Annoncée en novembre 2014, la tablette Nokia N1 a été une surprise. À cause de son design, déjà, similaire à l’iPad mini. Le retour également de cette marque finlandaise, que l’on croyait disparue. Et enfin, par le produit, surprenant et ambitieux.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07309

Nokia N1

La Nokia N1 est sortie en Chine en début d’année. De passage à Hong-Kong en février dernier, j’avais tenté de mettre la main dessus. Impossible, la tablette n’a été vendue que lors de ventes flash organisées sur Internet, et les stocks se sont écoulés – à chaque fois – en quelques minutes.

Des similitudes étonnantes

Effectivement, elle ressemble à l’iPad Mini. C’est évident. Mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, et ses bords arrondis, ses coins tout en rondeur et sa minceur (6,9 mm d’épaisseur) lui confère une prise en main confortable. Sans oublier son poids, 318 grammes. Pour vous en rendre compte, il suffit d’emprunter l’iPad Mini 3 d’un proche, elle lui ressemble beaucoup.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07350

Fabriquée à partir d’une seule pièce d’aluminium, et équipée d’un écran 8 pouces, elle intègre la technologie Zero Air Gap, qui supprime la couche d’air entre la dalle tactile et le module LCD, réduit les réflets et facilite la lisibilité, même dans la lumière du jour. On retrouve cette technologie chez Acer également, sur l’Iconia W4.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07316
Nokia-N1-FrAndroid--DSC07312 Nokia-N1-FrAndroid--DSC07315

L’arrière est complètement lisse, avec seulement la marque Nokia et le capteur photo de 8 mégapixel dans le coin supérieur. Autre point de ressemblance avec l’iPhone, les deux coloris disponibles : une variante gris blanc, couleur naturelle de l’aluminium, et l’équivalent du gris sidéral, qui est en réalité une couche de traitement légère sur l’aluminium. On le remarque sur la Nokia N1 que j’ai prise en main, la peinture est partie au niveau du port casque.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07327

Evidemment, point de Lightning. On retrouve à la place le connecteur réversible USB Type-C, vous pourrez donc brancher votre microUSB dans les deux sens. Selon mes connaissances, c’est le premier produit à être équipé d’un connecteur de ce type. Pour l’avoir essayé, ça fonctionne vraiment, et j’ai hâte de voir arriver ça sur l’ensemble des produits Android.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07321

Les similitudes ne s’arrêtent pas à la conception, la dalle tactile utilisée possède également la même taille (7,9 pouces de diagonale) ainsi que la même définition : 2048 x 1536 pixels (326 ppi). Un écran LCD IPS qui n’a rien à envier à l’iPad, les couleurs sont naturelles et vives, les angles de vision sont bons (ce qui est important pour une tablette) et les contrastes semblent plutôt correctes pour une technologie IPS.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07329

 

L’Atom et WiFi 802.11 ac

Sous sa coque en aluminium se trouve un processeur Intel Atom Moorefield Z3580 : du quadruple-coeur 64 bits cadencé à 2,33 GHz avec un GPU PowerVR G6430, la même puce graphique que dans l’iPhone 5S, et assisté par 2 Go de LPDDR3 cadencée à 800 MHz.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07357

Le stockage est pris en charge par une puce d’eMMC 5.0 de 32 Go (sans slot micro-SD). Au niveau connectivité, le Wi-Fi 802.11a/b/g/n/ac (MIMO ; 2,4 et 5 GHz) sera de la partie, tout comme le Bluetooth 4.0.

Z Launcher, le launcher Nokia à la sauce finlandaise

La principale caractéristique du Z Launcher est que vous pouvez écrire n’importe quelle lettre sur l’écran, avec le doigt tout simplement. Ce qui lance automatiquement une recherche dans les applications, les contacts et la recherche web. Autre caractéristique de ce lanceur Android, il réorganise automatiquement votre écran principal avec les applications que vous utilisez le plus.

Nokia-N1-FrAndroid--DSC07294

En fonction de l’heure de la journée, le Z Launcher scrute vos moindres gestes, les analyse, les trie et vous propose une sélection d’applications « au bon moment ». Par exemple, Spotify le matin, tandis qu’il devrait naturellement afficher le réveil le soir après 22h. Il faut environ une semaine d’utilisation pour permettre au Z Launcher d’ajuster ces recommandations. Si son travail est bien fait, vous aurez toujours les applications nécessaires à portée de doigts.

Nokia-N1-FrAndroid--DSC07306

Même si Z Launcher est activé par défaut, vous pouvez la désactiver et utiliser un autre lanceur (Launcher), pas de problème. Enfin, elle fonctionne sous Android 5.0 Lollipop, la dernière version d’Android. Les transitions et les animations sont fluides, les applications se lancent vite.

c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07338
c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07303
c_Nokia-N1-FrAndroid--DSC07308

Pour 210 euros environ, la Nokia N1 est une tablette surprenante. Evidemment, ce ne sera pas le prix public en France, où il faudra certainement débourser entre 250 et 300 euros. Mais même à ce prix, la Nokia N1 a des arguments à faire valoir. Une interface Android ludique et claire, Android 5.0 Lollipop certifié par Google, de bonnes finitions et une prise en main agréable (même à une main).

Concernant les points faibles, on peut noter l’existence d’une seule et unique version avec 32 Go d’espace de stockage (sans slot micro-SD, c’est fort dommage) et du « WiFi only », d’ailleurs aucune variante 4G LTE n’est pas prévue pour le moment.

Pourquoi une commercialisation uniquement en Chine ? Le responsable de Nokia m’a expliqué que l’équipe n’avait rien à voir avec l’ancien « Nokia » que nous connaissions. L’équipe est désormais réduite et les canaux de distribution sont limités. Le Z Launcher était sûrement développé, avant le rachat par Microsoft, par une équipe finlandaise. Quant à la N1, elle est construite et vendue par Foxconn, la méga-corporation responsable de la construction d’un grand nombre de smartphones et de tablettes dans le monde, y compris les iPad et les iPhone d’Apple.