Comme prévu, Cash Investigation s’est intéressé à Free.

Hier soir, vous étiez nombreux à commenter Cash Investigation sur Twitter (en 140 caractères, pour le moment). La première partie de l’émission s’est intéressée à Lidl, un géant de la grande distribution : un journaliste de l’émission a été jusqu’à devenir salarié de l’enseigne de hard-discount. Bien entendu, la seconde partie de l’émission nous intéressait tout particulièrement : Elise Lucet s’est intéressé aux salariés employés dans les centres d’appels de Free.

Elise Lucet a été reçu par Maxime Lombardini, Directeur Général d’Iliad (Free). Elle a évoqué plusieurs cas de dérapage, en particulier les méthodes de la filiale du groupe Iliad auprès de ses centres d’appels considérés comme « sensibles ». Après 3 heures de grève (ce que l’on appelle un débrayage), Iliad (Free) aurait décrété un gel brutal des recrutements, avec de nombreuses démissions mais aussi des licenciements et des transferts vers d’autres sites du groupe.

Ce graphisme montre l’effectif du centre d’appels de Colombes (Mobipel), la grève de « 3 heures » a eu lieu en octobre 2014.

Ce n’est évidemment pas le seul cas évoqué, « Nous liquiderons les 50 détracteurs », aurait ainsi écrit Angélique Gérard, la directrice des relations abonnées du groupe Iliad, en référence aux salariés marocains qui prennent part à un mouvement de grève, en 2012, dans le centre d’appels Total Call basé à Casablanca.

Des faits édifiants, nous vous conseillons de regarder le replay de l’émission de Cash Investigation.