L’Alcatel One Touch Idol 2 S avait été présenté lors du MWC 2014 et nous avait même assez séduits, comparé à l’Idol 2 qui affichait des caractéristiques au rabais. Mais ce smartphone est-il vraiment intéressant ? Sa finesse et sa façade borderless peuvent cacher des compromis. D’autant qu’à 289 euros, il n’est pas parmi les moins chers du marché.

!

Alcatel One Touch Idol 2 S

 

Caractéristiques de l’Alcatel One Touch Idol 2 S

On est surpris, dans le bon sens du terme, à la découverte de la fiche technique de cet Idol 2 S. Le terminal propose des choses fort intéressantes, et troque certains composants « au rabais » pour d’autres plus côtés. Alors effectivement, Alcatel répercute – un peu – ceci sur le prix du mobile et cela se sent. On trouve notamment un Snapdragon 400, qui nous fait plaisir, ainsi que quelques coquetteries comme la compatibilité NFC.

ModèleAlcatel One Touch Idol 2S
VersionAndroid 4.3
Taille d'écran5 pouces
Technologie d'écranIPS LCD
Définition720 x 1280 pixels
Résolution294 ppp
ProcesseurSnapdragon 400
Cadencé à 1,2 GHz
Nombre de coeurs4
Puce graphique (GPU)Adreno 305
Mémoire RAM1 Go
Mémoire interne8 Go
Support mémoiremicroSD
microSDHC
Webcam (façade)1,3 megapixels
Appareil photo (dorsal)8 megapixels
Réseau mobile4G sur BF 800/850/900/1700/1800/1900/2100/2600
GPSOui
Wi-Fi802.11 b/g/n
Bluetooth4.0
NFCOui
Ports (entrées/sorties)Jack 3,5 mm
Micro USB 2.0
Capacité de la batterie 2150 mAh
Dimensions136.5 x 69.7 x 7.45 mm
Poids126 grammes
Couleurs Noir, Blanc, Ardoise, Chocolat, Rose, gris
Prix conseillé 239 €

 

Design

C’est indéniable, Alcatel a depuis quelques années fait les efforts nécessaires pour rendre ses mobiles attirants. La gamme des One Touch est souvent garnie de terminaux fins, légers, et sans artifices. Le Alcatel Idol 2 S répond à cette « nouvelle » norme en proposant tout cela.

Une face avant bien pensée

Une face avant bien pensée

Le mobile n’est franchement pas désagréable à regarder, en plus d’en avoir une prise en main des plus correctes. On s’étonne d’ailleurs que l’écran occupe une place si importante sur la face avant, et c’est un très bon point. Il possède des bordures supérieures et inférieures minces : 1 et 1,2 centimètre. Quant aux bordures d’écran, sur les côtés, elles sont d’à peu près 2 millimètres.

Les enceintes

Les enceintes

Le bas du mobile – et le haut aussi d’ailleurs – est légèrement incliné. On y trouve deux enceintes de chaque coté du port micro USB. C’est élégant et bien pensé.

Micro SD et SIM

Micro-SD et SIM

Sur la tranche gauche, on trouve les emplacements Micro-SD et SIM, que l’on doit pousser pour les ouvrir. Une chose pas si facile à faire, d’autant que le haut de l’emplacement Micro-SD est légèrement courbé en raison de l’arrondi du coin supérieur.

Boutons d'allumage et de volume

Boutons d’allumage et de volume

La tranche droite arbore les habituels boutons d’allumage et de volume. Des boutons en plastique dur, réactifs et faciles d’utilisation.

Un microphone en haut ?

Un microphone en haut ?

Sur la tranche supérieure, on trouve évidemment le port Jack 3,5 mm, mais aussi un microphone. C’est un peu étrange, et on espère qu’un autre est intégré aux enceintes de la tranche inférieure.

Une bordure haute très fine

Une bordure haute très fine

Vous pouvez remarquer la finesse de la bordure haute. Ceci nous fait un peu penser à celle du LG G3.

Une légère inclinaison vers l'arrière

Une légère inclinaison vers l’arrière

L'appareil photo dorsal

L’appareil photo dorsal

A l’arrière du terminal, on trouve l’appareil photo et le flash LED qui l’accompagne. Mais aussi le logo de la firme, et les inscriptions d’usage en bas, mais gravées finement d’une teinte légèrement plus foncée que la coque, les rendant presque invisibles.

Une coque presque brillante

Une coque presque brillante

La coque est d’un plastique gris-bleu, ni beau, ni laid. C’est légèrement brillant, mais cela reste assez discret. On reste finalement sur une bonne impression concernant le physique de cet Idol 2 S. Surtout sur la gamme de prix où il se trouve. Du coup, on obtient un mobile avec un écran de 5 pouces dont on jurerait qu’il s’agit d’un 4,5 pouces, et qui affiche des dimensions de 136,5 x 69,7 x 7,45 mm.

 

Ecran de l’Idol 2 S

A première vue, l’écran de notre mobile parait plutôt bon, mais on se doute qu’il n’a rien pour se différencier. S’il est bien fini, ce sera déjà un très bon point. Et si les couleurs étaient fidèles, ce serait encore mieux.

Le voici comparé à l’Archos 64 Xenon à gauche et au Motorola Moto G 4G au centre, notre Idol S 2 étant situé à droite.

Un blanc très gris

Un blanc très gris

Le noir

Le noir

Le rouge

Le rouge

Le bleu

Le bleu

Dégradé

Dégradé

Palette de couleurs

Palette de couleurs

Angles de vision - côté

Angles de vision – côté

Angles de visions - bas

Angles de visions – bas

L’écran de notre Idol 2 S a donc des défauts et des avantages. L’écran (5 pouces) ne parait pas immense, grâce à une grosse occupation de la surface du mobile. Il est aussi agréable au toucher, pas hyper salissant, et possède une bonne luminosité.

On observe tout de même de légères fuites de luminosité sur le contour de celui-ci. Les couleurs sont également assez ternes, et l’ensemble est gris à cause de blancs qui tirent beaucoup trop sur ce coloris.

 

Logiciel

L’Alcatel OT Idol 2 S tourne sous Android 4.3. Notons déjà que ce sera suffisant pour le connecter à Android Wear (nous l’avons fait). La surcouche dAlcatel, One Touch UI, n’évolue pas beaucoup avec le temps et on se retrouve avec la même interface que sur l’Idol X.

Paramètres

Paramètres

C’est d’ailleurs un peu dommage. Cette interface est assez insipide, et les icônes d’origine ne sont pas franchement jolies. Loin d’être un critère déterminant, c’est en tout cas une constatation.

Logiciel et icônes

Logiciel et icônes

En revanche, on note quelques ralentissements du logiciel lors d’une utilisation « intensive ». Tourner les pages semble le faire ramer un peu, comme si elles accrochaient.

Des ajouts d'Alcatel

Des ajouts d’Alcatel

Au niveau des ajouts faits par Alcatel, on trouve le portail d’applications Smart Live. Notons également la présence de l’outil rapide de Mise à jour du système, pour chercher et installer les mises à jour logiciel. La meilleure, c’est tout de même l’ajout de Trigger, une application permettant d’utiliser les capteurs du mobile pour gérer des applications ou des paramètres. Exemple : « Désactiver les données mobiles lorsque le téléphone détecte votre réseau Wi-Fi domestique ».

Il nous faut tout de même signaler quelques pépins. Au moment de conclure ce test, le téléphone a effectué un redémarrage spontané. On repassera donc pour la stabilité. Lorsque l’on quitte l’écran de déverrouillage, les icônes mettent aussi une petite seconde à se charger, comme si le logiciel accrochait. Cette partie logicielle est un peu boiteuse.

 

Performances

Avec son Snapdragon 400, pour peu qu’Alcatel One Touch ait bien optimisé le mobile, l’Idol 2 S nous promet des performances assez équivalentes à celles d’un HTC One Mini 2 ou d’un LG G2 Mini. Et sans surprise, on se retrouve pratiquement avec les mêmes résultats.

Antutu

Antutu

GFXBench

GFXBench

On obtient un score de 17264 sur AnTuTu, et de 319 sur GFX Bench (T-Rex 1080p offscreen). C’est semblable au One Mini 2.

Benchmark/ModèleAlcatel One Touch Idol 2 SHtc One Mini 2LG G2 Mini
AnTuTu17264 pts17381 pts17129 pts
Quadrant8391 pts9746 pts9021 pts
Benchmark Pi375 millisecondes420 millisecondes389 millisecondes
Epic Citadel24,2 fps34,3 fps48,0 fps

Sur le tableau comparatif, on voit effectivement que l’Idol 2 S n’a rien à envier aux deux autres. D’ailleurs, si le G2 Mini affiche de meilleurs résultats sur Epic Citadel, c’est tout simplement parce qu’il possède un affichage plus faible. Dans les faits, c’est tout à fait honorable, avec un fonctionnement très correct même dans les jeux gourmands. On notera tout de même une nette tendance à chauffer, quelle que soit l’usage que l’on fait du smartphone.

 

Communication

Appels

En appel, et avec le son poussé au maximum, les appels sont clairs mais il sera difficile d’avoir une discussion dans un endroit bruyant. Testé sur une puce 4G de Free, l’Idol 2 S a du mal à accrocher le réseau (à moins que ce ne soit dû à l’opérateur ?).

GPS

Voir un téléphone chinois, qui se classe dans l’entrée ou le petit milieu de gamme, réussir à trouver un satellite sur GPS Data n’est pas une mince affaire par les temps qui courent. Loin de pouvoir localiser un satellite de Jupiter, l’Idol 2 S arrive tout de même à fixer 4 satellites sur 20 en l’espace de 2 minutes. Le premier « fix », comme indiqué sur le screenshot, a vraisemblablement eu lieu en 45 secondes.

GPS

GPS

Multimédia

Photographie

L’Idol X avait été une belle surprise au niveau photographique avec de belles couleurs et de nombreux détails sur les clichés. L’Idol 2 S ne vise évidemment pas le même client puisqu’il n’entre pas dans la même gamme, mais il a l’air faiblement armé dans ce domaine, comme vous pourrez en juger sur les exemples ci-dessous.

Des couleurs ternes de jour

Des couleurs ternes de jour

Et trop de couleurs de nuit

Et trop de couleurs de nuit

Cette table est noire, normalement.

Cette table est noire, normalement.

La partie photographie n’est visiblement pas le point fort du mobile, qui a tendance à gérer les couleurs d’une drôle de façon. Soit il y en a trop, soit pas assez, et il bleute les noirs. Dans tous les cas, le terminal ne servira pas à faire des clichés à tout va. Les photographies en macro seront difficiles à réaliser puisqu’il faut tenir l’appareil loin de la cible, sinon il ne fait pas le point.

Son

Le son qui émane du mobile, bien qu’il soit d’une puissance suffisante, n’est pas de grande qualité. Le son est assez « caverneux » : les basses n’enrobent pas, et les aigus sont assez stridents. On a l’impression d’écouter une vieille radio. D’ailleurs, bien que le terminal, pour des questions esthétiques, possède deux sorties haut-parleur en bas, seule celle de droite fonctionne.

 

Autonomie

Le test d’endurance – 1h de vidéo sur YouTube en mode avion – fait apparaitre une baisse de 23 % de la batterie. Ce n’est pas génial, comme souvent avec des appareils d’entrée ou milieu de gamme.

23% de batterie en moins

23% de batterie en moins

D’ailleurs, en utilisation de tous les jours, nous sommes sur le même constat. Le mobile perd rapidement sa charge, que l’on soit sur n’importe quoi : jeux, application de messagerie, ou écoute de musique. L’écran et le système ont l’air de drainer la batterie, et pas qu’un peu.

Test Alcatel One Touch Idol 2 S Le verdict

design
8
Le design de ce téléphone a été fait de façon très intelligente. La grande place qu'occupe l'écran sur la façade avant est un excellent point, et on apprécie aussi les légères courbes sur les tranches supérieures et inférieures. Pour le reste : plastique, plastique, plastique. Mais on ne s'attendait de toute façon pas à mieux pour un téléphone à ce tarif.
écran
6
L'écran 720p est plutôt bon, et évidemment à mettre en relation avec le design sur l'aspect taille/superficie. La luminosité est bonne, mais certaines couleurs sont ternes. Les fuites de lumières sur le contour peuvent aussi être reprochées à cet appareil.
logiciel
5
Un logiciel qui rame un peu, une stabilité à revoir, et une surcouche One Touch UI pas franchement glamour. Si la firme pouvait mettre un grand coup de neuf sur sa partie logicielle, les mobiles de la marque seraient tout de suite bien meilleurs. Quelques bons ajouts tout de même.
performances
7
Avoir un Snapdragon 400 en processeur est un gage de qualité. Au niveau des performances, l'Idol 2 S s'en sort aussi bien qu'un G2 Mini, ou un HTC One Mini 2, à part peut-être sur la 3D. L'expérience de jeu est fluide. Par contre, le mobile a tendance a fortement chauffer !
caméra
4
La caméra du mobile n'est pas son point fort. On obtient des clichés ternes, et l'appareil fait un peu sa propre salade sur les phases de faible luminosité.
autonomie
5
L'autonomie est ici loin d'être idéale. Elle baisse très vite, même lorsque le mobile n'est pas utilisé, et il faudra évidemment le recharger tous les jours.
Note finale du test 5/10
Cet Idol 2 S possède quelques arguments à faire valoir. A commencer par le fait qu'il fonctionne avec le processeur Snapdragon 400 de Qualcomm. C'est en tout cas la première chose qui intéresse à la lecture de la fiche technique du terminal.

Physiquement, il se défend aussi plutôt bien avec un écran qui occupe bien la face avant du mobile. Cela semble être plus difficile à réaliser pour les constructeurs qu'il n'y parait.

Toutefois, la partie logicielle n'est pas son fort. Alors que l'on s'apprêtait à rendre notre verdict, le smartphone a redémarré sans aucune raison apparente après la perte du signal Wi-Fi. Un mauvais timing et une preuve d'un manque de stabilité.

Le principal problème de cet Idol 2 S, c'est qu'il est commercialisé à 289 euros. C'est beaucoup trop, surtout lorsqu'on voit que le Moto G 4G est disponible pour bien moins cher. Aux alentours de 200 euros, l'Idol 2 S se serait bien défendu. On n'est pas non plus sûr que KitKat arrive un jour jusqu'à lui, quand les mobiles qui sortiront cet été devront obligatoirement en être équipés.
  • Points positifs
    • Le rapport écran/façade
    • Snapdragon 400
  • Points négatifs
    • Logiciel boiteux
    • Le capteur dorsal faible
    • Prix élevé