent être du même acabit. 8bitdo a en tout cas gagné une place de choix dans mes constructeurs favoris suite à mon utilisation de la FC30 Pro.

À lire sur FrAndroid : Guide d’achat : quelle manette de jeu pour smartphone choisir en 2018 ?