Le fabricant d’électronique Haier était aussi présent à l’IFA 2014. Et sur son immense stand comprenant des dizaines de télévisions et d’objets plus ou moins connectés, se trouvait une petite plateforme avec l’ensemble de ses téléphones et tablettes. L’occasion pour nous de prendre en main pour la première fois la Cdisplay, la fameuse tablette commercialisée la semaine dernière à moins de 50 euros et déjà en rupture de stock.

Haier_Cdisplay

Si vous suivez un tantinet l’actualité des smartphones et des tablettes, l’annonce de la Cdisplay n’a certainement pas dû vous échapper. Et pour cause, cette tablette de 7 pouces est vendue au tarif record de 49,99 euros, uniquement sur le site de Cdiscount. C’est le chinois Haier qui s’est occupé de la fabrication de l’engin : ses représentants sont revenus sur sa conception et nous ont expliqué pourquoi cette tablette est aussi bon marché.

CDisplay 4

On le voit mal sur cette photo, mais une partie du dos de la tablette est en aluminium.

Qu’attendre d’une tablette à moins de 50 euros ? Eh bien, pas forcément un produit très bas de gamme. De fait, la tablette coûte un peu plus de 100 euros à produire. Ses composants sont très loin de ce que l’on peut trouver sur une Nexus 7, par exemple, mais ils n’ont pas pour autant été limités au minimum. Pour preuve, la Cdisplay dispose d’un écran LCD IPS, de 1 Go de RAM, de 8 Go de mémoire interne, d’une batterie de 4000 mAh et d’un petit processeur Rockship RK3188-T. Et l’ensemble est installé sous KitKat. Bref, si ce n’est pas ce que l’on a vu de mieux cette année, ce n’est pas non plus totalement honteux.

CDisplay 3

L’écran de verrouillage de la tablette affiche de la publicité. Un clic sur cette pub ouvre l’application dédiée.

Pour parvenir au prix plancher de 49,99 euros, Haier et Cdiscount ont noué des partenariats publicitaires ainsi que des offres commerciales avec des partenaires. Autrement dit, la publicité paye en partie le prix de cette tablette. Cette publicité est visible à deux endroits : sur l’écran de verrouillage – aux couleurs de Cdiscount sur notre tablette – ainsi que sur le launcher, ou un bandeau fait automatiquement son apparition sur la partie supérieure de l’écran. Une pression sur l’une de ces publicités ouvre automatiquement l’application liée à la pub. En l’occurrence, durant notre prise en main, l’application Cdiscount s’ouvrait à chaque fois que l’on cliquait sur l’un ou l’autre des bandeaux. Il faut également noter qu’il est possible de faire disparaître le bandeau de publicité sur l’écran du launcher en cliquant sur une petite croix dédiée. Mais à chaque verrouillage de la tablette, il reviendra.

CDisplay 1

Sur le launcher c’est un bandeau publicitaire qui est présent.

Sur les quelques minutes que j’ai passées en compagnie de cette tablette, j’ai bien dû cliquer une ou deux fois sur les pubs par erreur. J’imagine qu’avec l’habitude, on ne clique plus dessus. Il n’empêche, ce n’est jamais agréable de lancer une application sans le véritable consentement de l’utilisateur. En plus de ces publicités, des applications de partenaires commerciaux sont pré-installées (et je suppose impossible à désinstaller) telles que PayPal, FidMe (une application de carte de fidélité) ou FIA NET. Pour autant, le représentant de Haier nous a affirmé que, mis à part ces publicités, il n’y avait aucune autre restriction dans la tablette. Il est tout à fait possible (et heureusement) d’installer des applications de site marchand concurrent à CDiscount et d’enlever du bureau les applications pré-installées. Le reste de l’interface est d’ailleurs très simple : c’est une version stock d’Android.

CDisplay 8

PayPal et FidMe font partis des partenaires qui financent une partie de la tablette. Leurs applications sont donc pré-installées.

Et du point de vue design alors ? Ce n’est pas la catastrophe. Comprenons-nous bien, ce n’est là encore pas la plus belle tablette de l’année. Mais Haier a toutefois un peu travaillé le design de son produit. Le dos de la tablette dispose d’un revêtement partiel en aluminium, l’écran n’est pas trop vilain et dispose d’une luminosité plus qu’acceptable et il est possible d’étendre la mémoire de la Cdisplay avec une carte micro-SD. Elle est en revanche assez grosse et épaisse, plutôt lourde et pas particulièrement sexy. Les boutons physiques ne m’ont pas non plus laissé un souvenir impérissable et les bords d’écran sont très larges. Pour 49,99 euros, il est assez difficile de faire la fine bouche sur le design de toute façon.

CDisplay 5

La Cdisplay est assez épaisse.

IFA oblige, nous n’avons pas pu tester la puissance ou l’autonomie de cette tablette. Nous devrions toutefois la recevoir en test avant la fin du mois et nous vous livrerons des impressions un peu plus détaillées. En l’état, la Cdisplay est déjà en rupture de stock quelques jours seulement après sa commercialisation. A moins de 50 euros, elle semble en tout cas faire office de très bonne tablette d’appoint et c’est ce que beaucoup lui demandent.