Ce week-end, Bouygues Telecom a réalisé une démonstration technique assez impressionnante, permettant d’atteindre un débit pratique de presque 450 Mbps sur le réseau 4G commercial. Une démonstration qui devrait se transformer en réalité pour les consommateurs d’ici le second semestre 2016 avec le nom commercial de « 4G boostée ». L’opérateur a également abordé le futur, en termes de débit et de couverture.

bouygues

La démonstration réalisée par Bouygues Telecom en partenariat avec Ercisson, Netgear et Qualcomm démontre les possibilités grandissantes de la 4G. En effet, l’opérateur français a mis en place, le temps d’une démonstration, un réseau 4G de catégorie 11 capable d’atteindre un débit de 450 Mbps dans le sens descendant, pour les téléchargements. L’opérateur a agrégé 3 bandes de fréquence contre 2 actuellement, mais a aussi utilisé la modulation QAM256 pour augmenter les débits.

 

QAM 256 + 3 bandes de fréquences

Dans le détail, l’opérateur a utilisé au total 45 MHz de fréquences avec 10 MHz sur la bande 800 MHz, 20 MHz sur la bande 1800 MHz et enfin 15 MHz sur la bande 2600 MHz. Sans la nouvelle modulation QAM256, le débit atteindrait environ 337,5 Mbps avec ce patrimoine spectral. Mais la modulation QAM256 permet d’augmenter les débits de 33 % sans ajouter de fréquences supplémentaires, ce qui nous donne donc environ 450 Mbps en débit théorique maximal. C’est 150 Mbps de plus qu’à Lyon actuellement.

QAM64 QAM256

La démonstration a été réalisée sur le réseau commercial de Bouygues Telecom avec le hotspot Netgear Aircard 810S équipé d’un modem Snapdragon X12 de chez Qualcomm. Ce produit sera disponible au cours du premier semestre 2016 alors que les premiers smartphones compatibles catégorie 11 devraient arriver d’ici la fin de l’année 2016 selon Bouygues Telecom. Une information pour le moins étrange puisque les smartphones dotés d’un Snapdragon 820 (et donc d’un modem Snapdragon X12) devraient quant à eux arriver au cours du premier semestre 2016.

 

Une couverture dense pour les grandes villes

Cette démonstration a été l’occasion pour Bouygues Telecom d’aborder un peu plus en détail le niveau de couverture et les ambitions de l’opérateur. Ainsi, le réseau 4G utilisant la bande 800 MHz sera particulièrement accru dans les zones très denses (les 32 plus grandes villes) avec 55% de couverture 800 MHz actuellement, 75 % en 2016, 90 % en 2017 et 100 % en 2018 ou 2019. Pour rappel, la bande 800 MHz permet d’améliorer la couverture en intérieur, mais aussi de procéder à une agrégation avec d’autres porteuses pour augmenter les débits.

A lire sur le sujet : La stratégie très haut débit mobile chez Bouygues Telecom

 

4G : 99 % de population couverte d’ici 4 ans

Bouygues Telecom a également abordé le sujet de la couverture globale. Actuellement de 72% de la population, l’opérateur a annoncé qu’il couvrira 99 % de la population d’ici 4 ans, soit en 2019. Ce chiffre flatteur ne doit pas faire oublier un autre chiffre tout aussi important, celui de la couverture du territoire. À ce propos, l’opérateur fournit quelques chiffres sur l’accord de mutualisation avec SFR – Numericable.

 

Une mutualisation 2G/3G/4G très active

Actuellement, la mutualisation entre les deux opérateurs fonctionne à plein régime, avec 8 200 sites mutualisés en 2G/3G/4G. D’ici 2019, ce chiffre devrait passer à 11 700, pour un gain en couverture en intérieur estimé à 20 %. Pour rappel, les clients des deux opérateurs utilisent – automatiquement et de manière invisible – les antennes de l’opérateur concurrent en cas d’absence de couverture de la part de l’opérateur d’origine.

07125082-photo-mutualisation-bouygues-telecom-et-sfr-carte-cible-fin-2017

Rappelons au passage que l’ARCEP compte se pencher sur le dossier de la mutualisation entre les deux opérateurs au cours de l’année prochaine. En effet, le gendarme des télécoms n’apprécie guère ce contrat, notamment sur son volet de mutualisation 4G, susceptible de ralentir les investissements des opérateurs dans le domaine.

 

Une 4G à 450 Mbps limitée en termes de couverture

En revanche, la 4G à 450 Mbps ne sera pas accessible partout, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Bouygues Telecom a précisé que la « 4G boostée » serait uniquement disponible dans environ 20 % de la couverture d’une zone donnée à cause de la nouvelle modulation. Au-delà, on repasse sur une modulation classique avec une perte d’environ 33 % de débit, mais en conservant l’avantage des 3 porteuses.

De plus, il nous semble difficile que Bouygues Telecom utilise les 20 MHz de sa bande 1800 MHz dès l’année prochaine. Pour le moment, l’opérateur utilise seulement 15 MHz sur cette bande, laissant les 5 MHz restant pour la 2G. Sans ces 5 MHz, la 2G devrait alors se contenter de la bande 900 MHz.

Le fait que la 4G boostée seront peu (voire pas du tout) accessible en intérieur est une mauvaise nouvelle, puisque les premiers équipements à en profiter seront les modems 4G. De plus, ce haut débit mobile permet aussi de profiter de vidéos en haute qualité et de téléchargements rapides, surtout utiles à domicile. Pour le futur, Bouygues Telecom compte agréger quatre bandes (avec la nouvelle bande 700 MHz) pour la mi-2017, ce qui pourrait donner un débit total de 500 Mbps.